Quelle est la situation du ToBRFV en Europe ?

Selon des rapports partagés par l'Organisation européenne et méditerranéenne pour la protection des plantes (OEPP), la Finlande serait l'un des derniers pays d'Europe à rejoindre la liste déjà longue des endroits où le virus du fruit rugueux brun de la tomate (ToBRFV, Tomato brown rugose fruit virus) est officiellement présent. Le pays a récemment informé le Secrétariat de l'OEPP de la première détection du virus sur son territoire en juillet 2022, dans une petite serre de 600 m² produisant des tomates (Solanum lycopersicum) dans la municipalité de Turku.

« L'origine du foyer est inconnue et les enquêtes de traçabilité sont en cours. Les plants destinés à la plantation avaient été livrés par un autre site de production », soutient le rapport. En consultant les données de l'OEPP, on peut déduire que la propagation de la maladie, depuis son apparition en Jordanie en 2015 et sa détection en Europe fin 2018, est très difficile à suivre et à contrôler.

En novembre 2018, le premier foyer de ToBRFV a été détecté en Allemagne, dans 7 serres de tomates en Rhénanie-du-Nord-Westphalie. À peine un mois plus tard, en décembre 2018, l'Italie a signalé la première détection de la maladie dans une serre à Ispica, une commune sicilienne de la province de Raguse. Puis, en janvier 2019, la Turquie a officiellement reconnu la présence du virus dans une serre à Demre, près d'Antalya, précédant la vague de détections qui surviendrait et pas seulement sur le continent. En effet, début 2019, le Mexique a signalé 117 foyers dans 20 États et la Chine a signalé ses premières infections.

En mai de la même année, l'Italie a signalé une deuxième infection dans le Piémont, tandis que le Royaume-Uni, les Pays-Bas, la Grèce et l'Espagne ont signalé la première présence de la maladie sur leur territoire.

En 2020, le virus était présent en France, en Pologne, à Chypre, en République tchèque et en Belgique. Plus précisément, en Belgique, le ToBRFV « a été détecté pour la première fois en août 2020 à la suite d'activités de traçage menées par l'ONPV des Pays-Bas dans un lot de semences de tomates utilisées pour la culture de plants de tomates à des fins d'expérimentation dans une serre (niveau de biosécurité 2) d'une université ». Il « a été détecté à nouveau en décembre 2020 dans une serre destinée à la production de tomates ».

Malte a signalé la maladie pour la première fois en 2021, tout comme la Hongrie (plus précisément, « à Lébény, où les plants de tomates trouvés infectés par le ToBRFV provenaient des Pays-Bas », comme le signale l'OEPP), la Bulgarie, la Norvège, l'Autriche, l'Estonie, la Slovénie, la Suisse et le Portugal. Dans le cas du Portugal, « le virus a été détecté dans deux pépinières situées dans la région de l'Algarve, l'une dans le comté de Tavira et l'autre dans le comté de Faro, lors d'une enquête officielle en août 2021. Le virus a été détecté dans des semences de tomates originaires de Chine (dans le cas de Tavira) et d'Israël (dans le cas de Faro) ».

La liste des pays où le ToBRFV a été détecté en un temps relativement court, ainsi que les nouvelles détections dans des territoires où les premières infections avaient déjà été contrôlées, donnent une idée de la facilité de propagation de ce virus et de la nécessité de partager des informations transparentes sur la situation dans chaque pays.

Rapports publiés par l'Organisation européenne et méditerranéenne de la protection des plantes ici.


Date de publication:
© /



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)