Marché mondial : la pomme de terre

Le marché de la pomme de terre en Europe est aujourd'hui clairement divisé entre le nord et le sud. Dans les pays où le coronavirus / Covid-19 est présent, la demande est en hausse, en particulier pour les produits locaux. Par exemple, la demande en Italie a triplé brièvement au début de l'épidémie, et les producteurs espagnols parviennent difficilement à répondre à la demande. Aux Pays-Bas, en Belgique et en Allemagne, le marché est à nouveau calme, les prix sont donc sous pression. En raison des récentes averses au Benelux, les pommes de terre n'ont pas encore été plantées.

Sur le marché nord-américain, l'incertitude règne quant à la disponibilité des pommes de terre pour le commerce, tandis qu'en Océanie, les conditions climatiques ont entraîné une baisse du rendement à l'hectare. En Chine, les prix sont particulièrement élevés en raison de l'offre limitée et du fait de l'entrave du commerce par le coronavirus. 

Pays-Bas : ralentissement des exportations et prix sous pression
Les exportations néerlandaises sont actuellement calmes. « Les pays que nous desservons en temps normal ont un approvisionnement suffisant », déclare un exportateur. « Tous les emballeurs semblent vivre une période d'accalmie. La consommation a baissé et le coronavirus n'aide pas non plus. Nous avons un certain nombre de clients dans le secteur de la restauration, de l'hôtellerie et du tourisme qui achètent moins parce que les gens restent chez eux ».

Cela devrait mettre les prix sous pression. « Vous pouvez acheter des pommes de terre Agria pour 19/20 cents, quant aux pommes de terre destinées à la consommation fraîche, elles sont encore moins chères, avec des prix pouvant descendre jusqu'à 15 cents. La demande n'est tout simplement pas au rendez-vous et tout le monde commence à être un peu nerveux », explique l'exportateur.

« Les pommes de terre importées n'exercent pas non plus de pression sur le marché. Les premières égyptiennes sont déjà disponibles, mais les volumes sont limités et les prix sont aussi assez bas. Par ailleurs, les conditions humides ne facilitent pas les choses. Le travail ne commence souvent qu'en avril, mais les gens sont déjà en train de planter en Europe de l'Est ».

Belgique : plantation de pommes de terre impossible en raison du temps humide 
Le marché de la pomme de terre est actuellement assez calme. Les prix sont en légère baisse car la demande semble décroître. En raison des températures douces de cet hiver, la demande a pris un certain retard. La qualité est bonne malgré la sécheresse de l'été. En raison des fortes pluies enregistrées ces dernières semaines, les producteurs ne devraient pas être en mesure de planter de nouvelles pommes de terre pour le moment. Si l'humidité persiste, les anciennes pommes de terre pourraient être requises plus longtemps.

Allemagne : début de la saison égyptienne
L'offre de pommes de terre domestiques provenant du stockage suit toujours la demande. Bien que les ventes soient calmes, les gens sont globalement satisfaits de la situation actuelle du marché. Outre les pommes de terre nationales provenant des stocks, la saison des importations démarre lentement. L'Italie, Chypre, Israël et l'Égypte, entre autres, sont à l'heure actuelle les principaux fournisseurs. « Jusqu'à récemment, Israël était leader du marché, mais maintenant l'Égypte a réussi à atteindre une solide position grâce à la bonne qualité de sa principale variété : la Princesse », déclare un importateur. Bien que les pommes de terre allemandes issues du stockage soient proposées plus longtemps et que les pommes de terre de primeur arrivent plus tôt sur le marché, les petites pommes de terre de primeur d'Égypte sont particulièrement populaires durant les mois de mars et d'avril.

Autriche : bonnes ventes sur le marché intérieur
Les ventes intérieures en Autriche se sont quelque peu stabilisées. Les exportations, en revanche, sont très faibles. L'offre de produits stockés est abondante. En raison de la hausse des températures, les pommes de terre stockées sans réfrigération ne pourront plus être conservées encore longtemps.

France : forte disparité entre les régions françaises
La saison de la pomme de terre en France a un calendrier différent, selon les régions. Les volumes et la qualité ont été bons cette année en Champagne, tandis que d'autres régions ont dû faire face à des récoltes tardives, ce qui a pesé sur la qualité. Pour certains producteurs, cette saison devrait être plus longue que la précédente.

Italie : une demande triplée durant les premiers jours de l'épidémie de coronavirus
Les ventes de pommes de terre ont considérablement augmenté dans le commerce de détail ainsi que dans l'industrie de la transformation. Les ventes sur les marchés de gros ont diminué, tout comme la demande émanant du secteur de la restauration.

« Au début de l'épidémie de coronavirus en Italie, surtout dans les premiers temps, lorsque les gens craignaient la quarantaine, la panique a conduit beaucoup de gens à s'approvisionner », a déclaré un commerçant du nord de l'Italie. « La demande du commerce de détail a triplé. La situation s'est ensuite normalisée à nouveau. Nous sommes maintenant revenus aux niveaux habituels et avons commencé nos premières exportations vers la Suisse ». De grands efforts sont déployés pour arrêter la propagation du virus, mais pour les entreprises, c'est le statu quo. « Nous ne ressentons l'impact du virus que dans une mesure limitée », déclare le négociant. « Nous pouvons facilement commander des emballages et d'autres articles et nous continuons à charger et à décharger des pommes de terre. Nous continuerons à travailler pour éviter les pénuries dans les supermarchés. Nous discutons même avec les acheteurs le dimanche, car la pomme de terre est un produit polyvalent et très demandé. 90 % des consommateurs n'achètent des pommes de terre que les derniers jours de la semaine ».

En Sicile, la récolte de pommes de terre nouvelles a commencé il y a une semaine dans les environs de Syracuse et les ventes ont pris un bon départ. « Toutefois, ces deux derniers jours, notre travail a été assez limité », explique un producteur. « L'avenir n'est pas très radieux pour le moment, et beaucoup de choses demeurent incertaines ».

Espagne : la demande monte en flèche
Après deux mois de calme en janvier et février, la demande de pommes de terre en Espagne a augmenté suite à la détection du coronavirus. Selon l'un des plus grands producteurs espagnols, il est pratiquement impossible de satisfaire toute la demande.

Jusqu'à présent, la saison de la pomme de terre s'est bien déroulée au niveau des prix. La moyenne est passée de 28 à 35 cents le kilo à l'origine pour les meilleures qualités. En raison des bonnes conditions climatiques et des températures douces, les pommes de terre primeurs de Murcie et d'Andalousie sont attendues plus tôt cette année. Ensuite, ce sera le moment de la récolte dans les régions de Castille-La Manche et de Castille-et-León. Actuellement, les pommes de terre disponibles sur le marché espagnol proviennent de France (approvisionnement tout au long de l'année), d'Égypte, du Maroc et d'Algérie.

Chine : des prix plus élevés en raison de faibles stocks et de la lenteur des échanges
En ce moment, les prix sont élevés sur le marché chinois. Cela n'est pas seulement dû au coronavirus, qui rend le transport plus difficile, ralentissant ainsi le commerce, mais aussi au fait que les stocks soient un peu moins importants cette année. C'est pourquoi les pommes de terre nouvelles qui arrivent sur le marché sont actuellement plus chères. La production de pommes de terre se fait dans trois régions de Chine. Pour l'instant, l'approvisionnement provient du sud de la Chine. En mai, de nouveaux approvisionnements viendront de l'est.

Les pommes de terre chinoises sont également exportées, mais le commerce connaît actuellement un ralentissement en raison du coronavirus. Du fait de leur prix élevé, ces pommes de terre sont moins attrayantes sur le marché international. Dans les mois à venir, le prix devrait de nouveau baisser lentement et les exportations augmenteront alors.

Amérique du Nord : incertitude quant à la disponibilité des pommes de terre
Les stocks de pommes de terre en Amérique du Nord sont restreints, mais on ne sait pas exactement dans quelle mesure. L'offre est limitée depuis le début de la saison. Le gel du printemps 2019 a fait des ravages sur les pommes de terre. Les rendements à l'hectare ont été nettement inférieurs et la taille des tubercules était beaucoup plus petite que la normale. En octobre, une autre gelée a eu lieu dans l'Idaho, affectant 20 à 25 % de la récolte et ayant un impact important au niveau de l'offre.

À l'heure actuelle, il existe une grande incertitude quant à la disponibilité des pommes de terre sur le marché et sur la qualité des pommes de terre de stockage. Cela a un impact sur le commerce car le secteur cherche également à disposer de produits à vendre avant la fin de la saison. L'incertitude concernant le coronavirus renforce cette situation. Compte tenu du volume de pommes de terre vendues, on constate un changement dans le commerce de détail au cours des 30 à 90 derniers jours. Les supermarchés ne veulent mettre en rayon que des pommes de terre qui se vendront rapidement.

L'offre de pommes de terre rouges est maintenant faible, mais elles sont commercialisées depuis plus longtemps que ce qui était prévu. De nouveaux stocks de pommes de terre jaunes, qui se vendent plus rapidement, sont déjà disponibles. Le stock de pommes de terre à chair blanche s'épuisera ce mois-ci et fera place à la première nouvelle récolte dans le nord de la Floride. L'incertitude plane encore sur les pommes de terre rouges-brunes, bien qu'aucune pénurie ne soit prévue avant juillet. Le prix de ces dernières a augmenté de 15 à 20 %.

Australie : temps sec en Tasmanie
En 2019, 50 005 tonnes de pommes de terre ont été exportées, ce qui représente une augmentation de 10 %, alors que la valeur des exportations a augmenté de 4 %. Cependant, les producteurs de Tasmanie sont confrontés à la période de plantation la plus sèche jamais enregistrée, et la question de la gestion de l'eau reste un problème permanent. Cependant, la plantation de pommes de terre n'est pas entravée pour autant.

Nouvelle-Zélande : une baisse des rendements due aux conditions météorologiques 
Les conditions météorologiques en Nouvelle-Zélande ont jusqu'à présent été assez inhabituelles cette saison, impactant ainsi les rendements. Selon certains experts, c'est l'une des périodes les plus difficiles jamais enregistrées en 10-15 ans. Les rendements seront surtout réduits à Pukekohe, alors que la région de Manawatu s'attend à un rendement moyen. La majeure partie de la production de Canterbury sera récoltée ce mois-ci suite à des conditions climatiques extrêmes en début de saison.


Semaine prochaine : Aperçu du marché mondial de l'orange

 


Date de publication:
©



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


© FreshPlaza.fr 2020

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)