Réduction de 20 % de l'incidence des maladies du bois de la vigne

Des essais sur la résistance des plants de vigne révèlent une augmentation de rendement pouvant atteindre 30 %

L'Esca et d'autres maladies du bois de la vigne similaires font partie des plus grandes menaces qui pèsent aujourd'hui sur la production mondiale de raisin. L'Esca elle-même est une maladie complexe impliquant plusieurs champignons différents. Il attaque la tige principale de la plante et peut détruire la vigne en quelques jours.

Certains des articles d'Alltech Crop Science consacrée à l'Esca et à d'autres maladies similaires ont expliqué l'histoire et l'impact économique de l'Esca, explorant sa biologie et ses symptômes ainsi que les conséquences qu'elle peut avoir sur la santé des plantes. Nicolas Body, directeur technique européen, a illustré la manière dont la science de la nutrigénomique pouvait aider Alltech à trouver des composés naturels pour activer les gènes responsables des défenses naturelles de la plante.

Cet article présente un entretien avec Pedro Palazón, directeur technique d'IDEAGRO, qui travaille sur un projet d'essai sur le terrain portant sur les maladies du bois de la vigne en Castille-La Manche, en Espagne.

IDEAGRO est une société de recherche indépendante au service du secteur agroalimentaire. Basée dans la région de Murcie, IDEAGRO dispose de vastes installations, laboratoires et champs dans lesquels elle effectue ces tests. IDEAGRO a également conclu des accords avec des agriculteurs qui lui permettent d'effectuer des essais dans toute l'Espagne et au Portugal.

Quel est l'objectif de ce projet de recherche ?
Pedro Palazón : « L'objectif de ce projet est de trouver des solutions pour atténuer les symptômes des maladies du bois de la vigne dans les vignes. Il a été développé par Bodegas Yuntero de Manzanares à Ciudad Real. Afin d'atteindre l'objectif, IDEAGRO a conçu un plan de travail complet dans lequel, pendant trois ans, la réponse de la culture sera évaluée, non seulement en termes de développement végétatif mais aussi en termes d'amélioration de la qualité du vin issu de ces raisins. En nous basant sur nos expériences antérieures, nous croyons qu'une bonne façon de réduire les dommages que les maladies du bois causent à la culture est d'activer le système de défense de la plante elle-même. Nous avons également le soutien de Juan Manuel Jiménez Castro, ingénieur technique agricole au Département des services agricoles de Bodegas Yuntero, qui assure le suivi des essais en partenariat avec des entreprises et des institutions, telles que Alltech Crop Science et l'Université d'Estrémadure. »

Quelles sont les différentes étapes de ce projet ?
Pedro Palazón : « Dans un premier temps, nous avons identifié des molécules de la paroi cellulaire de la levure qui sont connues pour agir comme éliciteurs des défenses naturelles de nombreuses plantes. Ces molécules sont totalement naturelles et constituent une bonne alternative aux produits chimiques. Au cours de la première année de l'essai, nous avons effectué différents tests jusqu'à trouver la dose la plus efficace des composés à appliquer. En cette deuxième année, nous travaillons sur la fréquence d'application au cours du cycle afin de déterminer le meilleur protocole. »

Et comment ça marche, exactement ?
Pedro Palazón : « Par exemple, nous travaillons avec l'extrait de paroi cellulaire de levure d'Alltech Crop Science ; il contient des mannan-oligosaccharides, des molécules qui déclenchent la réponse immunitaire de la plante, activant son système de défense naturel. On observe la stimulation des molécules de défense et des enzymes, comme la chitinase, l'activité antioxydante, les polyphénols, etc. Avec l'amorçage de la plante, il est beaucoup plus difficile pour la maladie du bois de progresser, et nous pouvons réduire les symptômes et le taux d'incidence sur le vignoble. Un autre avantage secondaire est que l'augmentation de la teneur en composés phénoliques de la plante peut améliorer la qualité du vin. »

Cela semble être une expérience à grande échelle ?
Pedro Palazón : « Oui, bien sûr. Nous savons que les composés avec lesquels nous travaillons ont le potentiel d'être efficaces grâce à nos travaux antérieurs sur d'autres cultures et en laboratoire, mais les maladies du bois sont des problèmes très complexes, surtout lorsque nous essayons de les activer ; la plante se défend. Dans ce cas, des essais à grande échelle sont obligatoires pour trouver une solution qui fonctionnera pour les producteurs. Les parcelles s'étendent sur un total de 11 hectares, sur deux variétés : Airén et Tempranillo. Il s'agit d'un travail unique sur l'Esca, puisque nous suivons, individuellement, plus de 2 000 vignes pendant trois ans, avec évaluation de tous les paramètres : incidence de l'Esca, augmentation de la production et de la qualité, mais aussi d'autres maladies du bois et fongiques plus communes, comme l'Oïdium. Il s'agit probablement de l'action la plus solide jamais réalisée sur cette question. »

Avez-vous présenté les résultats ?
Pedro Palazón : « Le 6 août, la Coopérative Jesús del Perdón-Bodegas Yuntero a organisé une conférence sur « L'induction des défenses pour atténuer les maladies du bois de vigne ». Cent cinquante techniciens et producteurs ont assisté à l'événement. Certains des résultats ont été présentés, notamment que, jusqu'à présent, il a été possible de réduire la maladie du bois tout en améliorant la santé des cultures et la qualité du vin (c'est-à-dire les antioxydants et les polyphénols). »

Êtes-vous optimiste quant à ces essais ?
Pedro Palazón : « Je suis très optimiste. Nous avons déjà observé et mesuré d'excellents résultats : une réduction de 20 % de l'incidence des maladies du bois et une réduction de 60 % de la gravité, ainsi qu'une augmentation du rendement allant jusqu'à 30 %. De plus, dans les feuilles, on a observé une augmentation exponentielle de l'activité des phénols totaux (30-60 %), des flavonoïdes (30-65 %), des phénylpropanoïdes (40-115 %) et des polyphénols oxydases (16-33 %). De plus, chez le raisin, on a observé une augmentation exponentielle des phénols totaux (25 à 72 %), des flavonoïdes (25 à 85 %) et des phénylpropanoïdes (35 à 100 %), et une activité polyphénol oxydase (10 à 50 %). Le succès des traitements appliqués indique que nous devons continuer à travailler dans ce sens afin d'apporter au secteur agricole des solutions plus efficaces et plus respectueuses de l'environnement. »

Alltech Crop Science explore des solutions basées sur la nature
Alltech Crop Science, un chef de file mondial dans le domaine des solutions novatrices à base naturelle, étudie des programmes alternatifs pour aider les agriculteurs à trouver un moyen de protéger leurs vignes. « Notre équipe de recherche en nutrigénomique étudie la façon dont les programmes nutritionnels peuvent déclencher l'activation des gènes de défense, permettant à la plante de mieux se défendre contre les maladies internes comme l'Esca. Nous sommes fiers de soutenir le travail novateur réalisé en Espagne par nos partenaires, qui sont à l'avant-garde dans la résolution de ce problème. L'avenir de la production mondiale de raisin est entre de bonnes mains avec Alltech Crop Science. »

Pour plus d'informations : 
www.alltech.com   


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


© FreshPlaza.fr 2020

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)