Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)

Comme nous donnons la possibilité de consulter nos articles gratuitement, nous comptons sur les revenus de nos bannières publicitaires. Merci donc de désactiver votre bloqueur de publicités et de réactualiser la page pour pouvoir poursuivre votre visite sur ce site.

Cliquez ici pour savoir comment désactiver votre bloqueur de publicité.

Sign up for our daily Newsletter and stay up to date with all the latest news!

S'abonner I am already a subscriber
Stephan van Marrewijk, de Vicasol (Espagne) :

Tomate : « Un marché saturé après la chaleur record du mois de janvier »

« Le temps et les conditions de culture sont royales en ce moment à Almeria », déclare Stephan van Marrewijk, qui travaille au service commercial de la coopérative espagnole Vicasol. « Nous avons connu le mois de janvier le plus chaud depuis des années. Combiné à la pleine lune de janvier, toutes les tomates ont mûri simultanémentent, ce qui a entraîné des récoltes record. »

« Le temps reste également doux en ce moment avec des minima de 14 et des maxima de 22 °C. Le marché en revanche, n'a pas su réagir suffisamment vite pour commercialiser rapidement ces volumes, avec une surcharge à la clé et une certaine fébrilité. Aujourd'hui, la situation revient à la normale, et nous espérons revenir rapidement à des ventes et des prix habituels pour cette période de l'année. Dans les semaines à venir, nous nous attendons à ce que le marché se stabilise et à ce que le mois de mars soit intéressant en raison de la transition entre l'Espagne et les autres pays producteurs qui entament alors leurs récoltes. »


Stephan lors de Fruit Logistica la semaine dernière

Selon van Marrewijk, l'introduction de variétés résistantes ou tolérantes contre le virus du fruit rugueux brun de la tomate (ToBRFV) constitue un développement essentiel pour l'horticulture espagnole, dans l'optique de planter à nouveau la saison prochaine à des dates normales sans craindre d'affecter la culture. « Cette année, la pression virale attendue a été relativement faible. Certaines cultures ont été touchées, mais pas à grande échelle, et cela n'a donc pas vraiment eu d'incidence sur l'offre globale. »

« La commercialisation des produits biologiques a également été un peu difficile en raison de l'importance de l'offre, mais ça bouge sur le marché et nous avons réussi à augmenter notre part de marché de manière significative. Nous nous attendons par ailleurs à ce que le marché du bio reprenne rapidement », conclut van Marrewijk. « Le mini-concombre est un produit à la hausse cette année dans les cultures espagnoles. On s'attend à ce qu'il se développe davantage. C'est un beau produit avec beaucoup de potentiel ! »

Pour plus d'informations :
Stephan van Marrewijk
Vicasol
Tél. : +34 950 55 32 00
stephan@vicasol.com
www.vicasol.es

Date de publication: