« Au cours de la dernière décennie, les potimarrons s'invitent de plus en plus sur les étals »

Au fil des ans, les potimarrons ont gagné leur place dans les rayons de fruits et légumes européens. Thijs de Jong et Bastiaan Blok, fondateurs et propriétaires de la société néerlandaise Pumpkings, voient la demande pour ce produit augmenter régulièrement chaque année. « Lorsque nous avons commencé il y a dix ans, presque personne ne mangeait de potimarrons. Aujourd'hui, ils font partie intégrante du régime alimentaire de beaucoup de gens », commence Thijs.

En 2012, le duo a commencé à cultiver ces cucurbitacées sur 2 000 m² aux Pays-Bas. « Nous voulions faire quelque chose d'atypique, de différent. Notre idée a pris de l'ampleur. Au fil des années, nous sommes passés de 4 à 8 puis 20 hectares, et aujourd'hui nous cultivons les variétés Hokkaido et Kabocha sur environ 50 hectares. »

Sur la superficie de Pumpkings, 80 % sont des potimarrons Hokkaido, le reste étant consacré aux Kabocha. C'est principalement parce que Hokkaido se vend mieux que Kabocha. « Mais, honnêtement, je préfère le Kabocha. Il est un peu plus sucré et se conserve plus longtemps, mais il perd en apparence au profit du Hokkaido. En outre, ces cucurbites se vendent plus facilement », admet Thijs.

Le triangle Londres-Berlin-Paris
L'entreprise vend ses potimarrons de début septembre à fin février, les ventes battent actuellement leur plein. « Et la nouvelle récolte s'annonce bonne. Les fruits sont, en moyenne, un peu plus petits que d'habitude à cause de la sécheresse, mais nous cultivons sur un sol argileux, donc cela nous a beaucoup moins affectés. La qualité est excellente, donc nous sommes ravis. »

Les producteurs sont également optimistes quant à la demande. Comme de nombreux légumes néerlandais, une grande partie des potimarrons est exportée. « De nos cucurbites, 90% sont consommées dans le triangle imaginaire Londres-Berlin-Paris, où nous attirons sans aucun doute un public de consommateurs stable. Nos clients reviennent chaque année, demandant toujours un peu plus de volume. Cela a conduit à une augmentation constante de la superficie et des ventes », poursuit Thijs.

Au départ, il pensait que la croissance était en partie due à la demande accrue des consommateurs pour une alimentation saine pendant la pandémie. « J'admets que j'ai toujours pensé que nous avions bénéficié de l'image saine de nos produits, qui s'utilise également idéalement comme substitut de viande. Cependant, une fois la pandémie terminée, les gens ont continué à faire des achats délibérés. Nous ne vendons pas moins de potimarrons. Au contraire, je pense que nous ne verrons que davantage de cucurbitacées revenir dans les rayons des magasins. Au cours de la dernière décennie, elles se sont imposées sur les étals. »

Inquiétudes quant à la pénurie de main-d'œuvre
Pourtant, même la culture des potimarrons est confrontée à des défis par les temps qui courent. « Les coûts de l'énergie sont moins un problème pour nous car nous utilisons l'énergie solaire, donc nous absorbons ces extras plutôt raisonnablement. Nous n'avons pas non plus besoin de réfrigération. A cet égard, nous parvenons à maintenir les coûts relativement contenus. Notre plus grand défi réside dans la disponibilité de la main-d'œuvre pendant la récolte. Cela nous préoccupe. La saison dernière, tout s'est encore bien passé grâce à un bon contact avec notre agence d'emploi permanente. Cependant, nous récoltons entièrement à la main, ce qui demande beaucoup de travail. Je m'inquiète de l'évolution de la situation dans les années à venir », explique Thijs.

Quant à l'avenir, il reste néanmoins optimiste. « Nous allons continuer à travailler à deux. Ce partenariat spécial nous a permis de passer d'une petite entreprise à ce que nous sommes aujourd'hui. C'est ainsi que nous voulons continuer à réaliser une croissance saine, axée sur la demande. Si un client dit qu'il arrête l'année prochaine, nous réduisons la superficie réservée à cette culture. C'est ainsi que nous voyons les choses et nous espérons évidemment encore connaître de nombreuses années formidables », conclut Thijs.

Pour plus d'informations :
Pumpkings
Tél. : +31 (0) 6 30 69 85 47
info@pumpkings.nl 
www.pumpkings.nl 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)