Des chercheurs étudient le mécanisme génétique qui contrôle la forme des fruits

La forme des fruits que nous consommons chaque jour varie. Pour expliquer cette diversification et pour pouvoir utiliser ces connaissances en sélection végétale, une équipe internationale de scientifiques a étudié les bases cellulaires, génétiques et moléculaires qui diversifient la forme de la tomate. La recherche a récemment été publiée dans Nature Communications.

Gustavo Rodríguez, chercheur indépendant du CONICET à l'Institut de recherche des sciences agraires de Rosario (IICAR, CONICET-UNR), a fait partie de l'équipe dirigée par Esther van der Knaap de l'Université de Géorgie (USA) pendant ses études postdoctorales et a contribué de manière importante à l'étude du mécanisme génétique qui contrôle la diversité morphologique des fruits et autres organes végétaux chez des plantes d'intérêt agronomique.

De nouvelles connaissances sur la façon dont les fruits sont formés
« Nous savons que les protéines des familles OVATE et TONNEAU1 recrutent des motifs (TRM) qui influencent la détermination de la forme de la partie comestible des différentes cultures ; cependant, nous ne savions pas si ces protéines étaient apparentées ou si elles partageaient des fonctions similaires chez d'autres espèces végétales. Les travaux récemment publiés montrent que les interactions entre les membres de ces familles de protéines régulent les modèles de division cellulaire dans le développement des ovaires et modifient la forme finale des fruits », explique Rodriguez.

La recherche a également prouvé que les interactions entre ces types de protéines sont nécessaires à la relocalisation dynamique du complexe protéique dans les différents compartiments cellulaires. Pour parvenir à ces conclusions, M. Rodríguez a déclaré qu'ils avaient identifié les gènes, étudié l'interaction entre les protéines et effectué des études de modification génétique.

« Les recherches menées sur ce système dans d'autres cultures, comme la pomme de terre, le concombre et le melon, fournissent des informations précieuses sur les mécanismes possibles de régulation des variations morphologiques des plantes et un cadre de référence qui peut être appliqué à la croissance de ces organes et d'autres organes chez toutes les espèces végétales », a déclaré le chercheur.

Les travaux publiés sont basés sur des expériences que Rodríguez a commencées alors qu'il développait des études postdoctorales aux Etats-Unis et sur des données qu'il a poursuivis en Argentine ces derniers temps.

De nouvelles études
« Actuellement, nous continuons à collaborer avec le groupe Esther van der Knaap dans une nouvelle ligne de recherche qui vise à élucider la base génétique d'autres mécanismes qui déterminent la forme des tomates. Le Dr van der Knaap s'est rendu à l'IICAR en 2016 pour donner des séminaires sur ses axes de recherche et pour discuter des résultats de projets conjoints et de ceux de notre groupe de travail », a-t-il ajouté.

Javier Pereira da Costa, chercheur adjoint du CONICET, Vladimir Cambiaso et Magal Gimenez, stagiaires postdoctoraux du CONICET, doctorants du Conseil, Dana Vazquez et Melisa Di Giacomo, Agustina Fortuny, doctorante ANPCyT et Gisela Green, qui travaille actuellement dans le secteur privé, ont également participé à ce projet.

Source : agrofy.com.ar


Date de publication :



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


© FreshPlaza.fr 2019

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)