Enrique de los Ríos, directeur d'Unica Fresh, analyse les défis pour 2020

« En tant que leader de la production, l'Espagne devrait essayer d'unir les principales coopératives »

Avec 11 ans d'histoire, Unica Fresh n'a cessé de croître et de s'étendre en dehors d'Almeria, où elle a commencé et où se trouve siège actuel. Rien que l'année dernière, les coopératives Copisi, Sunaran, Coopaman et la plus récente, Nulexport, ont rejoint le groupe, ce qui lui permettra de dépasser les 500 millions de kilos d'ici la campagne 2019/20. Jusqu'à présent, dans la campagne 2019/20, elle a réalisé une croissance de 45 % et 15 % des volumes de produits biologiques. Unica, à son tour, fait partie du groupe AN et a clôturé le dernier exercice, au 30 juin 2019, avec 1 353 millions d'euros.


Enrique de los Ríos, directeur d'Unica Fresh.

« Unica semble être comme un adolescent qui grandit rapidement et dont les muscles ne se sont pas développés correctement. Nous sommes à un moment intéressant en ce qui concerne l'intégration des coopératives, à un moment de croissance pour d'autres entreprises et fonds d'investissement, qui sont attirés par ce secteur », déclare Enrique de los Ríos, directeur d'Unica Fresh.

Selon M. De los Ríos, les opérations d'achat qui ont lieu dans le secteur avec l'arrivée des fonds d'investissement sont généralement considérées avec une certaine prudence par les coopératives espagnoles. « Dans certains cas, cela peut être quelque chose de positif pour le secteur, si ce que vous poursuivez est la création de valeur dans ce secteur afin que toutes les parties de la chaîne en bénéficient à l'avenir. Mais cela peut aussi être négatif pour les entreprises dont les investisseurs recherchent la rentabilité à court terme des actionnaires, qui ne sont pas une partie active de cette entreprise et qui, à moyen terme, n'ont pas l'intention d'améliorer la valeur du secteur dans lequel ils investissent, en ne pensant qu'à leurs actionnaires ».

Les produits frais découpés et prêts à consommer continuent de gagner du terrain dans les investissements d'Unica Fresh. « En termes de production et de revenus, nous nous concentrons toujours sur les fruits et légumes qui sont emballés directement à l'arrivée depuis les champs, mais les consommateurs cherchent également à manger sainement et de manière de plus en plus pratique. C'est pourquoi des concepts tels que les snacks de légumes sont de plus en plus populaires. Tout indique qu'il existe des opportunités et nous devons suivre de près la tendance pour voir comment elle se développe, car elle pourrait déterminer l'avenir de l'entreprise. Les réseaux sociaux sont un bon indicateur pour nous indiquer où vont ces tendances ».

« Les manifestations ne sont pas synonymes d'unité »
La campagne de légumes 2019/2020 n'a pas bien commencé en termes de prix qui sont restés bas pendant si longtemps que le secteur est descendu dans les rues lors de manifestations de masse à Almeria et à Murcie.

« La perte de rentabilité a atteint un tel point que les gens du secteur ont été motivés pour essayer de trouver des solutions et pour se défouler. Cependant, le fait que nous protestions ne signifie pas que nous sommes vraiment unis, ni même que c'est efficace. Cette crise des prix est principalement due à un manque de planification des cultures et à la concurrence avec des tiers », explique Enrique de los Ríos.

« L'Espagne, en tant que leader européen de la production horticole, devrait essayer d'unir les principales coopératives et agir comme un lobby pour améliorer son pouvoir de négociation et pouvoir exercer plus de pression sur les administrations publiques espagnoles et européennes. Nous devons apprendre à agir efficacement au lieu de nous plaindre ensemble en groupe quand les choses vont mal et être dans l'individualité quand elles vont bien ».

Le virus ToBRF : « Etre préparé au pire et espérer le meilleur »
Toutes les alarmes ont été déclenchées suite à la récente détection du virus ToBRF à Almeria, car il est classé comme une maladie très dangereuse pour les plants de tomates, même s'il n'affecte pas du tout la santé des consommateurs.

« Nous sommes très inquiets et nous suivons de près son évolution. Nous attendons toujours que les institutions officielles décident des mesures à adopter. Certains pensent qu'il pourrait être vraiment dévastateur ; en fait, certains producteurs de pays concurrents, comme les Pays-Bas, y voient une possibilité à long terme de continuer à gagner du terrain sur les tomates d'Almeria. Nous devons nous préparer au pire et espérer le meilleur », déclare le directeur d'Unica Fresh.

Nous devons regarder au-delà de l'Europe ; le monde offre de plus en plus de possibilités de marché
« En tant qu'Européens, les exportateurs espagnols ont généralement tendance à être fortement orientés vers les marchés de l'UE, où il y a toujours eu de grandes opportunités et où la concurrence est grande. Nous constatons cependant qu'il existe des zones émergentes dans le monde où, à mesure que le pouvoir d'achat augmente, la demande d'aliments sains et pratiques est également en hausse », déclare Enrique de los Ríos.

« Il existe des pays tiers très intéressants pour certains de nos produits, comme le Brésil pour l'ail ou la Chine pour les oranges. Tout comme Unica a cessé d'être orientée vers Almeria et s'est étendue à d'autres régions d'Espagne, nous pensons que nous devons cesser d'être orientés vers l'Europe, étant donné l'évolution du marché mondial. Des pays comme l'Inde, les Émirats Arabes Unis et ceux du Sud-Est asiatique présentent un grand potentiel ».

« Le Brexit impliquera plus de bureaucratie si un sentiment anti-européen se développe »
La possibilité d'un Brexit dur est de plus en plus probable depuis que Boris Johnson a remporté les élections britanniques de manière décisive.

« Nous savons que le Brexit n'entraînera pas nécessairement la fin de l'importation de produits européens, tant qu'un sentiment anti-européen clair ne se développera pas. Nous espérons qu'il s'agira davantage d'une question de paperasserie douanière. Le Royaume-Uni est un marché important pour les exportations espagnoles de fruits et légumes, où elles sont bien établies depuis des décennies. Si les Britanniques ne veulent pas une augmentation de leurs dépenses de santé suite à un manque d'investissement dans la santé fournie par les produits espagnols à prix raisonnables, nous devrons continuer à coopérer. Il n'y a pas de meilleurs produits en termes de qualité, de prix, d'empreinte carbone, d'empreinte sociale, d'empreinte plastique, d'empreinte eau, etc. que les produits européens en général et espagnols en particulier », déclare le directeur d'Unica Fresh.

Pour plus d'informations : 
Maribel Amat
UNICA FRESH
Cell. +34 677 343 148
mamat@unicafresh.es 
www.unicafresh.es 


Date de publication:
©



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


© FreshPlaza.fr 2020

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)