Marché mondial : les pommes

La plupart des pays européens affichent une production raisonnable, à l'exception notable de la Pologne, où les volumes ont baissé de plus de 40 %. Pour leur part, la Chine, l'Afrique du Sud et les Etats-Unis sont tous satisfaits de la saison en cours et de leurs volumes. Une certaine insécurité peut tout de même être observée quant aux exportations ; le boycott indien sur les pommes chinoises est en place depuis près de deux ans et l'embargo russe a toujours un impact sur le marché mondial. Selon les exportateurs de différents pays, le Brexit n'a presque rien changé jusqu'à présent en ce qui concerne les exportations vers le Royaume-Uni.

Pays-Bas : de bonnes ventes, mais pas de volumes remarquables
Le prix des pommes aux Pays-Bas est resté stable pendant toute l'année. Les autres années, les prix ont fortement chuté après l'ouverture de la campagne, mais cela n'a pas été le cas cette saison. Au final, de bons volumes ont été récoltés. Les pommes de la dernière récolte n'ont pas terminé le processus de coloration, mais dans l'ensemble, la qualité est bien meilleure que l'année dernière.

Un grand négociant en fruits a indiqué qu'il est important que les producteurs restent disposés à vendre afin d'éviter la stagnation du marché. Aux Pays-Bas, les ventes de pommes sont de plus en plus axées sur le marché intérieur. Les détaillants préfèrent les accords signés et ne s'intéressent plus aux fournisseurs qui peuvent les approvisionner exceptionnellement en fruits bon marché. Les commerçants estiment que les exigences des détaillants sont devenues excessives. Les lots de classe I ne sont souvent plus suffisants pour les supermarchés. Le produit est censé être presque parfait, et cela risque certainement de devenir plus difficile vers la fin de la saison.

En ce qui concerne les exportations, l'Allemagne achète un volume stable ; le Royaume-Uni aussi, malgré l'incertitude causée par la situation du Brexit, et les achats scandinaves ont été légèrement plus importants que lors des années précédentes. Un exportateur a dénoncé l'approche nationaliste sur des marchés comme l'Allemagne, où les centres de distribution de la région de la Ruhr prennent les pommes de la région du Lac de Constance, mais pas celles des Pays-Bas.

Allemagne : récolte peu abondante, divers investissements à long terme
En Allemagne, presque toutes les zones de culture font état d'une récolte modérée ou légèrement inférieure à la moyenne. Néanmoins une quantité suffisante de la récolte nationale est encore disponible. Les pommes Elstar, Jonagold et Boskoop dominent l'offre, qui est complétée par les variétés Tenroy, Braeburn et Cox Orange. Les Kanzis et les premières Jonagoreds de la production du pays peuvent également tabler sur une bonne demande. Quelques volumes plus petits en provenance des Pays-Bas, d'Italie, de France et d'étranger sont également commercialisés.

Des initiatives intéressantes sont en cours dans les zones de culture allemandes. Tout d'abord, la superficie consacrée à l'agriculture biologique ne cesse de croître, en particulier sur le lac de Constance et dans le nord de l'Allemagne, dans la zone de culture d'Altes Land. Les variétés Colina et Deljonca en particulier, mais aussi la relativement nouvelle Natyra, gagnent progressivement du terrain. La pomme Wellant est de plus en plus cultivée de manière conventionnelle, en particulier dans le nord de l'Allemagne. « Compte tenu de la demande croissante, cette pomme est actuellement plantée à grande échelle dans la région d'Altes Land, près de Hambourg. En termes de prix, cette pomme représente l'équilibre parfait entre les variétés les plus populaires, comme l'Elstar, et les pommes club », explique un grossiste d'Allemagne du Nord.

Autriche : la récolte se passe bien, avec de petits calibres
En Autriche, le secteur n'est pas mécontent de la récolte en cours. En raison du printemps froid et de la vague de chaleur qui a suivi, la taille des pommes est en général inférieure à la moyenne pour chaque variété. Il en va de même pour la Gala (la variété principale), dont le diamètre moyen actuel est de 65-70 mm.

Les ventes sur le marché de gros se poursuivent comme prévu. Le prix de la Gala est passé de 0,61 Euro / kg à 0,64 Euro / kg et se situe donc presque au même niveau que l'an dernier. La Golden Delicious est maintenant 19 % plus chère que le mois dernier et a atteint son plus haut niveau de prix en huit mois (0,57 euro/kg). La Kronprinz Rudolf a enregistré une augmentation de 9 % par rapport au prix de l'année dernière. Les Idared et Jonagold, cependant, ont été vendus à des prix relativement bas afin de pérenniser les ventes.

Agrarmarkt Austria rapporte actuellement un total de 10 900 tonnes de pommes destinées au stockage (biologique + conventionnel). Les deux tiers d'entre elles sont des Jonagold, Golden Delicious et Idared, qui devraient être complètement épuisées avant l'arrivée de la nouvelle récolte.

France : bon marché pour l'agriculture biologique et l'exportation
Le marché conventionnel des pommes est calme en France. Il reste encore beaucoup de fruits de la troisième récolte disponible, ce qui se traduit par un approvisionnement plus agressif. La situation est plus encourageante sur le marché biologique. Il y a un bon dynamisme depuis le début de la saison et ce marché est toujours en croissance. Les pommes françaises sont également en plein essor au niveau de l'exportation. La demande est bonne tant en Asie qu'en Europe. Les importateurs du Royaume-Uni ne semblent pas encore se soucier beaucoup du Brexit et garantissent toujours un marché stable.

Italie : une récolte dans la moyenne
La région la plus importante pour la culture des pommes est le Val di Non (région de Trente / Haut-Adige). Les plantations y sont situées entre 200 et 1 000 mètres au-dessus du niveau de la mer. La récolte pour la campagne 2019/2020 est moyenne, bien que certains producteurs connaissent une légère baisse (10-15 %). Grâce aux différences de température entre le jour et la nuit, la variété Fuji a une couleur parfaite. Le Consortium Melinda, l'une des marques les plus importantes et les plus connues, cherche à se démarquer en introduisant de nouvelles variétés. Il y a quelques jours, la marque a présenté six nouvelles pommes à peau rouge. Les noms des nouvelles variétés sont SweeTango, Tessa, Gradisca, Morgana, Galant, Isaaq et UEB6581.

Pologne : des volumes faibles et des prix élevés
En raison du gel du mois de mai, le volume de la production polonaise est en baisse de 40 %. Les variétés Idared, Ligol et Jonagored ont été les plus touchées. Entre-temps, la demande est restée la même, ce qui se traduit par une hausse des prix. Les pommes polonaises sont aussi chères que les pommes italiennes en ce moment ; tout se joue donc maintenant sur la qualité. À cet égard, l'Italie est encore la meilleure, mais d'après un producteur, cela pourrait changer d'ici quelques années. La Pologne exporte beaucoup de pommes en Egypte et en Inde. Ensemble, ces pays comblent le vide laissé par l'embargo russe.

États-Unis : une offre importante
La récolte aux Etats-Unis semble plus importante que celle de l'an dernier, bien qu'il y ait des différences considérables entre les variétés. La demande intérieure de pommes augmente et l'offre provient surtout du commerce de détail. Les exportations commencent également à se développer, en particulier vers l'Amérique du Sud et l'Amérique centrale, l'Asie et la région du Pacifique. Les quantités totales pour cette dernière destination sont légèrement inférieures à la normale. Il est important que les exportations prennent un bon départ. Si ce n'est pas le cas, le marché pourrait être confronté à une offre excédentaire. Compte tenu des volumes élevés, les prix sont plus bas qu'à la même période l'an dernier.

Chine : le volume limité de pommes de qualité
La nouvelle saison de la pomme a commencé en Chine. Cette année, la récolte est importante, mais la qualité des pommes n'est pas toujours bonne. Ainsi, le volume de pommes de qualité est limité. On s'attend à ce que le prix reste bas cette année, étant donné le grand volume. L'année dernière, le prix était très élevé en raison des dégâts importants subis par la récolte et de l'offre limitée. Cette année, les choses semblent très différentes.

En termes d'exportations, une grande partie est expédiée vers l'Asie du Sud-Est. Normalement, les expéditions se font également vers l'Europe et les États-Unis, mais en raison des prix élevés de l'an dernier, il y en a eu très peu cette fois-ci. Les exportateurs espèrent que les conditions seront meilleures cette année, car les prix seront beaucoup plus bas. L'interdiction de l'importation de pommes chinoises par le gouvernement indien est maintenant en vigueur depuis près de deux ans. De nombreux exportateurs espèrent qu'elle sera bientôt levée car l'Inde était un important marché d'exportation pour la Chine. Par ailleurs, la Russie a également interdit l'importation de pommes chinoises cette année.

Afrique du Sud : des perspectives positives
Il est encore tôt dans la saison ; la période de floraison vient de s'achever au Cap, mais les choses semblent déjà prometteuses dans un certain nombre de régions. Dans d'autres endroits, le temps est un peu plus sec, mais en général, les conditions météorologiques sur le Cap Sud-Ouest sont optimales.

La semaine prochaine, les producteurs devront faire face au phénomène de la « chute de novembre », au cours de laquelle une partie des pommes tombera de l'arbre. Ce n'est qu'à ce moment-là que les estimations de la récolte totale pourront être réalisées. 

Les premières pommes sud-africaines sont récoltées en décembre dans la province du Limpopo, au nord du pays. Viennent ensuite les pommes de l'est de la province de l'Etat-Libre. Les prix devraient être bons. En Afrique du Sud, les pommes actuellement consommées proviennent depuis quelques mois du stockage, mais ces volumes ne représentent qu'une fraction de ce qui est produit au Cap.

Australie : l'Inde constitue un marché potentiel
Le secteur de la pomme australien entrevoit un fort potentiel en Inde. C'est un grand pays qui se développe économiquement, en partie grâce à la demande croissante de produits de qualité, l'Inde pourrait devenir un marché intéressant au cours des cinq prochaines années. L'Apple and Pear Australia Ltd (APAL) a récemment visité le pays et a trouvé des occasions d'exporter des pommes de marque. Des variétés telles que la BRAVO™ et la Pink Lady® pourraient rencontrer un grand succès dans ce pays.

Après avoir connu le succès aux Etats-Unis, la pomme Cosmic Crisp® est maintenant également lancée en Australie grâce à un accord exclusif entre Red Rich Fruits et Proprietary Variety Management. La Pink Lady domine le marché avec une part de 41 %, suivie de la Gala (23 %) et de la Granny Smith (18 %).

Selon les statistiques de Hort Innovation, entre juin 2017 et juin 2018, 315 185 tonnes de pommes ont été cultivées pour une valeur de 465,3 millions $. C'est 6 % de moins que l'année précédente. Les exportations ont augmenté de 2 % au cours de la même année pour atteindre 5 060 tonnes ; néanmoins, la valeur des exportations a chuté de 12 %, à 11,3 millions de dollars.

 

La semaine prochaine : Aperçu du marché mondial du kaki


Date de publication:
© /



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


© FreshPlaza.fr 2019

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)