Marché mondial : les mangues

La situation sur le marché de la mangue est mouvementée. Les grèves en France gâchent la fin de la saison espagnole. En raison des barrages routiers, les mangues sont arrivées en retard à leur destination en Europe. Dans l'ensemble, les producteurs voient la saison comme inhabituelle. Au Pérou, les producteurs ont cessé de travailler pour obtenir des prix plus élevés. Les pourparlers se poursuivront le lundi 2 décembre. D'ici là, aucune mangue ne sera vendue. D'autres pays, comme le Venezuela, la République dominicaine et la Chine, investissent dans la culture et l'exportation. Les producteurs sud-africains obtiennent un bon prix de l'industrie de transformation et livrent donc la plus grande partie de la production à ces usines.

Pérou : les exportations cessent en raison de grèves
Le dialogue entre exportateurs en vue d'améliorer le prix des fruits se poursuivra au début du mois de décembre. Selon le ministre de l'Agriculture, la grève se serait terminée au terme d'un entretien avec les producteurs de Tambogrande, Las Lomas et Sullana. Ils ont cessé de travailler pendant 48 heures en raison des bas prix des mangues. Du fait de la récolte plus faible, les producteurs espéraient un meilleur prix.

« Nous sommes en début de saison et les prix sont bas. La récolte de mangues a été réduite de 50 %, donc bien sûr, on espérait des prix plus élevés », a déclaré le ministre. Jusqu'à lundi 3 décembre, lorsque les pourparlers se poursuivront, aucune mangue ne sera vendue.
La province de Casma a récemment reçu l'autorisation d'exporter au Chili. Les premières livraisons seront effectuées fin janvier. Les exportations vont également vers d'autres destinations, comme les Pays-Bas, l'Indonésie, la Russie, la France, l'Italie et l'Allemagne. Jusqu'à la semaine 46, 2 360 tonnes de mangues ont été exportées. C'est un peu plus que les 2 255 tonnes qui avaient été expédiées la même semaine un an plus tôt. En ce début de saison, les principales destinations sont les Etats-Unis (27 %), le Chili (22 %), le Canada (20 %) et le Royaume-Uni (19 %). Le pays devrait exporter 171 000 tonnes de mangues cette saison, soit 20 % de moins que l'an dernier.

Venezuela : à la recherche de possibilités d'exportation
La saison débute en février avec les Haden et se poursuit jusqu'en juin. Le Kent prend le relais pendant les mois d'été. Pour la saison à venir, le plus grand défi sera d'expédier un conteneur en Europe, selon un exportateur. Un minimum de 60 000 kilos de mangues sont attendus par mois, dont 5 000 sont expédiés par avion. L'Espagne est le marché d'exportation le plus important, affirme un négociant qui a récemment assisté au Fruit Attraction, un salon de Madrid. Il voit aussi des opportunités en Asie. Des négociations sont également en cours pour exporter vers Hong Kong et Dubaï. « Notre objectif est de pouvoir exporter chaque semaine vers ces marchés tout au long de la saison. »

Mexique : les manguiers fleurissent tôt
Compte tenu de la floraison précoce et du développement des plantations dans la région de Soconusco, les premières mangues seront disponibles alors que la demande sur le marché mondial sera encore inexistante. C'est pourquoi les ventes de la récolte précoce sont convoitées sur le marché intérieur. Les températures de novembre sont à l'origine de cette floraison précoce. De plus, les précipitations ont été moins abondantes.

Les perspectives sont pourtant bonnes, car grâce à la floraison précoce, une deuxième floraison pourrait suivre plus tard dans la saison. Les producteurs pensent qu'ils auront un volume suffisant pour répondre à la demande, même si elle est chargée entre les États-Unis, le Canada et l'Europe. La saison commencera probablement en février et durera jusqu'en mai.

La République dominicaine vise à doubler les exportations
Le gouvernement a investi 130 millions de pesos (2,3 millions d'euros) dans la professionnalisation de la culture de la mangue et vise à doubler les exportations l'année prochaine. Il veut augmenter progressivement les exportations de mangues vers les États-Unis. L'argent est investi à la fois dans la culture et dans le conditionnement et le tri après récolte.

Afrique du Sud : la récolte est principalement destinée à l'industrie de transformation
La saison des mangues vient de commencer dans la région d'Onderberg à Mpumalanga. Les volumes destinés à la distribution commerciale devraient être comparables aux 80 000 tonnes récoltées l'an dernier. De nombreux producteurs informels ne sont pas enregistrés auprès de la South African Mango Growers' Association, ce qui signifie que la récolte totale de mangues est considérablement supérieure. Le rendement peut être affecté par quelques jours de fortes températures pendant la période de floraison et par un manque de pluie en été.

Les conditions sur le marché des jus ne sont pas très bonnes, donc en plus des ventes sur le marché du frais, de nombreux producteurs choisiront de fournir les mangues à l'industrie de l'atchar (une épice piquante). Selon les estimations, la moitié de la récolte serait livrée à cette industrie. Ces mangues sont livrées vertes et non mûres aux usines d'atchar, ce qui signifie que les fruits sont suspendus aux arbres deux fois moins longtemps que les mangues pour le marché frais. Cela signifie également que les besoins en produits phytopharmaceutiques sont réduits de moitié.

L'Afrique du Sud n'exporte qu'une quantité limitée de mangues, soit environ 5 % de sa production. Cette année, les mangues brésiliennes Tommy Atkins ont été importées pour la première fois en basse saison, mais les prix élevés ne parviennent pas à attirer les consommateurs.

Chine : le marché de la mangue est en croissance
Les mangues sont un produit populaire sur le marché chinois. De plus en plus d'entreprises commencent donc à les cultiver en Chine. Le marché est en mesure d'y faire face, car la demande reste élevée. Cette année, en raison d'une maladie de la mangue au Sichuan, elles sont devenues rapidement noires après maturation. S'il n'est pas traité à temps, le fruit est immédiatement endommagé. Dans d'autres zones de production, comme le Guangxi et Hainan, cette maladie n'a pas sévi. Heureusement, elle peut être traitée, de sorte que tous les stocks ne seront pas nécessairement perdus, mais le producteur doit agir à temps.

Les mangues sont également importées d'Inde et du Vietnam, de Thaïlande et du Myanmar. Ils sont transportés par voie maritime, aérienne et par camion. L'utilisation du fret aérien est en hausse. Le volume de mangues exportées du Vietnam vers la Chine augmente chaque année, ce qui a également un impact sur le prix des mangues, qui a baissé au début de la saison en raison de l'offre importante.

L'Espagne clôture une saison inhabituelle
Avec le dernier Keitt récolté à Malaga, la saison espagnole touche à sa fin. La partie subtropicale de l'Espagne est la zone de culture la plus importante pour les mangues. Le secteur profite toujours des grandes semaines qui précèdent Noël, bien que le développement de la saison ait été inhabituel. La persistance des pluies et les grèves en France sont deux facteurs ayant marqué la saison.

La campagne a démarré avec un retard de plus de 15 jours en raison des pluies persistantes, « ce qui est très inhabituel dans cette région », selon un exportateur. La pluie n'a pas causé de dégâts importants à la récolte. En 2018, le pays aura produit environ 30 % de mangues de plus que l'an dernier. 20 % de cette croissance est attribuable aux nouvelles plantations qui entrent maintenant en production. Les 10 % restants sont probablement le résultat d'un rendement supérieur à la moyenne. Les prix ont chuté, sous la pression de l'augmentation de l'offre. Selon un commerçant, le cours est en moyenne 30 % plus bas.
Les grèves en France ont constitué un facteur imprévu qui a rendu la commercialisation plus difficile. « Il y a eu des retards dans le départ des lots pour les clients européens », explique un exportateur. « Dans certains cas, les fruits n'arrivaient pas avec la qualité attendue par les clients. » Pendant les grèves, ce trader a perdu 50 % du volume. « Les détaillants ont toujours besoin d'avoir le produit sur les étagères, certains ont donc opté, par exemple, pour les importations brésiliennes. »

La production devrait continuer à croître dans les années à venir. Tant que les conditions météorologiques le permettront, le volume sera plus important chaque année. L'Osteen est la variété la plus plantée et sa production a lieu en quelques semaines. « La question pour l'avenir est de savoir si le marché aura la capacité d'absorber un tel volume. »

Pays-Bas : Retard d'approvisionnement en provenance du Pérou dû au froid et aux grèves
Le marché de la mangue connaît un mois de décembre intéressant. Bien que les conditions du marché aient été très difficiles ces dernières semaines, un certain nombre de facteurs pourraient maintenant entraîner un retournement de la situation. Par exemple, la culture au Pérou a été retardée de 2 à 3 semaines en raison du temps plus froid. Les mangues risquent de ne pas pouvoir être récoltées en janvier cette année. En outre, depuis jeudi dernier, les producteurs ont cessé de travailler dans les zones de culture de Tambo Grande, Piura. Toutes les routes de la région sont fermées, il n'est donc pas possible d'accéder aux plantations. Les négociations se poursuivront lundi. Cela peut également entraîner un retard supplémentaire des expéditions. Dans le même temps, les volumes en provenance du Brésil sont en forte baisse. D'importants volumes devraient être disponibles d'ici la mi-décembre. Les importateurs sont donc certains que les prix atteindront des niveaux attrayants.

Belgique : tension en raison de la situation au Pérou
La saison péruvienne de la mangue débute normalement fin décembre/début janvier, mais les grèves qui ont eu lieu cette semaine au Pérou ont généré une certaine incertitude et provoqué un léger retard dans le démarrage. Les grèves avaient été annoncées pour lundi et mardi, mais il semble qu'elles dureront une semaine entière. Selon les informations en provenance du Pérou, la récolte, le tri et le conditionnement des mangues devraient commencer la semaine prochaine, soit 1 à 2 semaines plus tard que prévu.

France : un marché peu dynamique à l'heure actuelle
La situation sur le marché de la mangue n'est pas facile. « D'un jour à l'autre, le marché de la mangue péruvienne a perdu tout dynamisme », explique un négociant. « Nous supposons que ça reprendra au mois de décembre, quand les consommateurs achèteront à nouveau beaucoup de produits exotiques. » Selon le commerçant, les consommateurs se soucient beaucoup de la qualité des fruits. Ces dernières années, il a constaté une demande croissante de mangues prêtes à consommer expédiées par avion.

Allemagne : Le Brésil domine le marché
Sur le marché de gros allemand, les mangues brésiliennes Kent occupent actuellement une position dominante. Les marchandises transportées par avion sont de la meilleure qualité et sont nettement plus populaires que les lots réguliers. Les prix sont restés globalement stables. Il convient de noter l'intérêt croissant pour les mangues espagnoles. Ces mangues, commercialisées sous la marque Sigfrido, sont très prisées à Munich et depuis peu à Leipzig aussi. Les négociants qui travaillent actuellement sur ce segment s'attendent à ce qu'un plus grand nombre de grossistes se joignent à eux à court terme. En outre, la consommation de mangues continue d'augmenter. Les exigences de qualité actuelles seraient très strictes par rapport à il y a 10 à 20 ans. L'importance d'un emballage de qualité prêt-à-manger et pratique est toujours plus déterminante.

US : Disponibilité réduite des mangues importées
Le volume des importations de mangues pour la saison hivernale semble être légèrement inférieur à celui de l'an dernier. Les négociants s'attendent à des volumes plus faibles de la part de l'Équateur. Ce pays a débuté la saison en septembre avec les Ataulfo, Tommy et Kent. Les produits sud-américains resteront sur le marché jusqu'à la fin du mois de décembre. Puis le Pérou reprendra le marché, malgré que l'on s'attende à une récolte plus faible là-bas aussi. Les exportateurs se tournent donc vers d'autres fournisseurs, notamment le Brésil, le Mexique et la République dominicaine. « Les prix des gros calibres sont bons », dit un négociant. Le prix oscille entre 10 et 12 dollars par boîte pour les tailles 12 et 14.


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)