Dans la région de Murcia et dans d'autres régions de l'Est, la saison des légumes-feuilles et des brassicacées est à présent bien engagée, avec des volumes réguliers pour satisfaire les marchés européens, bien que la demande ait souffert vers la fin du mois de novembre après un très bon départ.

« La récolte a été retardée par rapport à l'année dernière parce qu'elle a été plantée plus tard en raison des mois chauds d'août et de septembre », rappelle Domingo Llamas, président exécutif d'Unexport. « Les rendements n'ont pas été très élevés en raison du manque de froid et de pluie, ce qui a permis aux plantes de mieux travailler et d'atteindre des tailles plus importantes. Aujourd'hui, les températures commencent à baisser, mais nous avons besoin de plus d'humidité », ajoute-t-il.

« Les prix ont été très bons pour la laitue depuis le début de la saison, même si, à la fin de ce mois, la demande a chuté, tout comme les prix, qui sont actuellement inférieurs aux coûts, en attendant qu'ils remontent », explique M. Llamas.

« Il en va de même pour le brocoli. Nous avons commencé avec une très bonne demande parce que dans les pays de destination il n'y avait plus de production alors qu'en Espagne il y avait encore très peu d'offre parce qu'il a été planté plus tard. Nous avons eu de très bons prix jusqu'à la première quinzaine de novembre mais nous sommes confiants qu'ils remonteront le mois prochain », affirme le président d'Unexport.

Les surfaces de légumes-feuilles et de choux-fleurs resteront très proches de la saison dernière, alors que le brocoli pourrait avoir baissé d'environ 30 % selon Llamas, en raison de problèmes de rentabilité et d'incertitudes liées au manque d'eau.

« L'eau n'a jamais été abondante dans la région de Murcie, mais la situation de cette année est très préoccupante pour l'ensemble du secteur. Les coupures dans le transfert d'eau Tajo-Segura pourraient nous causer beaucoup de tort cette saison et, de plus, il ne pleut presque pas et le peu qui pleut se trouve dans les zones les plus proches de la côte, ce qui rend impossible le stockage de l'eau. Nous ne savons pas si nous pourrons couvrir nos besoins en eau, surtout au printemps, lorsque les journées sont plus longues et plus chaudes », prévient Domingo Llamas.

Pour plus d'informations :
Domingo Llamas
Unexport
Polígono Industrial Juan Lucas,
C7 - Nave 4,
30816 La Hoya, Lorca, Murcia (Espagne)
Tél. : +34 968 48 67 04
domingollamas@unexport.es
www.unexport.es