« Devons-nous renoncer à la production d’endives en France ? », c'est la question que pose l'Association des Producteurs d’Endives de France (APEF) au Premier ministre Gabriel Attal. La filière se dit pleine « d'espoir », après les annonces de jeudi dernier, dans lesquelles le Premier ministre a mis en avant la souveraineté alimentaire. C'est donc dans une lettre ouverte que les producteurs d'endives indiquent attendre « un signal fort du gouvernement, une visibilité sur plusieurs années pour reprendre confiance dans cette production et s’engager pleinement dans la transition agro-écologique », face aux retraits de plusieurs substances actives.

« La filière endive n’a aucune visibilité sur sa capacité à produire après 2024 »
A date, la filière endive n’a aucune visibilité sur sa capacité à produire après 2024, suite au retrait annoncé de plusieurs substances actives clés permettant de garantir la pérennité technique et économique de cette culture traditionnelle des Hauts-de-France (90 % de la production française). Ce manque de visibilité a stoppé tous les projets d’investissement ou d’installation/reprise de jeunes endiviers, freinant d’autant l’évolution des pratiques agroécologiques.

« Notre station d’expérimentation dédiée à l’endive travaille sur des alternatives aux trois matières actives prochainement interdites (Benfluraline, Triflusulfuron-méthyle, Spirotétramate) mais aucune n’a - à ce jour- permis de rassurer les endiviers et leurs conseillers techniques ». L’APEF a également déposé un dossier au PARSADA pour financer davantage de travaux d’expérimentation et trouver des solutions encore plus vertueuses.

« L’objectif de faire évoluer nos pratiques et de limiter leur impact sur l’environnement est partagé par tous, mais les cycles de la nature et la complexité du métier d’endivier ne permettent pas de trouver des réponses dans les laps de temps aussi court que le prévoit la réglementation ».

La France : premier producteur mondial
L’endive est le quatrième légume frais le plus consommé en hiver, la France est le premier pays producteur mondial avec 130 000 T (-50% en 20 ans). Notre « chicon » est produit par 300 producteurs, il emploie 5 000 salariés et génère un chiffre d’affaires de 240 M€ dont une partie à l’export. Il fait partie du patrimoine agricole et gastronomique de la région Hauts-de-France et bien au-delà. Alors que 40 % des légumes consommés en France proviennent de l’import, l’endive présente dans les rayons est française à près de 100 %.

Les producteurs d’endives de France souhaitent ainsi : « être souverains, souverains pour cultiver, souverains pour récolter, souverains pour nous alimenter » et « produire et protéger » leurs endives. Mais pour cela, il faut que s’applique le « pas d’interdiction sans solution ! ».

Pour plus d'informations :
Pierre Varlet (Directeur)
APEF
2, rue des Fleurs
62000 Arras
Tél. : 03 21 07 89 89
contact@endive.fr