Marché mondial : le melon

La situation sur le marché du melon varie actuellement en fonction de la variété. On trouve suffisamment de melons Cantaloup en Amérique du Nord et en Europe, mais la demande reste faible. En ce qui concerne les pastèques, la demande est également faible, mais on observe néanmoins des pénuries sur le marché, les volumes étant très limités en raison des conditions climatiques dans les pays producteurs. Les négociants ne tablent pas sur une amélioration prochaine de la situation. Le Costa Rica est particulièrement touché par les pénuries, mais le volume au Guatemala a également rebondi lentement durant le premier mois et demi de la saison. Le Maroc et le Sénégal sont aussi présents sur le marché européen. Les perspectives de la saison italienne pour la fin du mois de mars sont actuellement positives.

Allemagne : une saison difficile en raison des tempêtes et des manifestations
Comme ce fut le cas pour d'autres produits d'outre-mer, le temps orageux, combiné aux manifestations dans divers ports ces dernières semaines, a eu un impact sur le commerce. Cela a souvent causé des retards considérables. Les melons Galia et les pastèques sont très demandés, notamment en raison du temps chaud de ces dernières semaines. On peut donc espérer une conclusion positive de la saison des melons d'outre-mer.

Suisse : une demande et une offre limitées
En Suisse, les melons occupent actuellement une place limitée sur le marché. Seuls de petits lots de melons Galia et Charentais sont disponibles, en provenance essentiellement du Brésil, du Costa Rica et du Honduras. Le prix est acceptable, conforme à la demande limitée, et presque au même niveau que celui de l'année dernière. « Contrairement à l'année dernière, nous avons maintenant des melons Galia, venant principalement du Brésil. C'est le résultat direct des investissements dans de nouvelles plantations et de nouvelles variétés au Brésil », déclare un importateur.

France : la demande avant tout axée sur la qualité
Sur le marché de gros de Rungis, on trouve des melons d'origines diverses vendus à des prix très différents. Le melon vert Charentais du Maroc (650 - 800 grammes) est vendu à 2,40 € le kilo, tandis que les melons sénégalais (950 - 1150 grammes) se vendent entre 2,60 et 3,00 € le kilo. En règle générale, la demande de melons est faible en hiver ; le marché n’a de la place que pour des melons de bonne qualité. Cela a un impact direct sur l'offre.

Italie : la saison commencera probablement avec 10 jours d'avance cette année
En ce moment, les melons vendus en Italie proviennent du Maroc et de quelques autres pays. Un commerçant du nord de l'Italie s'est déclaré satisfait de la qualité des Cantaloups, en partie en raison du Brix élevé. Le prix est actuellement d'environ 3,00 €/kg.

En Sicile, les perspectives de récolte sont favorables en raison des températures élevées et de l'ensoleillement. Ces conditions ont facilité la culture précoce des melons Cantaloup sous tunnel ainsi que sous serre. Les premiers melons sont attendus vers le 20 mars à Licata, à Agrigente. D'autres variétés suivront plus tard, toutes arrivant environ 10 jours plus tôt que la normale. En mai, les pastèques des variétés Marsala et Pachina suivront, et les melons jaunes issus des deux variétés arriveront vers le 15 mai. Le virus en provenance de New Delhi, qui s'est propagé en Sicile, a fait peu de dégâts cette année. L'incertitude règne quant à la disponibilité en eau pour les cultures de plein champ et l'impact du Coronavirus en Europe.

« La plantation de melons et de pastèques est en cours depuis décembre », déclare une organisation italienne de producteurs qui investit dans la culture du melon en 2020. « Les premiers melons pourraient être récoltés à la mi-avril. Le temps doux a accéléré le développement végétatif et cela donne un coup de fouet à toutes les variétés ».

Pays-Bas : les pastèques et les melons Galia sont rares ; la vente du Cantaloup et du melon jaune est difficile
Il existe actuellement une dichotomie sur le marché du melon. « Les pastèques et les Galias sont rares, mais la vente de Cantaloups et de melons jaunes se révèle un peu plus difficile », déclare un importateur néerlandais. Il s'attend à ce que cette situation se poursuive pendant un certain temps. « Mon sentiment est qu'il y a beaucoup de nouveaux melons en route ». Le Costa Rica a actuellement un volume trop faible pour répondre à la demande, et la saison panaméenne n'a pas encore commencé. Par conséquent, les pastèques sans pépins coûtent actuellement entre 1,20 et 1,30 euro, et les Quetzalis sont un peu moins chères. Les melons Galia sont vendus entre 9 et 10 euros. Le prix des melons Cantaloup est nettement inférieur, avec des prix de marché compris entre 5 et 6 euros. Les melons jaunes sont vendus entre 8 et 8,50 euros, alors qu'ils devraient en réalité coûter 10 euros. Cela est dû au fait que le Brésil continue d'expédier et que les premiers conteneurs en provenance du Costa Rica ont été bloqués par des problèmes de qualité. Par ailleurs, les retards de ces dernières semaines, dus en partie aux diverses tempêtes, ont également pesé sur le commerce.

Guatemala : l'offre est à nouveau en hausse en raison du temps chaud et sec
Ce pays d'Amérique centrale se consacre surtout à la culture du Cantaloup et du melon miel, destinés avant tout au marché américain. La saison a commencé lentement et tardivement. Au cours du premier mois et demi, les volumes ont été inférieurs à la normale en raison du temps froid. Récemment, les volumes disponibles ont de nouveau augmenté. Le temps a été sec et chaud, ce qui est bon pour la culture des melons. La qualité des fruits est bonne, avec un Brix élevé. On trouve de bons stocks de calibres 9 et plus.

Mexique : une tempête tropicale met fin à la saison de la pastèque dans le nord
Les conditions météorologiques du début de la saison ont eu un impact sur la récolte des melons au Mexique. Dans le nord, la saison s'est terminée en décembre, alors que d'autres régions ont commencé à livrer leurs productions en janvier. En ce qui concerne les pastèques, la saison dans le nord s'est terminée plus tôt que la normale en raison de l'impact de la tempête tropicale Lorena. Les melons miel étaient toujours disponibles, mais en plus petit volume, ce qui a provoqué des pénuries aux États-Unis.

Chine : baisse importante des importations due au Coronavirus
Le marché chinois du melon est calme actuellement. En Chine, seules quelques régions sont en mesure de produire hors saison, comme le Yunnan et le Hainan. Actuellement, la plupart des melons proviennent de Hainan, et comme l'offre est faible, le prix est un peu plus élevé que la normale. La saison des melons dans les autres régions de production débutera en mai. La majeure partie de l'offre arrivera alors sur le marché, ce qui entraînera à nouveau une chute des prix.

C'est autour de cette période que les importations en provenance du Myanmar sont importantes, mais en raison de la crise actuelle du coronavirus, celles-ci ont considérablement diminué. Actuellement, les échanges commerciaux sont moins importants à la frontière entre le Myanmar et la Chine afin d'éviter que le virus ne se propage davantage.

Afrique du Sud : enfin de la pluie dans le Limpopo
Il existe deux grandes régions de production en Afrique du Sud : le Cap-Oriental et le Limpopo. Dans le Limpopo, plusieurs grands producteurs de melons sont installés dans l'extrême nord de la province, à la frontière du Zimbabwe. Cependant, les quatre dernières années ont été extrêmement sèches ; même les rivières se sont asséchées. Au cours des deux dernières semaines, un producteur a dû se débarrasser d'une énorme quantité de melons en raison de la pression constante exercée par les insectes et les maladies.

Ce producteur est néanmoins prêt à subir cette perte en contre-partie des pluies qui ont été enregistrées. De meilleurs rendements, des tailles plus grandes et une meilleure qualité sont maintenant attendus pour la nouvelle saison. De nombreux producteurs qui avaient auparavant cessé leurs activités en raison de la sécheresse extrême plantent désormais des melons et d'autres cultures. Toutefois, un producteur voit également les inconvénients des précipitations. « La pluie et les melons ne vont pas bien ensemble. L'humidité accrue peut entraîner l'apparition d'autres maladies ».

États-Unis : pénurie de pastèques, mais quantité suffisante de Cantaloups
L'offre de melons sur le marché nord-américain est actuellement proche de la moyenne. Le marché de la pastèque est très tendu en raison des conditions climatiques au Mexique. Les pénuries ont fait grimper les prix depuis un mois et demi, et la situation devrait s'aggraver, car plusieurs régions du Mexique sont en train de renoncer, ce qui entraînera un décalage dans la saison. La demande de pastèques est en règle générale faible à cette époque de l'année, mais la pénurie est encore plus importante. Le prix des pastèques s'élève à environ 0,36 $ / carton et aucune augmentation de prix n'est prévue. Ce n'est que lorsque les volumes reprendront que le prix pourra baisser à 0,20 $ le carton.

Les prix et les stocks de melons miel du Mexique sont plus raisonnables. Le prix est légèrement supérieur à celui de la semaine dernière, mais les gens ne s'attendent pas à un déficit de l'offre puisque ces melons sont plus faciles à conserver que les pastèques. Le prix fluctue maintenant entre 8 et 10 $ / carton. Pour le Cantaloup, il n'y a clairement pas de pénurie sur le marché et les importations proviennent du Honduras ainsi que du Guatemala. Cependant, la demande est limitée. En raison de la stabilité de l'offre du Cantaloup, les prix ont baissé de 0,25 à 0,50 $ la semaine dernière. On ne s'attend pas à une grande amélioration avec l'arrivée des melons du deuxième cycle de récolte en Amérique centrale.

Canada : des stocks restreints, mais aussi une demande limitée de pastèques
Le prix des pastèques est au même niveau que l'année dernière. L'offre et la demande sont faibles. Les opérateurs s'attendent à ce que le marché reste lent. Il reste néanmoins de l'espoir pour le futur, car la Floride devrait arriver plus tôt sur le marché et les rendements à l'hectare y sont bons. La saison devrait commencer ici au cours de la première semaine d'avril.

Australie : la Nouvelle-Zélande ferme son marché aux melons australiens du Queensland
Avec la découverte du virus de la mosaïque du concombre (CGMMV) dans les pastèques de l'État du Queensland, la Nouvelle-Zélande a fermé ses frontières aux produits de cette région, qui est normalement une « zone exempte de CGMMV » (suspendue après la découverte). Cette mesure a été prise malgré le fait que 97 % des pastèques importées en Nouvelle-Zélande proviennent de cette région. À l'heure actuelle, aucune restriction n'a encore été imposée sur les melons de Nouvelle-Galles du Sud et de Victoria, mais des contrôles sont prévus pour ces deux régions.

En tout état de cause, la consommation de melons a diminué en raison de l'épidémie de Listeria qui s'est déclarée au début de l'année 2018. 43 % des acheteurs n'achètent que des pastèques.

 

La semaine prochaine : aperçu du marché mondial du pamplemousse


Date de publication:
©



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


© FreshPlaza.fr 2020

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)