La faible demande du marché européen oblige les exportateurs marocains à chercher des alternatives

Les exportateurs marocains attendent patiemment la stabilité des prix en Europe, où des prix parfois très bas ont été proposés sur certains marchés, pour certains produits marocains. Une situation qui s'explique selon  Mostafa Mohattan, directeur commercial de Fructimoor, par les conditions climatiques, avec un été plus long en Europe qui a favorisé la production nationale. « Ça nous a conduit à réduire nos volumes d'exportation vers le marché européen et à expédier vers d'autres marchés, notamment l'Afrique où la demande est croissante », a déclaré Mohattan.

Dans le même temps, la jeune entreprise a réussi à développer ses activités. L'exportateur de fruits et légumes basé dans la région de Souss-Massa au Maroc a pu tripler son réseau de producteurs en un an et conclure des contrats avec des grossistes, semi-grossistes, commissionnaires et fabricants de produits alimentaires, selon Mohattan.

« Bien que la demande européenne pour certains de nos produits soit encore faible, nous pensons qu'elle va bientôt se stabiliser et nous avons déjà conclu des contrats dans le secteur agroalimentaire. Nous avons également diversifié notre réseau de producteurs pour nous adapter aux nouvelles contraintes. Par exemple, nous avons externalisé la production de pastèques en Mauritanie en raison du manque d'eau au Maroc, et nous avons la capacité d'exporter 400 000 kg de pastèques par mois. Nous continuons également à approvisionner les marchés internationaux avec la mandarine Nadorcott de Marrakech et d'Agadi. »

Plus qu'un exportateur de fruits et légumes frais, Fructimoor veut se positionner comme une société marocaine de sourcing et de conseil dans le secteur agricole, en ciblant les industries agroalimentaires. M. Mohattan explique ce côté de son activité : « Par exemple, un industriel qui fabrique de la sauce à pizza nous a contactés pour passer une grosse commande de poivrons rouges. Nous lui avons conseillé, si son exploitation le permet, de constituer l'essentiel de son stock en fin de récolte, en mars et avril, lorsque les prix des poivrons sont au plus bas, et nous réservons exclusivement à ce client la production de fin de récolte de certains de nos partenaires producteurs. »

Ainsi, plutôt que de s'appuyer uniquement sur les activités commerciales des produits frais, qui ne sont pas stables, l'exportateur souhaite étendre son activité et cibler les industries agroalimentaires, permettant ainsi plus de visibilité et de contrôle des coûts et de la matière première pour tous les acteurs de la chaîne de valeur, des producteurs aux industriels et aux exportateurs.

Mohattan ajoute : « Nous invitons les industriels de l'agroalimentaire à venir produire leurs matières premières chez nos producteurs partenaires au Maroc. Ils ont une solide expérience et un grand savoir-faire dans ce domaine et nous avons les compétences, les moyens, des terres très fertiles, des serres qui n'ont pas besoin d'être chauffées car notre climat est favorable à la production agricole. Mais nous privilégions les cultures qui consomment moins d'eau. »

« En 2023, nous allons diversifier nos clients, mais aussi nos marchés. Nous sommes impatients de travailler avec de nouvelles filières et de nouveaux partenaires dans le monde entier et de développer avec eux des opérations à long terme ». 

Pour plus d'informations :
Mostafa Mohattan
Fructimoor
Tél. : +33 659752318 / +212 656873543
contact@fructimoor.com 
www.fructimoor.com


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)