La saison des brocolis et des choux-fleurs a été retardée dans la région de Murcia en raison de la chaleur et des tempêtes de grêle dans certaines des zones de culture les plus élevées. Et même si les volumes ont été rétablis, la demande a explosé en Europe et il est difficile de trouver des produits en dehors des programmes préétablis.

« La demande de brassicacées et de choux est de 25 à 30 % supérieure aux prévisions dans toute l'Europe », déclare Nacho Domenech, directeur général de la société murcienne Agromark. « Il ne faut pas oublier que cette année, environ 30 % de choux-fleurs en moins ont été plantés à Murcia, ce qui fait que les produits manquent et sont très chers. »

« En ce qui concerne le brocoli, bien que la situation soit très tendue, nous sommes autosuffisants et nous pouvons couvrir les programmes déjà convenus avec les chaînes de distribution, bien que les prix soient beaucoup plus élevés que l'année dernière », explique-t-il.

Selon le producteur et exportateur, « en ce moment, ceux qui veulent s'approvisionner en produits doivent payer le prix fort, à la fois à cause de la limitation de la production et de l'augmentation des coûts. Il est impossible d'acheter des produits pour mettre des prix attractifs sur les étals. La production disponible, compte tenu de la rareté de l'eau, se limite à remplir les programmes des clients habituels et il n'y a pratiquement pas de produits sur le marché libre. »

« Bien que nous ayons besoin de pluie, l'aspect positif est que le climat sec favorise l'absence de parasites et de maladies, de sorte que le chou-fleur et le brocoli sont de très bonne qualité », souligne Nacho Doménech.

La sécheresse et les restrictions d'eau d'irrigation en Murcie ont entraîné une réduction importante de la surface d'autres produits comme l'artichaut, dont les besoins en eau sont très élevés, et une augmentation des prix.

« On s'attend à ce que les restrictions d'utilisation de l'eau augmentent à partir de janvier. En fait, de nombreuses zones sont déjà soumises à des limitations, comme c'est le cas à Lorca. Si nous n'avons pas plus d'eau à partir de janvier, il y aura une pénurie de produits et les prix seront très élevés. Il est impossible de remplacer Murcie dans la culture des brassicacées d'hiver en Europe. »

Pour plus d'informations :
Nacho Doménech
O.P. Agromark, S.L.
Casa Lugar Nuevo, 65.
30739 Torre de Pacheco (Murcia)
Tél. : +31 968173201
nacho@agromark.es
www.agromark.es