Ton de Leeuw, AGF Fresh :

« La culture de la patate douce au Maroc n'en est encore qu'à ses débuts, mais elle a un bon avenir »

En quelques années, la patate douce est devenue un produit très populaire sur le marché européen. Les États-Unis, l'Espagne, l'Égypte et le marché intérieur essaient d'obtenir leur part. Le Maroc est un pays où la culture de la patate douce est essentiellement locale, mais Ton de Leeuw d'AGF Fresh  tente aujourd'hui d'y remédier. Le premier grand essai, dans la région d'Agadir, avec 12 500 usines a été un succès et le Néerlandais est maintenant confronté à la montée en puissance de la production marocaine.


Ton de Leeuw

« Au Maroc, les patates douces ne sont cultivées qu'à très petite échelle pour le marché local, mais le pays offre un énorme potentiel. Nous cultivons les variétés nord-américaines à chair orange bien connues et elles prospèrent sur le sol marocain. L'avantage c'est que les cultivateurs sont habitués à l'irrigation et ne dépendent donc pas des précipitations. Les employés sont en plus une main-d'oeuvre relativement bon marché. Le transport vers les Pays-Bas est tout simplement possible par camion. »

« Mais tout ce qui brille n'est pas or », poursuit le Néerlandais, qui a surtout travaillé au Maroc ces derniers mois. « C'est un réel défi de démarrer quelque chose de nouveau au Maroc. Heureusement, j'ai trouvé un bon conseiller car la connaissance du marché local est très importante. Vous avez une quantité incroyable d'informations à comprendre et à assimiler. Heureusement, nous avons bien commencé les vendanges. » 

« Grâce au concours d'une coopérative marocaine, nous disposons d'environ 5 hectares de patates douces disponibles chaque mois à partir de mai prochain. L'avantage c'est que vous pouvez planter au moins neuf mois par an au Maroc, ce n'est que durant les mois d'hiver que la production est quelque peu difficile. Mais même dans ce cas, tant qu'il n'y a pas de gel, vous pouvez continuer à récolter le produit. Le pays est idéalement situé, compte tenu de la latitude et de la longueur du jour et de la nuit », explique Ton.

Le projet a déjà suscité l'intérêt de la télévision marocaine.

Le premier tracé était composé de 12 500 plants, ce qui donnait une moyenne de 1,6 kilos de produits par plant ; Ton souhaite atteindre 40 000 plants par hectare dans les années à venir. « Le potentiel est là. En ce qui concerne les ventes, je veux d'abord et avant tout me concentrer sur les importateurs néerlandais, qui montrent déjà beaucoup d'intérêt. Le premier container a été vendu en un rien de temps. D'un point de vue technique, les patates douces marocaines sont conformes au produit égyptien. Nous avons fait d'importants investissements dernièrement ; si les parties sont intéressées à co-investir et garantir des produits marocains de haute qualité, il y a certainement des opportunités ici ! »

Pour plus d'informations : 
AGF Fresh
Ton de Leeuw
Cell. : +31 65 370 7086
info@agf-fresh.nl  
www.agf-fresh.nl  


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)