Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)

Comme nous donnons la possibilité de consulter nos articles gratuitement, nous comptons sur les revenus de nos bannières publicitaires. Merci donc de désactiver votre bloqueur de publicités et de réactualiser la page pour pouvoir poursuivre votre visite sur ce site.

Cliquez ici pour savoir comment désactiver votre bloqueur de publicité.

Sign up for our daily Newsletter and stay up to date with all the latest news!

S'abonner I am already a subscriber
Peter Mair de Gruppo Mec sur les exportations de laitues vers l'Allemagne :

Goulots d'étranglement pour la laitue italienne

Dès le début de la saison de la laitue italienne pour l'hiver 2023/2024, d'importants goulots d'étranglement ont été constatés. Normalement, le produit est prêt à être récolté au cours de la dernière semaine d'octobre, mais cette année, le début de campagne a été relativement difficile. « Le mois de septembre a été continuellement beau et chaud. Le mois d'octobre, en revanche, a été fortement contrasté, avec d'intenses pluies suivies de températures élevées. De ce fait, la laitue de plein champ a, généralement, présenté une qualité médiocre », explique Peter Mair, directeur des ventes de la coopérative italienne Gruppo Mec.

Même dans les serres, la laitue a souffert des fluctuations de température et de l'humidité élevée. « Il est arrivé que les variétés choisies ne soient pas adaptées à ces températures. Les cultures ont été exposées à des niveaux élevés d'infestation d'insectes et de maladies fongiques. La pression pathologique était si vigoureuse que les produits étaient impropres à l'exportation. Parallèlement, la production intérieure allemande a augmenté plus rapidement qu'à la fin de l'année précédente, d'où l'apparition d'un déficit d'approvisionnement conséquent, avec des prix qui ont parfois plus que doublé », souligne Peter Mair.

Ce n'est qu'à partir de la deuxième semaine de décembre que le marché est revenu graduellement à la normale, poursuit Mair. Les prix se sont maintenant stabilisés à un niveau raisonnable. « Nous ne prévoyons pas de goulots d'étranglement pour Noël ou le Nouvel An. Si le temps continue de coopérer, M.E.C. aura suffisamment de marchandises jusqu'à la mi-janvier au niveau de prix actuel. »

La saison devrait se terminer au cours de la deuxième semaine d'avril. D'ici là, les volumes d'exportation sont appelés à se maintenir. « Les producteurs du sud de l'Italie sont également confrontés à des conditions météorologiques défavorables, à des températures basses et à un nombre réduit d'heures d'ensoleillement en hiver. Le changement climatique est déjà perceptible depuis plusieurs années. Le temps reste un élément clé de notre industrie et continue d'influencer la culture et la tarification », indique Mair.

La laitue italienne continue de dominer
Au cours des mois d'hiver, la laitue italienne continue de dominer l'offre sur le marché allemand. Les volumes cultivés sont stables depuis des années. « Bien que la marchandise belge soit de remarquable qualité et que le poids des pièces soit extrêmement précis, la marchandise est vendue aux enchères, ce qui contribue, entre autres, à des fluctuations de prix considérables. La France perd de l'importance chaque année, en raison des ventes aux enchères et des récoltes à forte intensité de main-d'œuvre. L'Espagne possède un potentiel pour la culture de la laitue, mais les serres continuent à produire essentiellement des tomates, des concombres et des poivrons », conclut Mair.

Images : Gruppo Mec

Pour plus d'informations :
Peter Mair
Gruppo Mec
Tél. +49 151 54453101
Tél. +39 333 4700507
p.mair@gruppomec.it
https://www.gruppomec.it/deu/landing-page/

Date de publication: