Juan Manuel Ruiz, de Kettle Produce España : « De bons prix seront nécessaires pour compenser le mauvais début de saison »

« Il devrait y avoir moins de légumes en décembre »

La région de Murcie, l'une des plus grandes zones de culture de légumes-feuilles et de choux d'Espagne, s'attend à un mois de décembre marqué par une réduction de l'offre en raison de conditions climatiques inhabituelles en automne et d'une réduction de l'offre dans le cas du brocoli et du chou-fleur.

« Jusqu'à il y a quelques jours, nous avons bénéficié (ou souffert) d'un temps inhabituel, presque estival pour cette période de l'année, et les plantes n'y sont pas insensibles », explique Juan Manuel Ruiz Soler, directeur commercial de Kettle Produce España. « Les cycles de production ont été raccourcis par rapport à ce qui avait été programmé par nos techniciens de production et cela se remarque déjà début décembre, tant en termes de qualité que de quantité. En d'autres termes, ce qui devrait être récolté maintenant a été récolté deux semaines plus tôt ».

« La baisse des températures de ces derniers jours améliore notamment la qualité, mais ralentit le développement des plantations et réduit l'offre, si bien que nous nous attendons à un mois de décembre avec moins de produits que d'habitude », prévient Juan Manuel Ruiz.

Le climat a également influencé la transition de la production en Europe centrale et septentrionale. « Le beau temps n'a pas été exclusif à notre région. Jusqu'à très récemment, la quasi-totalité de l'Europe a bénéficié d'un très bon climat, ce qui a permis de prolonger les cultures locales, empiétant un peu sur le début de la saison espagnole et affectant, à son tour, la consommation de légumes, qui ont tendance à être cultivés dans des températures plus froides. Heureusement, tant à la source qu'à la destination, les températures sont en nette baisse, tout le contraire de la demande, qui augmente semaine après semaine », souligne le directeur commercial de Kettle Produce Espagne.

Il convient de rappeler que la superficie plantée en brocolis et en choux-fleurs a diminué pendant la première partie de la saison d'exportation. « Il est vrai que l'on constate une diminution des surfaces plantées tant en brocoli qu'en chou-fleur, notamment dans les volumes sans programmation ou seuls, ce qui rend la quantification difficile. Cela est facilement compréhensible si l'on considère les mauvais résultats obtenus la saison dernière par de nombreux agriculteurs, qui ont subi l'impact de la hausse brutale des coûts, ainsi que d'autres aspects tels que l'incertitude de la disponibilité de l'eau, ce qui, en fin de compte, signifie que les agriculteurs ne sont pas disposés à prendre davantage de risques dans le contexte inflationniste que nous connaissons actuellement. Si nous devions parler d'une baisse en pourcentage de la surface plantée, il ne serait pas déraisonnable de l'estimer à environ 15 % dans cette phase initiale de la saison », explique Juan Manuel Ruiz.

En ce qui concerne la surface d'autres légumes tels que le chou, le romanesco, le chou frisé, etc. Selon le représentant commercial de l'entreprise, « Nous parlons de produits un peu plus spécialisés et qui ne sont entre les mains que de quelques entreprises. Bien que leurs volumes totaux aient pu être adaptés aux circonstances mondiales, il ne s'agit pas de lignes qui sont généralement plantées librement et qui sont toujours très réglementées et programmées à l'avance. » 

Bien que les prix soient plus élevés que la saison dernière, il n'est pas toujours possible de couvrir les coûts. « Il y a toujours une grande volatilité dans les prix de certains intrants comme l'énergie ou les engrais, qui continuent de s'envoler. D'autre part, les températures élevées de septembre, d'octobre et d'une grande partie de novembre ont causé des problèmes de qualité et de consistance des produits et une réduction notable des rendements à l'hectare, ce qui va avoir un effet très négatif sur les résultats de la production. » 

« Néanmoins, nous travaillons main dans la main avec la grande distribution pour trouver un point d'équilibre qui permettra à tous les maillons de la chaîne de survivre face aux circonstances défavorables que nous avons dû vivre. Il y a encore du travail à faire, mais nous sentons que nous allons avoir un mois de décembre très compliqué à gérer tant au niveau des quantités, dont nous craignons qu'elles soient limitées, qu'au niveau des prix qui seront nécessaires pour compenser le mauvais début de saison des producteurs », souligne Juan Manuel Ruiz.

L'arrivée du froid, ainsi que la fin de la production locale, entraîneront une augmentation de la demande. « Nous parlons de produits de base dans le panier d'achat et ceux-ci auront leur pic de vente quelques jours avant Noël. Mais l'inflation et la crise économique en matière de consommation seront des facteurs « réducteurs » à prendre en compte ». 

« Sans aucun doute, l'escalade des coûts que nous connaissons depuis quelques mois, comment les contrôler, et comment être compétitif dans ce scénario, est l'un des principaux défis auxquels nous sommes confrontés. Les producteurs ne peuvent pas survivre dans ces circonstances. Il ne serait pas étrange que, si l'on poursuit cette dynamique, il y ait des tensions importantes sur l'offre dans un avenir proche. Nous ne devons pas non plus oublier les autres défis et problèmes auxquels nous sommes confrontés, tels que la diminution des ressources en eau ou le manque de main-d'œuvre dans le secteur, qui rendront sans aucun doute encore plus compliqué le développement de notre travail à l'avenir. » 

« Il est clair que les producteurs/exportateurs et la distribution doivent s'asseoir très ouvertement et négocier de manière à ce que nous puissions tous vivre, sans oublier de penser aux consommateurs », conclut Juan Manuel Ruiz.

Pour plus d'informations :
Juan Manuel Ruiz Soler
Kettle Produce España 
Autovía A7. Km. 605 Las Flotas 
Alhama de Murcia. Espagne
juanma.ruiz@kp-spain.com
www.kp-spain.com 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)