Le Mexique mène le Costa Rica devant l'OMC pour régler le conflit de l'avocat

Le gouvernement du Costa Rica a indiqué hier que le Mexique a décidé de demander à l'Organisation mondiale du commerce (OMC) la création d'un groupe spécial chargé de régler un différend concernant les restrictions à l'importation d'avocat mexicain.

Le Ministère du commerce extérieur du Costa Rica a expliqué hier que le Mexique estimait avoir épuisé le stade des consultations bilatérales, au cours desquelles aucun accord n'a été conclu pour éviter de porter l'affaire devant le groupe spécial de l'OMC.

« Le Mexique a décidé de poursuivre la prochaine phase de la procédure et a demandé la création d'un groupe spécial de l'OMC jeudi dernier, le 22 novembre », a déclaré le ministère costaricien dans une déclaration.

Interdiction
L'Organe de règlement des différends de l'OMC établira le groupe spécial dans un proche avenir.

« Le gouvernement du Costa Rica, par l'intermédiaire du ministère du Commerce extérieur et en coordination avec le Centre consultatif juridique de l'OMC et le Service phytosanitaire de l'État, continuera de défendre les intérêts du pays », a déclaré le communiqué.

En mai 2015, le Costa Rica a décidé d'interdire l'importation de l'avocat mexicain de la variété Hass, considérant qu'il y a un risque que la peste « Sunblotch » ou tache solaire entre dans le pays.

Les données de la Chambre de commerce et d'industrie Mexique-Costa Rica (Cicomex), avant l'interdiction, indiquaient que sur les 15 000 tonnes d'avocat consommées annuellement au Costa Rica, 12 000 venaient du Mexique.

Aujourd'hui, le Costa Rica importe des fruits d'autres pays comme le Pérou.

Le 8 mars 2017, l'OMC a signalé que le Mexique avait demandé des consultations avec le Costa Rica au sujet des mesures imposées parce qu'il estime qu'elles restreignent indûment l'importation d'avocats.

En l'absence d'accord bilatéral à ce stade, le Mexique a décidé de demander la création d'un groupe d'experts devant l'OMC afin que le différend puisse être réglé.

Les mesures que le Mexique juge illégalement restrictives concernent les contrôles, les inspections et les procédures d'approbation pour l'importation de ce fruit.

Le Mexique déclare également que le Costa Rica n'a pas appliqué ou reconnu dans sa réglementation nationale certaines obligations contenues dans l'Accord sur les mesures sanitaires et phytosanitaires de l'OMC.

Source Acan / EFE


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)