Marché mondial : le melon

Cette semaine, la situation sur le marché nord-ouest européen est difficile pour les melons en raison du mauvais temps. Cette condition, conjuguée à la forte production de la région méditerranéenne, a exercé une légère pression sur les prix. L'Espagne, en particulier, domine le marché et écoule des volumes normaux en Europe, bien qu'elle ait essuyé quelques tempêtes de grêle. Entre-temps, des pays tels que la Grèce et la Turquie ont réussi à augmenter sensiblement leurs exportations vers l'Europe. Les prix en Chine sont également sous pression en raison de l'approvisionnement issu du sud du pays. En Amérique du Nord, on observe des pénuries ici et là, notamment de melons Cantaloup et Honeydew. Cela ne se traduit pas pour autant par une hausse des prix, car la demande est elle aussi décevante. La Floride a fini plus tôt cette année et la production se déplace désormais vers la Géorgie et la Californie principalement. Cette dernière espère un volume légèrement supérieur à celui de l'année dernière.

Pays-Bas : nouvelle baisse du prix des melons
La saison des melons espagnols a commencé cette année avec des prix élevés. Les importateurs néerlandais ont laissé entendre que les producteurs de la région d'Almeria, où les melons sont les plus précoces, pourraient connaître la meilleure saison depuis des années. La semaine dernière, les tempêtes de grêle dans les premières zones de culture de Murcie ont contribué à renforcer cette idée, mais les ravages se sont révélés être principalement une affaire locale. « Maintenant que Murcie fournit des volumes normaux au marché européen et que le temps n'est plus optimal, les prix des melons baissent rapidement pour atteindre les faibles niveaux qui sont malheureusement devenus la norme ces dernières années », déclare un importateur. « Étant donné que d'autres régions méditerranéennes fournissent également des volumes importants, la pression sur les prix est considérable. La consommation n'est certainement pas au niveau que nous souhaiterions pour le moment ; nous avons vraiment besoin d'un temps estival pour cela ».

Belgique : offre excédentaire due au mauvais temps
L'offre de melons sur le marché belge est considérable depuis des semaines, déclare un importateur belge. En raison des conditions climatiques instables, la consommation a considérablement diminué, ce qui signifie que l'offre est actuellement excédentaire. La saison des melons espagnols a bien commencé ; les prix étaient également bons au début, mais ils ont maintenant considérablement baissé.

Allemagne : l'Espagne seule au sommet
Sur le marché allemand du melon, l'Espagne est actuellement la seule source disponible. Les pastèques marocaines ont progressivement disparu du marché autour de la semaine 20-21, remplacées par la Dumara turque. Les premiers lots grecs sont ensuite devenus disponibles vers l'Ascension. Cependant, l'approvisionnement en provenance de Turquie et de Grèce est sans commune mesure avec les volumes importés d'Espagne, précise un commerçant. Une demande importante et des niveaux de prix assez stables sont enregistrés actuellement.

Les autres variétés de melon (Cantaloup, Charentais, Jaune, etc.) sont également essentiellement fournies par l'Espagne. « En termes de demande, nous constatons que les Jaunes se démarquent légèrement », indique un commerçant. L'offre provient également de la Turquie, bien qu'il s'agisse de variétés qui ne sont pas cultivées ailleurs. C'est le cas, par exemple, de la variété Kirkagac. « Nous constatons que cette variété gagne peu à peu du terrain en Allemagne », déclare un commerçant d'origine turque.

France : les commerçants sont optimistes pour la saison en cours
La saison du melon français bat son plein. On trouve encore quelques fruits espagnols. Actuellement, l'offre dépasse la demande, mais les commerçants sont optimistes. « Les volumes de fruits à noyau européens sont limités. La superficie consacrée au melon a également été quelque peu réduite. Ces deux facteurs devraient permettre de maintenir l'équilibre du marché ».

Royaume-Uni : gros volumes en provenance de Grèce et de Turquie
Le Royaume-Uni est inondé de melons en provenance de Grèce et de Turquie, qui expédient de gros volumes vers ce marché. La demande est actuellement très faible. Pour l'instant, le prix des melons n'a pas été affecté par les effets des tempêtes de grêle en Espagne.

Espagne : dégâts subis par la production en raison des fortes chutes de grêle
Cette année, la superficie consacrée aux melons Piel de Sapo en Espagne a été réduite d'environ 10 %. En revanche, celle des melons Charentais, Galia, Jaune et Cantaloup, qui sont plus orientés vers l'exportation, a été réduite de 5 % environ en raison des prix bas de la saison précédente. Pour les pastèques, on constate également une réduction de 10 % au niveau national.

Almería en a presque fini avec les melons de serre et les pastèques, avec de bons prix pour les melons et des prix très élevés pour les pastèques à cause d'une pénurie de pastèques de bonne qualité et d'une forte demande en Europe. À présent, Murcie a commencé à récolter en pleine terre et la production battra son plein dans une semaine. Cette saison, la superficie consacrée à la culture des melons dans la région de Murcie s'élève à environ 5 600 hectares, tandis que les pastèques sont cultivées sur environ 3 100 hectares. La semaine dernière, de fortes pluies et des tempêtes de grêle ont endommagé environ 10 000 tonnes de melons et de pastèques, ce qui a entraîné une baisse de l'offre en provenance de la région.

L'offre de melons verts est suffisante pour répondre à la demande au niveau national. Elle ne sera pas affectée par les dommages causés par la grêle. En ce qui concerne les Charentais, les tailles sont plus petites que dans les autres variétés. La nouaison ne s'est pas déroulée comme prévu en mai.

En ce qui concerne les pastèques, des dégâts dus à la grêle ont été enregistrés dans les régions de Lorca et de Campo de Cartagena, ce qui entraînera une légère réduction de l'offre en juin. La qualité et le goût des melons de Murcie sont très bons dans toutes les variétés et tous les calibres. La région de Valence commencera la récolte des melons dans quelques semaines, puis ce sera le tour de Castille La-Manche, où les fruits sont récoltés de fin juillet à octobre. Cette dernière région s'attend à ce que sa production baisse de 20 % cette année.

Italie : chute spectaculaire du prix des melons en raison du mauvais temps

Italie du Nord :
Un grossiste indique que les ventes de melons ont fortement diminué du 7 au 10 juin. Au mois de mai, les choses s'étaient bien déroulées avec une production précoce. Un producteur de 200 hectares de melons et de pastèques explique qu'il y a eu un certain chevauchement entre les productions de serre et de plein champ. La consommation n'est pas élevée (en raison du mauvais temps et des basses températures), ce qui signifie que les prix sont bas.

Sardaigne :
Une organisation de producteurs de fruits et légumes affirme qu' « après un bon départ ces dernières semaines, avec des prix et une demande surprenants, les dix derniers jours ont été marqués par une forte baisse de la consommation et des prix. Cela est dû aux précipitations et aux températures, qui sont tombées en dessous des niveaux moyens tant en Italie qu'à l'étranger. Le prix des pastèques a baissé de 40 %, tandis que celui des melons a été réduit jusqu'à 60 % ».

Basilicate :
Une organisation de producteurs a commencé à récolter des melons Cantaloup cette semaine. Pour la première fois, ces melons sont exportés vers la Suisse, l'Allemagne et l'Autriche par l'organisation elle-même. La récolte des melons Jaunes suivra à partir de la mi-juillet. Le prix du cantaloup a baissé en deux semaines, passant de 1,80-2,00 €/kg à 0,80-1,00 €/kg.

Sicile :
En termes de production, la saison a été jusqu'à présent bonne pour les mini-pastèques, les pastèques et les melons Jaunes. Cependant, il y a une pénurie de touristes et le secteur de la restauration redémarre lentement ses activités. Les conditions météorologiques sont également instables. Cette année, les mini-pastèques sont arrivées vers le 10 mai. Les prix semblaient favorables dès le départ, avec 0,70-0,80 euro/kg, mais cette tendance n'a pas pu être maintenue en raison de l'arrivée sur le marché des fruits à noyau. Les prix oscillent maintenant entre 0,20 et 0,25 € / kg. La récolte des pastèques a également commencé à la mi-mai. Là encore, les prix étaient satisfaisants au début, avec 0,60-0,70 € / kg, mais ils ne dépassent plus maintenant 0,25-0,30 € / kg. Les ventes de pastèques ont chuté de 50 % cette année par rapport à la précédente. La saison des melons Jaunes a commencé début juin avec des prix variant entre 0,60 et 0,80 €/kg ; aujourd'hui, ils ne dépassent plus 0,50 €/kg.

Grèce : mauvais départ, mais reprise des exportations
Le début de la saison des pastèques a été considérablement perturbé par le coronavirus, mais le marché a quand même réussi à se redresser. En avril, la Grèce a doublé ses exportations de pastèques par rapport à l'année précédente. Plus de 44 000 tonnes ont été exportées récemment, les principales destinations étant l'Allemagne, la Pologne et l'Italie.

Turquie : les exportations vont quadrupler cette année
Contrairement à la Grèce voisine, la saison des exportations a bien commencé. Entre le 25 avril et le 20 mai, 4 000 tonnes de pastèques ont été expédiées, soit quatre fois plus qu'à la même période l'année dernière. Les exportateurs sont satisfaits de la demande accrue en Europe. La valeur des exportations de melons a également augmenté par rapport à l'année dernière.

Chine : faible prix des pastèques en raison d'un surplus dans le sud
Les ventes de pastèques sont bonnes en ce moment. L'offre de pastèques en provenance du Shanxi Jiangsu, du Sichuan, du Hunan, du Hubei et d'autres régions a atteint des chiffres considérables au début du mois de juin. Dans l'ensemble, les prix du marché sont restés très bas depuis le mois de mai, mais au cours des deux dernières semaines, ils ont augmenté progressivement. L'offre excédentaire et le mauvais temps dans le sud sont les principales raisons de ces prix défavorables. Les variétés Meidu et 8424 sont les plus courantes sur le marché intérieur et sont également populaires en Asie du Sud-Est. La pastèque jaune est également de plus en plus connue des consommateurs, mais la production reste faible.

Amérique du Nord : l'offre de pastèques augmente, tandis que celle des melons Cantaloup et Honeydew continue de baisser
Actuellement, le volume disponible sur le marché américain est plus faible, mais il devrait augmenter dans les semaines à venir. En Floride, les melons ont été soumis à des chaleurs extrêmes et à des tempêtes, ce qui a entravé la récolte et a également nui à la qualité des melons. La saison a commencé et s'est terminée plus tôt cette année. C'est maintenant en Géorgie principalement que les volumes augmentent. Au Canada, les volumes sur le marché sont plus faibles que ceux enregistrés l'année dernière à la même période. Une grande partie des melons provient de la côte est des États-Unis, l'offre se déplaçant lentement vers le nord. En Californie, des volumes plus importants sont attendus cette année ; guère plus élevés, mais toujours plus importants. La demande en pastèques est bonne, mais elle varie selon les régions. Au Canada, la demande est moins forte en raison de l'impact des mesures prises par le pays contre le coronavirus. D'habitude, une grande partie des melons sert à l'industrie de la restauration. En Floride, la demande est bonne en raison du temps chaud et les prix sont environ 30 % plus élevés que la normale.

En revanche, en ce qui concerne le Cantaloup et le Honeydew, la situation est complètement différente. Pour l'instant, les volumes sont très faibles. Le Cantaloup est actuellement fourni principalement par Imperial Valley (CA) et Yuma (Arizona), tandis que le Honeydew provient du Mexique via l'Arizona. La demande est toutefois modérée. « Le prix du Cantaloup devrait normalement se situer entre 12,95 et 13 dollars, voire 15 dollars pour de petits volumes, mais il se situe actuellement entre 10,95 et 12,95 dollars, selon la taille », a déclaré un négociant. Le prix du Honeydew se situe entre 8 et 10 dollars. Dans les semaines à venir, les volumes devraient encore diminuer.

Mexique : un volume plus petit
Cette année, la production de pastèques est inférieure à celle de l'année dernière. En outre, la saison est presque terminée à cette époque et les choses ne reprendront qu'après la fin de l'été. La baisse de la production au Mexique a entraîné de bonnes conditions de marché aux États-Unis, où les melons domestiques arrivent maintenant sur le marché à des prix intéressants. Les prix des pastèques mexicaines ont atteint des niveaux supérieurs à la moyenne cette année, avec une augmentation de près de 40 %.

Australie : légère réduction du volume, alors que les exportations sont en hausse
Le volume total des melons australiens avait diminué de 6 % en 2019 par rapport à la saison 2018 ; cependant, au cours de la même période, les exportations ont augmenté de 6 %, pour atteindre 21 455 tonnes. Les melons australiens sont disponibles toute l'année. La majeure partie de la production est constituée de pastèques.


La semaine prochaine : aperçu du marché mondial de l'avocat


Date de publication:
©



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


© FreshPlaza.fr 2020

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)