Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)

Comme nous donnons la possibilité de consulter nos articles gratuitement, nous comptons sur les revenus de nos bannières publicitaires. Merci donc de désactiver votre bloqueur de publicités et de réactualiser la page pour pouvoir poursuivre votre visite sur ce site.

Cliquez ici pour savoir comment désactiver votre bloqueur de publicité.

Sign up for our daily Newsletter and stay up to date with all the latest news!

S'abonner I am already a subscriber
André Noordhoek, de Noordhoek Agro (Pays-Bas) :

« La clientèle a dû accepter un prix plus élevé du fait des quantités moindres »

L'offre de choux de Bruxelles n'est pas très importante cette année. « Aux Pays-Bas, on compte un tiers de récolte en moins. La principale raison est l'été sec et l'automne humide, qui ont freiné la croissance. Certaines parcelles ont même été complètement perdues », explique André Noordhoek de Noordhoek Agro à Bleiswijk, qui cultive les choux de Bruxelles et s'occupe de la vente pour cinq autres producteurs.

« Les prix sont beaucoup plus élevés que les autres années. Les calibres B se vendent entre 1 et 1,25 €/kg. Les A sont vendus entre 0,80 et 1,15 € », explique le producteur. « Parmi les clients, le niveau actuel des prix suscite une certaine grogne. Si vous êtes habitué à 40/50 centimes, c'est normal de trouver les prix actuels élevés, mais nous avons besoin de cette augmentation si nous voulons compenser un tiers de la perte de surface mise en culture et de l'augmentation générale des coûts. Mais si on rapporte ça au prix par portion dans l'assiette, ça n'est finalement pas si mal ! »

« Je prévois que les choux de Bruxelles ne feront qu'augmenter à l'approche de Noël. Le petit chou reste un classique du menu de Noël et l'offre des autres légumes n'est pas non plus gigantesque. La demande est dynamique et ne peut qu'augmenter », déclare Noordhoek, qui approvisionne principalement les grossistes, les exportateurs et directement certains supermarchés.

« Qualitativement, la saison n'est pas facile. Elle redémarre en ce moment, mais ces dernières semaines, nous avons eu beaucoup de travail de triage », explique le producteur. La trieuse optique SproutCam, qu'il a contribué à développer, est donc utilisée à bon escient. « Elle fonctionne très bien. Je viens d'en commander une deuxième. »

Pour plus d'informations :
André Noordhoek
Nordhoek Agro
Tél. : +31 6 22 23 37 04
canoordhoek@kpnmail.nl

Date de publication: