L'eau a toujours été un bien précieux en Andalousie, mais jamais autant qu'en ces temps de pénurie où son manque « étouffe les agriculteurs », affirme Francisco García, producteur de fruits tropicaux à La Herradura, Almuñécar. « En se promenant dans la zone où je cultive mes arbres, on peut voir que les avocats de toutes les exploitations sont généralement brûlés. De nombreux agriculteurs les ont directement abandonnés parce qu'ils n'en pouvaient plus, tout comme je suis contraint de le faire », explique-t-il. « Pour vous donner une idée de la situation, sur une parcelle où j'aurais dû récolter 2 600 kilos, je n'en ai obtenu que 360 de très petits calibre ; j'ai même récolté des avocats deux fois plus gros qu'un raisin, ce qui fait que le prix auquel je les vendrai à la coopérative sera également très bas. »

« Il faut savoir que la majorité des producteurs d'avocats de Grenade et de Malaga sont des petits agriculteurs qui parviennent à vivre de leur travail, et cette année sera une année de souffrance pour nous tous. Au cours des deux dernières années, j'ai dépensé toutes mes économies pour travailler dans les champs et je vois que je suis arrivé à un point où, comme d'autres cultivateurs, je vais devoir jeter l'éponge. »

« Il y a même gens, jeunes et vieux, qui ont contracté des emprunts pour créer leurs exploitations et qui, sans revenus, ont un problème très grave. »

En fait, l'année dernière, Grenade était déjà la province qui, en termes de fruits tropicaux, a connu le côté le plus difficile de la sécheresse. Rien que pour les avocats, elle est passée des 28 227 tonnes enregistrées lors de la saison 2021/22 à un peu plus de 17 200, selon les données communiquées par la Junta de Andalucía, ce qui signifie une réduction de la production de 38,8 %. « Et si la situation ne change pas, la mangue suivra, car bien qu'elle soit plus résistante au manque d'eau car c'est une plante d'origine désertique, il n'y a pas eu assez de pluie pour compenser les niveaux de sels dans le sol, et les arbres brûlent, comme cela s'est déjà produit pour les avocatiers », souligne Francisco.

« Au Maroc, on est sur le point de commencer la construction d'une nouvelle usine de dessalement, la plus grande d'Afrique, avec la technologie espagnole »
Cette semaine, enfin, le ciel est censé donner un répit et il pleuvra dans toute l'Andalousie. C'est très nécessaire en ce moment, autant que les infrastructures que le secteur demande depuis tant d'années qui auraient déjà dû être construites. « Au Maroc, on va déjà commencer à construire une nouvelle usine de dessalement, la plus grande d'Afrique, avec la technologie espagnole, et ici on parle encore de pannes qui seront terminées au plus tard en 2030, alors que nous avons toute une mer devant nous. »

« Ce qu'ils encouragent, c'est l'utilisation d'eau régénérée, mais elle est tellement riche en chlorures et en sodium qu'elle ne convient pas à l'irrigation », se souvient Francisco García. « La meilleure eau que je puisse obtenir d'un puits dans cette région, étant déjà salinisée, a des niveaux de chlorure de 260, et l'eau régénérée arrive avec des niveaux de plus de 300. Et au-delà de la qualité, il faut penser à la quantité d'eau dont un fournisseur d'eau tertiaire a besoin par rapport à ce dont l'agriculture a besoin. »

« Cependant, alors que les gouvernements locaux, régionaux et nationaux dépensent une fortune pour payer les responsables, les départements techniques et les départements de recherche sans parvenir à faire des propositions à temps, une réunion extraordinaire est prévue en janvier dans la communauté d'irrigants à laquelle j'appartiens. Il sera proposé d'accorder l'usufruit de l'utilisation de l'eau de la communauté à une grande entreprise privée espagnole qui aidera à réduire son prix. »

« Tout cela m'amène à me poser de nombreuses questions. L'une d'entre elles est, au vu de la situation, de savoir qui se cache derrière toutes les montagnes et les terres où l'on installe des hectares et des hectares en terrasse pour de futures plantations, et si elles sont déclarées comme irriguées ou si elles ont de l'eau pour leur mise en fonctionnement. »

« Une autre raison est que personne n'a été capable de défendre le secteur agricole, comme le montre la situation dans laquelle nous nous trouvons. »