Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)

Comme nous donnons la possibilité de consulter nos articles gratuitement, nous comptons sur les revenus de nos bannières publicitaires. Merci donc de désactiver votre bloqueur de publicités et de réactualiser la page pour pouvoir poursuivre votre visite sur ce site.

Cliquez ici pour savoir comment désactiver votre bloqueur de publicité.

Sign up for our daily Newsletter and stay up to date with all the latest news!

S'abonner I am already a subscriber
Juan Jesús Lara, CASI (Espagne) :

« Le marché devrait retrouver ses prix au cours de la seconde partie de saison »

Au début de l'année 2024, la tomate a connu une chute des prix qui se fait encore sentir. « Cette année, la saison de la tomate a commencé de manière quelque peu atypique. Chez CASI, qui traite entre 60 et 70 % de la tomate produite dans la province d'Almeria dans certaines variétés, nous avons décidé de retarder les repiquages cette saison en raison de la situation du virus de la rugosité et, en outre, la situation météorologique a suscité certains doutes. Il y a également eu un retard dans la transplantation d'environ 7-10 jours en moyenne, ce qui signifie que le début de la récolte a été retardé de 2-3 semaines par rapport à une saison normale. Cela a entraîné des prix élevés et un manque d'écoulement, et les gros volumes sont vraiment arrivés en décembre », rappelle Juan Jesús Lara, directeur de CASI.

« Cependant, nous devons nous rappeler que nous vivons dans un marché mondialisé, que le Maroc et la Turquie ont bénéficié de conditions météorologiques favorables en décembre et ont eu une production excédentaire, et que cela s'est ajouté au fait que nous sommes au milieu de la saison, ce qui a exercé une pression à la baisse sur les prix », souligne-t-il. « Chez CASI, nous avons des produits de base et des spécialités, et il est vrai que nous pouvons mieux positionner les spécialités parce qu'il s'agit de variétés à haute valeur ajoutée, avec une continuité et un bon positionnement », poursuit Juan Jesus.

« Nous nous trouvons actuellement dans une situation délicate, car à cette situation de surproduction sur le marché se sont ajoutées diverses mobilisations dans presque tous les pays européens, ainsi qu'en Espagne même, ce qui a entraîné pour notre logistique certains retards de livraison qui, bien que non dramatiques, ont provoqué une certaine incertitude sur le marché lui-même. Et il ne faut pas oublier que si nous avons subi des barrages routiers, le Maroc a pu continuer à acheminer ses tomates par bateau sans aucune restriction vers la France elle-même, ainsi que vers les Pays-Bas et l'Angleterre. »

« Mais malgré tout cela et le fait que le prix n'a pas été le même que la saison dernière au mois de janvier, la stabilité de notre production, le service que nous offrons, la qualité et le fait de miser sur des produits que personne d'autre n'a, ont fait que pour l'instant nous n'avons pas eu de problèmes ni dans l'approvisionnement, ni dans la partie commerciale », remarque Juan Jesús Lara. « Il est également important de rappeler que la saison se poursuit jusqu'en avril et nous pensons que le marché a le temps de se réguler. L'excédent de production que le Maroc a connu manquera à la fin de sa saison, qui commence normalement en février/mars, et cette année le Ramadan commence plus tôt, donc ils arrêteront aussi d'exporter plus tôt ; la Turquie, d'autre part, ne nous affecte pas beaucoup parce que les variétés avec lesquelles ils travaillent et les marchés vers lesquels ils exportent ne sont pas les nôtres. Et même si les Pays-Bas vont bientôt commencer à produire dans des serres de haute technologie, tout porte à croire que le prix de la tomate pourrait se redresser d'ici la fin du mois de février. »

« Il faut penser que nous ne sommes qu'à 40 % de la saison et que nos plantations se portent très bien ; et surtout, ce qui compte c'est la rentabilité moyenne, il faut attendre quelques mois pour avoir un bilan final plus précis. »

« S'ils ne font que nous mettre des bâtons dans les roues, nous ne pourrons pas continuer à nous différencier »
Avec 80 ans d'histoire et près de 2000 producteurs de tomates, CASI, le plus grand producteur et distributeur de tomates en Europe, a voulu montrer son soutien aux mobilisations des producteurs espagnols, en partageant les revendications avec lesquelles l'ensemble du secteur est d'accord.

« Nous sommes aux côtés des producteurs et des associations telles que Coexphal depuis le début et nous soutenons les déclarations de cette association qui demande moins de bureaucratie et une solution au problème des produits phytosanitaires et de la concurrence déloyale d'autres pays. Il est incroyable que jamais un parlementaire ou un législateur ne consulte les responsables d'un secteur ou d'une association de ce type avant de prendre des décisions qui les affectent pleinement ; pour savoir ce qui se passe dans les campagnes, il faut d'abord y être. »

« A titre d'exemple, sans aller plus loin, il y a le carnet de terrain numérique. L'âge moyen des agriculteurs de l'ACMS est d'environ 50 ans et beaucoup d'entre eux ne sont pas préparés numériquement à un changement aussi radical, c'est pourquoi nous avons dû créer un département spécifique pour accompagner les changements à venir. Il y a des choses qui, malheureusement, ne sont pas prises en compte par les bureaux. »

« Une activité déjà difficile devrait être facilitée, tant sur le plan économique que bureaucratique. Avec 80 ans d'histoire, CASI a su se réinventer à de nombreuses reprises, mais si l'on ne fait que nous mettre des bâtons dans les roues, nous ne pourrons pas continuer à nous différencier. Ni nous, ni les autres entreprises du secteur. »

Pour plus d'informations :
CASI
Carretera Níjar, la Cañada, km8
El Alquián 04130 Almería
Tél. : +34 950 626 141
info@casi.es
www.casi.es

Date de publication: