Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)

Comme nous donnons la possibilité de consulter nos articles gratuitement, nous comptons sur les revenus de nos bannières publicitaires. Merci donc de désactiver votre bloqueur de publicités et de réactualiser la page pour pouvoir poursuivre votre visite sur ce site.

Cliquez ici pour savoir comment désactiver votre bloqueur de publicité.

Sign up for our daily Newsletter and stay up to date with all the latest news!

S'abonner I am already a subscriber
Nicolás Chica, directeur d'Agroláchar :

« Quel est l'intérêt d'un prix élevé si les kilos récoltés sont si peu nombreux ? »

L'inquiétude des producteurs d'asperges de Grenade est plus que compréhensible, après une saison fortement touchée par la sécheresse et le manque de précipitations. Le mois de novembre a été extrêmement sec, seulement 2 % de la valeur moyenne des précipitations pour ce mois ont été enregistrés, selon les données d'Aemet.

« Les prévisions pour la saison prochaine, si tout continue ainsi, sont mauvaises. Nous sortons d'une année où les rendements ont été inférieurs de 45 à 50 % et nous nous trouvons à un moment où les ressources hydriques sont très limitées et où il est difficile pour les griffes d'accumuler les réserves nécessaires pour faire avancer les fruits à l'arrivée du printemps », explique Nicolás Chica, gérant de la coopérative Agroláchar et secrétaire général de l'UPA Grenade.

« Tout cela génère beaucoup d'incertitude dans le collectif de l'asperge de la province, et une certaine inquiétude que le manque d'eau puisse affecter, en plus de la production, la griffe elle-même ; surtout dans les plantations non irriguées, qui ici à Grenade représentent une surface importante des plus de 6.000 hectares en production. Dans ce cas, il ne s'agirait pas d'une réduction pour la prochaine saison, mais d'éventuels dommages structurels aux plantations touchées. »

« Aujourd'hui, toute prévision est prématurée, il ne nous reste plus qu'à attendre la pluie de janvier pour améliorer les prévisions que nous avons actuellement », souligne-t-il.

« Le point positif est que 2023 a été une bonne année en termes de prix »
La saison des asperges débutera en mars à Grenade, initiant les récoltes qui s'étendront ensuite à d'autres régions européennes de production. Le secteur a déjà réalisé plusieurs essais pour avancer la saison, explique Nicolás, « en utilisant des filets, des micro-tunnels et d'autres structures de serre, car pour une saison qui dure trois mois, il serait très positif de pouvoir l'avancer d'un mois. Cependant, le résultat n'a pas été à la hauteur des espérances, car il n'a pas été possible d'avancer la récolte autant que nous l'espérions et les coûts ont été assez élevés. De plus, les structures ont rendu difficile la récolte, qui est quotidienne pour les asperges. »

« Il y a aussi le danger du gel. Lorsque la température descend en dessous de 0 degré, elle anéantit un produit qui est principalement composé d'eau ; il est vrai qu'après qu'une gelée ait anéanti la production d'asperges à ce moment-là, après une semaine, les pousses repartent, mais je le répète, dans une saison de trois mois, une semaine perdue peut signifier la perte de 8 % de la production. C'est pourquoi, en fin de compte, le mieux est de ne pas forcer la culture et d'attendre qu'elle se développe selon son cycle naturel. »

Tout le secteur regarde vers l'avenir avec prudence, en espérant que les meilleurs résultats se concrétiseront cette saison, sans pour autant oublier la saison qui vient de se terminer avec les dernières récoltes de septembre et d'octobre pendant la saison de l'asperge verte. « Le point positif est que 2023 a été une bonne année en termes de prix. Les producteurs de notre coopérative ont réglé leur récolte à plus de 3 euros en moyenne et à certaines occasions, nous avons atteint 3,50 euros le kilo. Bien qu'au final la quantité de kilos ait été si faible qu'il n'y a pas d'intérêt à ce que le prix soit élevé alors que les kilos récoltés sont si peu nombreux. »

« L'important, c'est l'argent qui va dans la poche de l'agriculteur et, cette année, il a été infiniment moindre. Néanmoins, l'évaluation du marché de l'asperge verte de grenade augmente de façon exponentielle et continue de croître. Le travail commercial réalisé par les opérateurs pour internationaliser leur activité porte ses fruits et se traduit par une demande incessante de la part des grandes chaînes qui profitent des foires internationales. Ainsi, l'asperge verte continue d'être une culture sociale et rentable pour nos agriculteurs, bien que sa viabilité n'ait été que tronquée par des conditions climatiques défavorables. »

Pour plus d'informations :
Agroláchar S.C.A.
Dirección Av. Andalucía, s/n
18327, Láchar, Grenade (Espagne)
Tél. : +34 692 043 375
comercial@agrolachar.com
https://agrolachar.com

Date de publication: