Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)

Comme nous donnons la possibilité de consulter nos articles gratuitement, nous comptons sur les revenus de nos bannières publicitaires. Merci donc de désactiver votre bloqueur de publicités et de réactualiser la page pour pouvoir poursuivre votre visite sur ce site.

Cliquez ici pour savoir comment désactiver votre bloqueur de publicité.

Sign up for our daily Newsletter and stay up to date with all the latest news!

S'abonner I am already a subscriber
Citronex/PPO Siechnice :

« Nous devons passer nos coûts au peigne fin, car la marge d'erreur n'existe plus »

Les premières tomates commencent à colorer dans les serres du producteur polonais Citronex, mais il ne s'agit pas de la teinte rose habituelle. Cette année, l'entreprise a décidé de cultiver également des tomates grappe traditionnelles. « En raison de la situation actuelle, nous avons décidé d'explorer le marché de l'Europe occidentale », explique Grzegorz Karolczak, directeur commercial.

Au total, Citronex/PPO Siechnice exploite 77 hectares de serres de tomates. Vingt hectares sont désormais dédiés à la variété Provine. « Jusqu'à présent, nous nous concentrions principalement sur le marché polonais et cultivions des tomates roses. Compte tenu du coût de l'électricité et de la situation du marché néerlandais en hiver, nous envisageons d'exporter davantage vers l'Europe occidentale. C'est pourquoi nous avons décidé de cultiver les tomates populaires sur ces marchés : les tomates grappe. »

Les grosses tomates roses cultivées dans les serres de Citronex sont un produit haut de gamme sur le marché polonais. « Avec tout ce qui s'est passé et continue à se passer, nous avons voulu prendre notre chance », explique Grzegorz.

Crise énergétique
Le prix de l'énergie en Pologne s'est établi grosso modo autour de 1000 zlotys, soit plus ou moins 225 euros par mégawatt - deux fois plus cher que l'année dernière. « Nos serres sont reliées à des centrales électriques. Nous organisons notre infrastructure et essayons de travailler efficacement, sans aucun intermédiaire, ce qui nous permet de maintenir les coûts aussi bas que possible. Malgré cela, ces coûts ont également augmenté par rapport à l'année dernière - mais pas autant que ceux de l'électricité. »

La totalité de la superficie de 77 hectares est équipée de lampes afin d'assurer une production tout au long de l'année. Pour lutter contre les prix élevés de l'énergie, l'entreprise a remplacé ses lampes HPS par des LED. « Nous devons examiner nos coûts encore plus attentivement que l'année dernière - il n'y a tout simplement plus de marge d'erreur. Si on regarde la consommation d'énergie en temps T, on voit que les budgets changent toutes les secondes, avec un prix horrible. Nous surveillons de près les lampes que nous utilisons, et nous les éteignons en fonction des fluctuations de prix et des besoins de la culture. Par exemple, nous utilisons nos lampes HPS en bordure, de sorte que les premières rangées de la serre reçoivent égalemet de leur chaleur, ou alors nous utilisons les luminaires HPS pour contrôler le climat et vaporiser l'humidité dans la serre. Il est logique de combiner les HPS avec les LED, mais vous devez faire le calcul à chaque fois avant de les allumer. »

Prix de l'énergie et salaire minimum
Les prix de l'énergie ne sont pas le seul facteur qui les oblige à se pencher sur leurs dépenses. Le salaire minimum en Pologne a augmenté et augmentera encore une fois une fois en 2023. « Nous avons principalement des travailleurs ukrainiens. L'augmentation du salaire minimum est une très bonne chose, même si elle engendre des coûts supplémentaires pour les producteurs. Avec les primes d'efficacité, nous nous assurons que tous les travailleurs sont également récompensés par les fruits de leur travail. »

À cela s'ajoutent des coûts supplémentaires pour maintenir les surfaces exemptes de virus. Le ToBRFV est un défi pour les cultivateurs de toute l'Europe mais aussi du monde entier. En prenant des précautions strictes, Citronex essaie de garder ses serres saines, car l'entreprise a vu à quel point le virus peut être dévastateur. « Nous faisons notre lessive, désinfectons les caisses et ne permettons aucun accès aux visiteurs non indispensables. Les autorisés ne pénètrent  que s'ils n'ont pas visité dans d'autres serres récemment. »

Tout cela fait grimper les coûts de la culture des tomates, c'est pourquoi Citronex cherche des opportunités à l'étranger. Ses tomates grappe l'y aident. Actuellement, la majorité de ces tomates sont destinés aux détaillants allemands, mais des détaillants néerlandais ont également manifesté leur intérêt. « Nous récoltons environ 15 camions par semaine, et la majorité de ces volumes sont vendus par des détaillants tels que Lidl et Rewe. »

À l'avenir, Grzegorz voit également des possibilités d'exporter des tomates roses - bien que ces deux dernières années, l'établissement d'une marque s'est avérée difficile avec ce produit, et l'intérêt des détaillants d'Europe occidentale pour mettre cette beauté sur les étals est plutôt mitigé. « Nous savons que nous pouvons cultiver un produit hautement qualitatif, au goût exquis et à la qualité constante, en plus de créer une marque de qualité supérieure autour de ce produit, y compris des emballages et du matériel de promotion pour le distinguer auprès du consommateur. Travailler avec un partenaire de la distribution serait pour nous la prochaine étape. » 

Pour plus d'informations :
Citronex
Tél. : +48 75 77 21 940 / -946
info@citronex.pl 
www.citronex.pl 

Date de publication: