Premiers signalements de pourriture post-récolte sur des kiwis grecs

L'Actinidia deliciosa, l'espèce dominante de kiwi, est une culture majeure dans le nord de la Grèce. En 2016, la production totale était de 182 589 tonnes et la superficie totale récoltée était de 7 710 ha (FAOSTAT 2018).

En mars 2017, une étude a été menée pour évaluer les pertes après récolte de kiwis stockés à froid à Chrysoupoli, préfecture de Kavala, en Grèce. La plupart des fruits malades présentaient des signes évidents de pourriture. Ils présentaient à la surface des lésions molles, aqueuses, jaune pâle à brun clair, avec des masses de sporulation bleu-vert. Des isolations fongiques ont été réalisées sur gélose de dextrose de pomme de terre par les chercheurs de l'Alexander Technological Educational Institute of Thessaloniki.

Les plaques ont été incubées à 23°C pendant 7 jours et les colonies ont rapidement poussé. Elles sont devenues veloutées à poudreuses et vertes à la surface. D'après les caractéristiques morphologiques, le pathogène a été identifié comme étant le Penicillium expansum et l'identification de l'espèce a été confirmée par l'isolement de l'ADN génomique des cinq isolats. Des séquences nucléotidiques correspondantes ont été déposées dans GenBank (numéros d'accès MH010968 à MH010972 et MH040781 à MH040785) et l'analyse BLASTn a révélé une identité concordante avec P. expansum (GenBank MG770360 et LT898269, respectivement).

Après l'identification du pathogène, les kiwis ont été stérilisés en surface en les plongeant dans une solution chlorée à 0,1 % pendant 10 minutes, en les laissant sécher dans une hotte à flux laminaire et en les ouvrant avec un couteau flammé de diamètre 6mm : sur chaque blessure était placé un disque mycélium de 6 mm de diamètre de champignons. On a inoculé 10 fruits et 10 fruits témoins (également meurtris et inoculés avec un disque de gélose sans mycélium) pour incubation à température ambiante (20 à 23°C) pendant 7 jours. Les postulats de Koch ont été satisfaits après la réisolation du champignon à partir de fruits inoculés qui ont développé des symptômes similaires à ceux observés sur les fruits récoltés dans les chambres froides.

« A notre connaissance, il s'agit du premier signalement de P. expansum causant la pourriture des fruits après récolte sur des kiwis ramassés en Grèce. Dans le passé, P. expansum aurait causé la pourriture des kiwis récoltés en Chine (2015) et en Corée du Sud. Le pourcentage de fruits malades était d'environ 12 %, ce qui reflète l'importance économique de P. expansum pour l'industrie du kiwi. »

Source : Prodromou I., Thomidis T., Zambounis A.,'First Report of Penicillium expansum (Link) Thom. Causing Postharvest Fruit Rot of Kiwifruit in Northern Greece', Septembre 2018, Plant Disease, Vol. 102 (9), pag. 1851.


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)