En raison des prix élevés de l'énergie et de l'incertitude qui en découle pour les producteurs, la saison de cette année dans les serres de LGV Gärtnergemüse et Seewinkler Sonnengemüse a commencé relativement tard. La récolte a commencé trois à quatre semaines plus tard, à cause des semis tardifs, explique Josef Peck, directeur général de la coopérative LGV Sonnengemüse. « Les rendements des cultures les plus importantes, les tomates, les poivrons et les concombres, ont été assez bons dans l'ensemble, mais bien sûr, nous avons manqué ces trois/quatre semaines sans pouvoir les rattraper. »

La demande sur le marché intérieur autrichien a été élevée et stable tout au long de la saison, poursuit Peck. « Nous avons pu vendre le volume de notre récolte sans problème majeur. Nous n'avons pas eu d'offre excédentaire ou de détérioration importante. Au cours du premier semestre, l'augmentation des prix par rapport à l'année précédente a entraîné une certaine réticence face aux achats, mais au cours du second semestre, les consommateurs se sont habitués à des prix à la consommation généralement plus élevés qu'ils ont finalement acceptés. » Par rapport à la saison de l'année dernière, les prix des articles les plus importants ont augmenté de 10 à 15 %, précise Josef Peck.


Josef Peck est à la tête de la coopérative de producteurs depuis 2018

Les cultures principales de concombres, de poivrons et de tomates se sont développées de manière presque similaire cette année. « Hormis la réduction de volume susmentionnée, la saison s'est plutôt bien déroulée sur tous les plans. Cette année, nous nous sommes concentrés sur nos produits standard, car la demande de spécialités était plus faible, notamment en raison du prix. Nous avons toutefois pu respecter les quantités convenues. Nous partons également du principe que 2024 sera une année de transition au cours de laquelle il n'y aura pas d'innovations majeures, que ce soit au niveau de la culture ou de la commercialisation. La situation des cultures spécialisées, y compris les mini légumes, devrait s'améliorer à nouveau à partir de 2025 », indique Peck.

La récolte des trois principales cultures sous serre s'est achevée au cours de la semaine 46. « La demande était encore satisfaisante à la fin de la saison. Nous n'avons eu aucun surplus. Nous avons pu commercialiser nos quantités presque à temps. À cet égard, la planification de nos jardiniers et de nos maraîchers ne cesse de s'améliorer. Dans le sillage de la crise énergétique, nos entreprises membres s'efforcent également d'investir dans les économies d'énergie. Par exemple, les écrans énergétiques permettent de réduire la consommation d'énergie pour le chauffage. De manière générale, nous essayons de nous débrouiller avec moins d'énergie et de mettre en pratique des solutions alternatives, telles que les systèmes à copeaux de bois. »


Gingembre frais, cultivé localement

Le gingembre local en plein essor
Les 157 maraîchers de LGV Gärtnergemüse et Seewinkler Sonnengemüse produisent une large gamme de légumes en serre et en plein air. Leur volume de production annuel de plus de 42 000 tonnes contribue de manière significative à la sécurité de l'approvisionnement de l'Autriche. Outre les produits habituels du marché, la coopérative s'efforce également d'enrichir sa gamme de produits avec des denrées nouvelles et surprenantes issues de la culture locale. Depuis cinq ans, du gingembre frais issu de cultures protégées est proposé de septembre à Noël, explique Peck.

« La première année, nous avons fait un essai à Seewinkel, dans le Burgenland, qui s'est soldé par une récolte exceptionnelle. Les années suivantes ont été marquées par des revers, car la culture est particulièrement difficile. Nous avons maintenant trouvé une bonne solution et pouvons offrir aux détaillants alimentaires une alternative haut de gamme aux produits importés. »

Le premier semestre de l'année a également été particulièrement difficile pour les cultures en plein air, en raison de la pluie et du froid qui ont sévi en avril et en mai. « Cela a entraîné des rendements très faibles, en particulier pour les pommes de terre précoces. La situation s'est ensuite améliorée au cours du second semestre, si bien que nous nous attendons maintenant à de bons rendements pour les choux-légumes. Par rapport à d'autres régions productrices comme la Styrie, où les précipitations ont été abondantes, nous avons été épargnés en ce qui concerne les mauvaises récoltes. »


Tomates à grignoter

Développement du marché des légumes et de la coopérative de producteurs
La coopérative, qui est l'un des plus grands négociants en légumes d'Autriche, est en contact direct avec le secteur national de la vente au détail de produits alimentaires. « En matière d'emballage, nous sommes impatients de voir ce que le législateur et nos clients stipuleront à l'avenir. Le plastique est déjà fortement délaissé, mais la tendance s'est partiellement inversée, car le plastique permet de bien voir le produit commercialisé et contribue à un microclimat optimal dans l'emballage. Récemment, il a été question d'une nouvelle interdiction du plastique, mais je ne pense pas que cela soit faisable, surtout pour les légumes fins comme les mini-concombres ou les tomates cerises. »

Globalement, la direction de LGV Sonnengemüse est très optimiste quant à l'avenir. « Le défi pour l'avenir ne réside pas dans la commercialisation de nos produits, mais dans le maintien de la production. Nous devons assurer la production : dans certains cas, nous constatons une forte demande de terrains pour de nouvelles extensions. Dans le même temps, les prix à la production ont été suffisants, voire très bons, au cours des trois à cinq dernières années. Nous ne constatons donc pas de craintes existentielles majeures chez nos jardiniers et nos maraîchers. Au contraire : il y a beaucoup de jeunes jardiniers ayant repris activement l'entreprise de leurs parents et qui sont également ouverts aux investissements », conclut Peck.

Images : © zweischrittweiter.at

Pour plus d'informations :
Josef Peck
LGV Sonnengemüse e.G.
Haidestraße 22
1110 Wien
Tél. : +43/1/760 69-0
info@lgv.at
www.lgv.at