Les prix élevés des artichauts partagés par les différentes ventes aux enchères dans la province d'Alicante révèlent qu'à l'heure actuelle, la récolte disponible est encore limitée. « Avec la chaleur persistante et le manque de pluie, la récolte a été retardée, de sorte que le peu qui est disponible vaut de l'argent. C'est à partir du mois de février que le volume arrivera d'un seul coup, mais il faut savoir que la récolte aurait dû commencer à la fin du mois de décembre, nous allons donc commencer la saison avec presque deux mois de retard », explique Raúl Marín, producteur d'artichauts à Almoradí et membre de la coopérative Grupo de la Vega.

En ce moment, tout indique que la saison sera « courte en termes de kilos et de temps », précise-t-il, « car si le froid ne dure pas et que les plantes peuvent le supporter, à la mi-février ou au mois de mars, avec l'arrivée du printemps et l'augmentation de la chaleur, ce sera fini. De plus, à partir du mois de mars, le marché s'oriente vers des zones plus froides pour s'approvisionner en artichauts provenant de ces régions, de sorte que les produits qui ne sont pas coupés en mars risquent d'être difficiles à écouler. »

Prix élevés pour les petits calibres
Si l'on prend comme référence les prix communiqués par Agro Verduras 2000, on remarque qu'à plus de 2 euros le kilo lors de la dernière session, les petits calibres sont presque 40 % plus élevés que les calibres d'exportation.

Il faut tenir compte du fait que les premières coupes correspondent aux artichauts supérieurs, qui sont généralement de grande taille et constituent un produit d'exportation, mais avec le retard de la récolte, ce sont précisément les artichauts inférieurs de la plante, les petits calibres, qui sont en pénurie parce que les coupes ne sont pas encore descendues, explique Raúl.

« En ce qui concerne les variétés, on peut presque dire que l'artichaut hybride Green Queen détrône le Blanca de Tudela. Il s'agit d'une variété qui s'abîme moins, qui a une production plus élevée, mais surtout, c'est celle qui est actuellement demandée par toutes les plateformes de supermarchés, c'est pourquoi elle est de plus en plus cultivée. »

La campagne d'artichauts de cette année a été marquée par des retards dans la récolte, ce qui a fait craindre un chevauchement de la production avec la production française et un impact sur l'exportation, mais elle a surtout été marquée par la sécheresse. Une situation « étouffante », le manque d'eau, met sous pression tous les agriculteurs d'Alicante.

« S'il ne pleut pas, s'il ne neige pas et s'il n'y a pas de fonte des neiges qui pourrait aider les réservoirs à se remplir, nous verrons si nous pouvons planter ce printemps, bien qu'il faille d'abord voir si nous pouvons sauver la saison hivernale, qui se termine en mars/avril. »

« Entre avril et mai, nous devrions commencer à tout préparer pour planter des citrouilles et des patates douces, mais il y a encore beaucoup d'incertitudes car tout dépendra de la présence ou non de pluie d'ici là. »