Wilfried Schaffer de la société Meyer Gemüsebearbeitung mbH :

« Il y aura certainement des goulots d’étranglement,mais nous savons adapter notre production en conséquence »

Au cours des dix dernières années, Meyer Gemüsebearbeitung GmbH a connu une croissance constante. En 2022, face aux conséquences de la pandémie puis de la guerre, la courbe de croissance s'est quelque peu aplanie. « C'est justement ces derniers mois que cela s'est fait sentir », nous informe Wilfried Schaffer (à droite sur la photo. Photo : Meyer Gemüsebearbeitung mbH), qui travaille aux achats et ventes bio pour l'entreprise Meyer Gemüsebearbeitung GmbH.

10 % en bio
« Le secteur bio chez Gemüse Meyer souffre plus que le secteur conventionnel car, d'une part, nous devons faire face à des coûts plus élevés dans ce domaine et, d'autre part, la disponibilité de certains produits n'est pas toujours assurée », explique Schaffer. L'entreprise se consacre en premier lieu à la transformation de fruits et légumes conventionnels, la part bio représentant environ 10 % du chiffre d'affaires total.

Les carottes et les pommes de terre favoris
Les carottes et les pommes de terre, ainsi que d'autres tubercules, sont depuis toujours les plus demandés dans le secteur biologique. « Nous nous procurons les matières premières auprès d'exploitations agricoles dans la région et de toute l'Europe. Les carottes et les pommes de terre sont disponibles presque toute l'année. Le céleri, les poireaux ou les haricots ne sont disponibles qu'à certaines périodes, mais doivent également être transformées directement. » Une certaine insécurité sur le marché bio est perceptible au vu des crises persistantes et des prix en constante augmentation. En conséquence, le prix de vente doit être fixé à un niveau moyen à élevé. « Nous sommes désormais confrontés à des modalités contractuelles très différentes de celles d'il y a quelques années », explique Schaffer.

La dépense énergétique est énorme dans le secteur du surgelé, c'est pourquoi les coûts de production, de stockage, de logistique, mais aussi les matériaux d'emballage, les salaires, etc. ont augmenté. « Il y aura bien des goulots d'étranglement, mais nous savons adapter notre production en conséquence. Mais c'est justement pour les produits que nous achetons, comme les tomates bio ou les choux-fleurs bio, que nous avons eu de nombreuses pénuries pendant plusieurs mois. Nous n'avons malheureusement pas beaucoup d'influence sur ce point. »

Une coopération plus étroite nécessaire
Selon Schaffer, il est donc important d'établir une meilleure coopération entre les producteurs, le commerce et les clients. « Nous essayons d'entretenir un contact encore plus étroit avec nos clients. En outre, notre objectif devrait être de garantir que l'agriculture puisse continuer à être rentable. Après tout, il y a ici de nombreux avantages régionaux et un grand savoir-faire. »

Le principal client de Gemüse Meyer est l'industrie de transformation. « Nos produits sont livrés à l'industrie au moyen de cartons de 10 kg ou de sacs PE de 20 kg. Notre entreprise est active dans le monde entier, mais la marchandise bio est principalement commercialisée en Europe, avec un gros focus ur l'Allemagne. »

Venez rendre visite à l'entreprise au BioFach 2023 : Hall 6, Stand 165

Pour plus d'informations :
Wilfried Schaffer
Meyer Gemüsebearbeitung GmbH
Tél. : +49 4243 9311-0
w.schaffer@gemuese-meyer.de 
www.gemuese-meyer.de 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)