Marché mondial : les poires

Le prix des poires est actuellement à un niveau normal dans la plupart des pays européens, mais il devrait augmenter d'ici quelques semaines. Une réduction spectaculaire de la récolte de poires en Italie entraînera une augmentation considérable des prix pour un certain nombre de variétés. C'est notamment le cas pour l'Abate Fetel, dont le prix atteint des chiffres astronomiques, du jamais vu dans le secteur auparavant.

Dans d'autres pays, le rendement des poires semble également être en baisse. En Amérique latine, les volumes baissent en raison du faible niveau des prix sur le marché. En revanche, la production a augmenté en Australie et en Chine.

Pays-Bas : les poires Conférence plus exportées que l'an dernier
Les dernières poires néerlandaises sont actuellement commercialisées. La vente des poires stockées par ULO commencera d'ici une semaine. La qualité des poires néerlandaises est meilleure que l'année dernière, avec un Brix plus élevé et une durée de conservation plus longue. Le niveau des prix des poires reste stable. Les négociants s'attendent à une augmentation d'ici quelques jours, lorsque les poires provenant du stockage des ULO arriveront sur les rayons. Les exportations de poires Conférence sont déjà à un niveau supérieur à celui de l'année dernière.

Belgique : montée des prix attendue
Des transactions sont en cours avec les poires Conférence et Doyenne du Comice. Un négociant belge estime toutefois que la demande devrait se redresser début octobre. Les prix de la Conférence sont actuellement normaux pour la période de l'année, mais lorsque la demande augmentera, les opérateurs prévoient également une augmentation des prix. La qualité des poires est bonne et les tailles sont bien meilleures que l'an dernier.

Allemagne : augmentation des prix en raison de problèmes liés à la récolte italienne
Actuellement, la demande en Allemagne oscille entre faible et raisonnable. L'Abate Fetel italienne et la Santa Maria dominent le marché, comme on s'y attendait, tandis que les poires locales (dont la Williams Christ & la Clapps Liebling) sont de plus en plus présentes dans les rayons. Le prix de l'Abate Fetel italienne est déjà en hausse (à ce stade précoce de la saison) sur différents marchés de gros.

Les exportateurs italiens parlent déjà de la pire récolte des dix dernières années. Au total, le rendement devrait être inférieur d'au moins 30 % à celui de l'an dernier. Selon un exportateur, ce pourcentage pourrait même atteindre 50 % dans certaines parties du pays. Hormis le temps pluvieux pendant la période de floraison, une grande partie de la récolte a été affectée par des punaises, et ces fruits sont désormais exclus de la classe I pour les détaillants. « Cela entraînera sans aucun doute d'importantes pénuries plus tard dans la saison ». 

France : une récolte en baisse de 14 % cette année
La saison des variétés précoces (Guyot et Williams) s'est achevée et la récolte est maintenant reportée sur la Conférence. La qualité est bonne cette année en raison du temps chaud. Les poires contiennent un bon pourcentage de sucre. Le volume de production de cette année est un peu plus faible et générera probablement 14 % moins de revenus que la saison dernière. Compte tenu de la faible demande de poires, le marché est actuellement toujours en équilibre. Les producteurs espèrent qu'en offrant des fruits de bonne qualité, les prix augmenteront.

Italie : tempêtes de grêle, maladies fongiques et punaises, une saison dramatique
C'est une très mauvaise saison pour les poires italiennes, tant pour les récoltes d'été que pour celles d'automne. Les problèmes proviennent d'une série de facteurs concomitants : d'une part, les conditions climatiques printanières n'ont pas favorisé la nouaison du fruit, d'autre part, les producteurs ont dû faire face à l'explosion de l'Alternaria, un champignon qui provoque la pourriture des fruits. Par ailleurs, des tempêtes de grêle se sont produites dans de grandes zones de production, comme en Émilie-Romagne. Mais le plus gros problème de 2019 reste la punaise asiatique (Halyomorpha halys) qui a causé des dégâts importants, avec des fruits déformés à cause des perforations de l'insecte. Seuls les vergers totalement protégés par des filets anti-insectes ont pu être sauvés, au moins partiellement.

La variété d'été Carmen a enregistré une baisse moyenne des volumes de 25 %. La qualité était cependant très élevée et les prix payés aux producteurs étaient supérieurs à la moyenne, soit environ 85 cents/kg. Même chose pour la variété Santamaria, alors que pour la Williams la fourchette se situait entre 70 et 75 cents/kg. Toutefois, les prix supérieurs à la moyenne ne compensent pas les pertes de production, estimées entre 20 et 50 % pour le produit précoce.

En ce qui concerne la poire Abate, qui est la principale variété en Italie, la récolte vient de s'achever. La baisse de la production est dramatique, entre 50 et 60 %. Certaines entreprises ont obtenu moins de 10 tonnes par hectare de produits commercialisables en tant que première qualité. Même si les prix sont plus élevés que d'habitude, cela ne compensera pas les producteurs.

Espagne : prix élevés des poires espagnoles
Une augmentation de 4 % de la production est attendue par rapport à l'année dernière. La récolte s'est bien déroulée dans la province de Lleida, mais d'autres régions, comme l'Aragon, La Rioja et El Bierzo, ont dû faire face à des gelées ayant affecté la qualité des fruits. Cela implique que le nombre de fruits disponibles à la vente est réduit. Les Bartlett et Williams sont vendues à bon prix, surtout en Italie, une partie des poires est destinée à l'industrie de transformation. Le prix payé pour la Abate Fetel est incroyablement élevé en ce moment. L'Italie a connu une forte baisse de sa production cette année. Les poires Conférence sont également vendues à des prix élevés.

Chine : augmentation drastique de la production
La nouvelle saison chinoise de la poire a commencé en juin avec les variétés précoces et touche maintenant à sa fin. Les dernières poires seront récoltées en octobre. Par rapport à l'année dernière, le volume de production a considérablement augmenté. En raison d'une pénurie de poires au cours de la saison précédente due aux mauvaises conditions climatiques, le prix a débuté cette fois-ci à un niveau élevé. Toutefois, à mesure que le marché a augmenté, le prix a rapidement baissé, avec des résultats positifs pour les exportations des poires chinoises. Cela leur a permis d'être plus concurrentielles sur le marché international, favorisant ainsi les exportations.

En ce qui concerne les importations, la saison a repris pour les poires Conférences néerlandaises et belges. L'offre du marché devrait augmenter au cours des prochaines semaines ; la semaine prochaine est toutefois la semaine de la fête nationale, la hausse ne se fera donc sentir qu'après celle-ci. Les poires Conférence se portent bien sur le marché chinois et le volume des importations augmente chaque année.

Afrique du Sud : des poires en pleine floraison
Les vergers d'Afrique du Sud se situent principalement dans la province du Cap-Occidental où la floraison est en cours à différents degrés. Certaines variétés, comme la Early Bon Chrétiens (Williams) et la Forelle, étaient en pleine floraison à la mi-septembre. Environ 50 % des Packhams sont maintenant en pleine floraison, et certaines variétés, comme les BCs, ne sont pas encore en fleurs. Dans tous les cas, la floraison dans le Langkloof aura lieu plus tard que dans le Cap-Occidental probablement en raison d'un hiver chaud et sec.

Les premiers fruits semblent prometteurs et les producteurs espèrent qu'il n'y aura pas d'autre canicule en octobre, comme ce fut le cas en 2018 ; une canicule qui avait été source de gros dégâts sur la récolte de poires et prunes du pays. Le temps de floraison est à peu près dans la moyenne ; l'hiver y a certainement contribué. Les producteurs du Cap auraient préféré avoir plus de pluie et des températures plus basses, mais l'approvisionnement en eau est suffisant pour cette saison. La récolte des poires en Afrique du Sud commence vers la fin de l'année. L'Europe et la Russie sont des marchés forts, même si l'industrie espère depuis des années l'ouverture du marché chinois aux poires sud-africaines.

États-Unis :des prix élevés pour les grands calibres
L'offre de poires semble bonne dans les grandes régions productrices des États-Unis. La nouvelle récolte de poires n'a pas commencé en temps voulu dans tous les districts de l'État de Washington. Certaines régions ont enregistré des retards pouvant aller jusqu'à deux semaines. La Californie a eu une récolte tardive cette saison, bien que les ventes soient comparables à celles de l'an dernier. L'année dernière, en Pennsylvanie, les producteurs ont dû composer avec des précipitations, mais cette fois-ci, les conditions météorologiques ont été bonnes. Cette année, la concurrence entre l'Argentine et le Chili s'est intensifiée et la récolte de poires californiennes a été plus tardive.

La demande est répartie entre le commerce de détail, le commerce de gros et la restauration ; chaque secteur a ses propres préférences en termes de formats. Les négociants estiment actuellement que la demande est de niveau normal ou favorable. Le prix des poires a baissé. Les prix sont élevés pour les grandes tailles et bas pour les petites tailles. C'est un contraste frappant avec les deux dernières saisons, où la situation était inversée. 

Chili : les producteurs passent des poires aux cerises
Le pays a une récolte courte qui se déroule entre janvier et février. Les variétés les plus importantes au Chili sont les Packhams, Abate Fetels et Forelle. Les fruits sont exportés en Amérique latine, en Amérique du Nord et en Europe. L'hiver sec et l'air froid pourraient avoir un impact négatif sur la récolte à venir. Le printemps est maintenant arrivé dans le pays, et si la pluie n'arrive pas trop tard, la récolte pourrait encore être sauvée.

Le principal concurrent sur le marché est l'Argentine, où les volumes sont beaucoup plus élevés et où l'on cultive davantage de nouvelles variétés. Le volume des poires est en baisse car de nombreux producteurs passent de la poire à la cerise, étant donné que les prix qu'ils reçoivent pour cette dernière sont 4 à 5 fois plus élevés que ceux des poires. L'ouverture du marché chinois pourrait toutefois créer des opportunités.

Argentine : les volumes continuent de baisser
La saison argentine commence en janvier et dure jusqu'à la fin mars / début avril, mais les poires sont vendues toute l'année. La récolte est comparable à celle de l'an dernier. Toutefois, les volumes du pays diminuent globalement parce que de nombreux producteurs ont abandonné cette culture. Les volumes d'aujourd'hui représentent environ la moitié de ceux d'il y a dix ans. Les marchés les plus importants sont le Brésil et l'Amérique du Nord et, dans une moindre mesure, l'Europe. Les prix sont actuellement bas en raison de la récolte européenne.

Australie : augmentation des exportations de 75%
Les exportations de poires ont augmenté de 75 % l'an dernier. Les marchés les plus importants ont été la Nouvelle-Zélande (24 %) et l'Indonésie (19 %). Les variétés les plus importantes sont les Packhams, les Williams et les Beurrés Bosc. Les poires sont disponibles toute l'année.

 

La semaine prochaine : Marché mondial de l'avocat


Date de publication:
©



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


© FreshPlaza.fr 2019

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)