Marché mondial : les myrtilles

Alors que les années précédentes, des pressions sur les prix ont parfois été signalées sur le marché, il en va tout autrement cette année. L'Espagne a fourni un volume beaucoup plus faible que d'habitude en raison des conditions météorologiques et d'une pénurie de main-d'œuvre liée aux mesures mises en œuvre pour enrayer la pandémie de coronavirus. L'Italie parvient à combler le vide entre l'Espagne et la Pologne. Aux États-Unis, la saison nationale a commencé, mais dans l'est du pays, les producteurs craignent la concurrence du Canada et du Pérou, qui arrivera sur le marché plus tard cet été. L'Afrique du Sud continue à développer ses exportations.

Pays-Bas : baisse de production attendue en raison du gel nocturne
Le marché de la myrtille aux Pays-Bas est actuellement très vide. La saison des myrtilles en Espagne touche à sa fin et les volumes comme la qualité ne sont pas au rendez-vous. Il reste cependant quelques semaines avant le début de la saison de la myrtille aux Pays-Bas. « À la semaine 26, la plupart des entreprises du sud des Pays-Bas commenceront la récolte », déclare un producteur. Il anticipe une production nettement inférieure. « En raison des gelées nocturnes, surtout après la mi-mai, on s'attend à une baisse de 30 à 40 % de la production dans la région. La température est tombée à environ -2ºC, un désastre. Beaucoup de fruits ont été congelés. Les différences entre les entreprises seront considérables. Certaines entreprises ne signalent aucun dommage, tandis que d'autres ont perdu jusqu'à 70 % de leur production. Cette même situation a été observée en Allemagne du Nord et en Pologne. Par conséquent, le démarrage ne sera pas facile. Nous ne devons pas avoir peur de la chute des prix, nous devons envisager les choses d'un point de vue européen. La production sera suffisante, mais il y aura moins de fruits dans les rayons et les unités de conditionnement seront plus petites. En haute saison, les fruits sont généralement conditionnés dans des emballages de 500 grammes. Cette fois, le poids sera peut-être ramené à 250 grammes ».

Allemagne : équilibre entre l'offre et la demande
La demande de myrtilles sur le marché allemand est actuellement relativement faible, rapporte un fournisseur au détail. Par rapport aux autres années, cela fait des mois que la demande est plus faible. En raison du manque de main-d'œuvre et des conditions climatiques dans les principales zones de culture espagnoles, le volume est nettement plus faible que d'habitude. La production totale est environ 30 à 40 % plus petite que la normale.

Toutefois, cette situation exceptionnelle a un impact positif sur le marché. Normalement, pendant la saison européenne, on observe une surabondance chronique de l'offre et une pression sur les prix. « Maintenant, l'offre et la demande sont en équilibre et nous avons des prix relativement élevés, sans qu'ils soient toutefois astronomiques ».

Compte tenu de la situation exceptionnelle et de la faible récolte en Espagne, la saison s'y termine plus tôt que d'habitude. L'accent est désormais mis sur les zones de culture plus importantes, comme le sud de la France. Les premières myrtilles ont été récoltées en France, avec une dizaine de jours d'avance. Les premières myrtilles allemandes n'arriveront pas avant la mi-juillet.

Pour l'instant, la superficie de l'Allemagne s'élève à près de 15 000 hectares. Selon les derniers chiffres de l'Agricultural Market Information Company (AMI), les principaux fournisseurs de myrtilles en Allemagne sont la Basse-Saxe, la Rhénanie du Nord-Westphalie et le Brandebourg (dans cet ordre).

France : la récolte a commencé il y a deux semaines
La récolte des myrtilles françaises est en cours depuis plus de deux semaines. Les producteurs n'ont pas à se plaindre, mais la demande n'est pas élevée. Néanmoins, la France, l'Espagne et le Portugal ont fourni des volumes considérables. En général, la consommation de myrtilles en France augmente d'année en année. Le niveau n'est pas le même que dans la plupart des pays d'Europe du Nord, mais il y a bien un marché pour les myrtilles.

Espagne : « La myrtille est la baie phare cette année »
Cette année, la saison des myrtilles en Espagne s'est révélée bien différente de ce qui avait été prévu au départ, surtout si l'on tient compte de la saison désastreuse de l'année dernière, où le secteur a perdu beaucoup d'argent. « La myrtille est sans aucun doute la baie phare de cette année », déclare un producteur. Les prix sont restés stables grâce, en partie, au temps froid et pluvieux du mois d'avril. Cela a permis une culture plus étendue et plus stable, sans chevauchement des variétés. Les producteurs de Huelva travaillent actuellement avec les variétés de myrtilles tardives et espèrent continuer jusqu'à la fin du mois de juin. Les pays vers lesquels l'Espagne exporte ne prévoient pas de pouvoir fournir de gros volumes de myrtilles sur leurs propres marchés, l'Espagne pourrait donc combler cette lacune.

Italie : le Piémont comble le vide du marché avec la Duke
La saison des myrtilles vient de commencer dans la province du Piémont. La demande en myrtilles est forte et la qualité du produit est bonne, meilleure que les années précédentes. Par rapport à la saison précédente, le rendement à l'hectare est légèrement inférieur, probablement en raison de la douceur de l'hiver. La variété principale et la plus cultivée est la Duke. Elle a bon goût, une bonne durée de conservation et une taille adéquate. Elle mûrit à peu près au moment où la saison espagnole se termine et où celle de la Pologne reste à débuter, de sorte que le produit italien peut combler cette lacune. La principale destination des myrtilles est le Royaume-Uni, avec 60 % du total. Les 40 % restants sont destinés au marché intérieur, à l'Allemagne et à la Suisse.

Un grossiste du nord de l'Italie affirme que le prix des myrtilles est bon. Presque toutes les myrtilles sont d'origine italienne. La demande étant instable, le marché connaît des hauts et des bas. Les prix oscillent entre 8 et 10 € / kg. Les chiffres des supermarchés sont plus solides et se sont stabilisés après la mise en place des mesures les plus strictes contre le coronavirus. Les ventes auprès de la restauration sont toujours affectées par le manque de tourisme dans le pays.

Chine : les myrtilles en grappes sont très populaires
Globalement, le marché ne s'est pas encore totalement remis de l'impact du coronavirus, en particulier pour les fruits relativement chers comme les myrtilles. Les ventes sont assez faibles. Pour l'instant, on observe encore un volume important en provenance du Yunnan, même si la saison est terminée. Les myrtilles sont également fournies par le Liaoning, avec des chiffres très compétitifs, et par les serres du Shandong. Le prix du produit est inférieur de 15 % à celui de l'année dernière. Les myrtilles de plein champ ont également fait leur apparition sur le marché, avec des prix avoisinant les 30 RMB / 500 grammes (3,73 € / 500 grammes). Une nouvelle tendance se dessine en Chine : les myrtilles sont vendues en grappes, tout comme le raisin. Cette pratique est populaire auprès des consommateurs car elle véhicule l'idée de fraîcheur.

Afrique du Sud : exportations en hausse de 50 %
Le secteur de la myrtille sud-africaine est en pleine croissance. Les exportations de la saison 2019/2020 ont augmenté de 50 % par rapport à l'année dernière, avec 12 282 tonnes, contre 8 000 tonnes pour la campagne 2018/2019. Pour la saison 2021, une autre forte augmentation est attendue, avec la perspective d'atteindre 17 000 tonnes d'exportations de myrtilles. Ce chiffre passera ensuite à 25 000 tonnes en 2022. Dans 5 ans, cette forte croissance devrait se stabiliser quelque peu.

Le nouveau Forum commercial conjoint de l'Association des producteurs de fruits rouges d'Afrique du Sud a récemment tenu une réunion pour discuter de la commercialisation et de la logistique des myrtilles. Selon certains experts, cela montre que le secteur est en train de mûrir. La récolte sud-africaine commencera dans le nord du pays d'ici un mois.

États-Unis : des volumes moyens attendus dans tout le pays
L'offre de myrtilles est bonne, mais la demande sur le marché américain connaît des pics et des chutes, essentiellement à cause du coronavirus. Un producteur déclare que « mars a été un bon mois pour les myrtilles, avril a été spectaculaire et mai n'a pas été aussi bon que mars, mais certainement meilleur qu'avril ». En avril, de nombreuses myrtilles sont également arrivées du Mexique, ainsi que de Géorgie et de Floride, qui ont également eu une bonne récolte. Le comportement d'achat des consommateurs a également été très différent en raison du coronavirus et il y a eu une forte concurrence du côté des fraises.

La saison de pousse de la Californie est actuellement à son apogée et elle se poursuivra pendant environ deux semaines. Les producteurs affirment que cette saison est l'une des meilleures depuis longtemps et que les myrtilles sont très prisées. Le volume est comparable à celui de l'année dernière. La Caroline du Nord et la Géorgie sont également à leur apogée en ce qui concerne l'offre de variétés plus tardives. Malgré le coronavirus, la demande de myrtilles reste forte et l'utilisation d'emballages (coquilles) contribue notamment à ce que les consommateurs achètent des myrtilles. Un prix supérieur à la moyenne a été enregistré au cours des quatre dernières semaines, ce qui entraîne un renversement de la tendance observée au cours des semaines précédentes.

Après la Californie, la récolte commencera dans l'Oregon, où les perspectives de production sont également très bonnes pour cette année. Les producteurs comptent sur de meilleurs prix, étant donné que les coûts de production ont augmenté et que le dollar canadien a perdu de sa valeur. La récolte commencera alors également dans le New Jersey et le Michigan, mais là, ils craignent une baisse des prix sur le marché en raison des importations du Canada et du Pérou vers la côte Est des États-Unis. Le Pérou devrait également arriver sur le marché avec ses myrtilles plus tôt que l'année dernière, ce qui exercera une pression supplémentaire.

Australie : le secteur prend des mesures contre la baisse des prix de vente
En raison de l'impact économique du coronavirus en Australie, Berries Australia prévoit un déficit de 30 millions de dollars australiens (18,3 millions d'euros) dans la valeur de vente des myrtilles. Pour y remédier, le secteur a introduit une taxe volontaire destinée aux gros acheteurs de myrtilles, et des efforts sont faits pour protéger le marché intérieur. Les myrtilles sont cultivées toute l'année dans différentes régions. En hiver, la production se déplace vers la Nouvelle-Galles du Sud. En 2019, la production a augmenté de 13 % par rapport à 2018 pour atteindre 19 008 tonnes. La valeur a augmenté de 10 %. Les exportations de myrtilles ont diminué de 9 %, pour atteindre 201 tonnes, mais la valeur a augmenté de 8 %. Quelque 1 555 tonnes sont importées, majoritairement de Nouvelle-Zélande.


La semaine prochaine : vue d'ensemble du marché mondial du melon


Date de publication:
©



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


© FreshPlaza.fr 2020

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)