Marché mondial : la prune

La récolte de prunes dans le nord-ouest de l'Europe n'est habituellement pas une grande source de revenus, mais cette année, les prix sont bons. Certaines pénuries sont d'ailleurs visibles sur le marché ici et là. La Norvège a été particulièrement touchée, puisque 80 % de la récolte y a été perdue à cause des chutes de neige du mois de mai. Le marché de la prune cette saison est également marqué par la perte du marché brésilien des prunes espagnoles, entraînant un peu plus de concurrence pour les États-Unis sur le marché nord-américain et pour les Turcs en Inde et en Asie du Sud-Est.

Pays-Bas : bons prix
La superficie consacrée aux prunes a été quelque peu réduite. « Ces dernières années, les prunes n'ont pas été très rentables, mais les prix sont bons cette saison. Le prix de la Reine Victoria est d'environ 2 euros », explique un marchand de fruits du nord du pays. « Les autres années, il y a parfois eu un excédent, mais maintenant, il y a même des pénuries a quelques endroits. L'offre espagnole de fruits à noyau se tarit et nous pouvons combler ce manque avec nos prunes. De plus, les vacances ici dans le nord du pays sont déjà terminées ce qui est positif pour la demande. « La vente de prunes néerlandaises est principalement une affaire domestique. La saison de l'Opal est maintenant terminée, la variété Jubileum est également épuisée, et on passe maintenant à la Reine Victoria et aux variétés qui relèvent du concept Lazoet. Nous allons poursuivre avec celles-ci pendant encore quatre semaines ».

Belgique : volumes légèrement inférieurs en raison du gel du printemps
Le volume de prunes belges sur le marché est comparable à celui de l'année dernière. Au début, la production devait être supérieure à celle de l'année dernière, mais une partie de la récolte a été endommagée par le gel au printemps. Les prunes belges seront sur le marché pendant environ 5 à 6 semaines. La qualité des fruits semble bonne. La vague de chaleur de la semaine dernière a causé des coups de soleil sur une petite partie des prunes, mais seules celles situées au sommet de l'arbre ont été touchées. La demande de prunes belges ne cesse de croître chaque année.

Allemagne : début de saison exceptionnellement précoce
Les prunes domestiques dominent actuellement le commerce allemand, en particulier les variétés Top, Hanita et Cacaks Schöne. L'Espagne et l'Italie exportent des lots plus importants, tandis que la part des prunes d'Europe de l'Est semble diminuer, à l'exception de la variété Stanley bosniaque. L'offre étant plus que suffisante, le commerce de fruits plus petits ou non mûrs a connu des difficultés. Les prix ont varié entre 1 euro/kg pour les produits bosniaques et 2 euros pour les Cacaks Schöne domestiques. En outre, de grandes quantités de Cacaks sont actuellement importées de Pologne, de  République tchèque et de Serbie.

La saison des prunes en Allemagne a commencé très tôt cette année. La récolte bat déjà son plein dans les principales régions de culture du Bade-Wurtemberg et de la Rhénanie-Palatinat. « Nous nous attendons à une récolte légèrement plus faible en raison des gelées de printemps ; cependant, les estimations actuelles sont encore positives », déclarent les coopératives de Middelbaden et du Palatinat.

Les coopératives de producteurs d'Allemagne du Sud investissent également dans de nouvelles variétés. « La variété Franzi sera récoltée commercialement pour la première fois cette année après une phase de test de trois ans. La production sera proposée dans le commerce de détail allemand », explique Obstgroßmarkt Mittelbaden (OGM). VOG Ingelheim a également annoncé récemment qu'il lancera de nouvelles variétés en partenariat avec des sélectionneurs.

« En tout cas, le marché allemand se distingue par son amour pour la Zwetschgen, une prune spéciale qui convient parfaitement à la transformation industrielle (principalement pour les produits de boulangerie). Les prunes classiques ne représentent que 10 % de nos ventes, le reste étant des Zwetschgen », explique un commerçant. Ces prunes sont particulièrement populaires à cette époque de l'année et se trouvent donc souvent dans les rayons des détaillants.

France : année exceptionnelle en raison d'une maturation précoce
La maturation exceptionnellement précoce des prunes au début s'est poursuivie tout au long de la saison, ce qui a rendu cette année assez spéciale. Par conséquent, l'approvisionnement se terminera également plus tôt que d'habitude. La récolte de cette année est inférieure d'environ un tiers à celle de l'année dernière ; toutefois, les volumes plus faibles garantissent une meilleure qualité avec une teneur en sucre élevée. Les prix ont également été assez bons pendant la saison et la demande a été plus faible.

Norvège : une récolte ruinée par des chutes de neige
2019 a été une année record pour les prunes norvégiennes, mais la situation est très différente cette saison. En raison des chutes de neige et du gel, les producteurs du pays sont confrontés à une baisse de plus de 80 %. Les producteurs norvégiens n'ont jamais connu une aussi mauvaise saison. La récolte est estimée à 600-700 tonnes (contre 1 900 tonnes l'année dernière).

Italie : des prix plus élevés attendus en raison des gelées de printemps
De bons prix de prunes sont signalés dans le nord de l'Italie, mais on s'attendait à plus. Sur le marché de gros de Vignola, à Modène, la qualité du produit est bonne, avec des prix allant de 0,80 à 3,00 € / kg, selon la variété et le calibre. Le marché de gros de Vignola est l'un des plus importants pour les prunes. Près de 60 % des prunes ont été perdues en raison de l'impact des gelées de printemps. Les producteurs s'attendaient à une augmentation de la demande et des prix. La Regina est la variété la plus populaire, avec des prix variant entre 2 et 3 € / kg. La Grossa di Felisio est également très demandée, avec des prix avoisinant 1,50 € / kg.

Espagne : perte du marché brésilien entraînant une baisse des prix
Les volumes de production de prunes dans la région espagnole d'Estrémadure, le plus grand fournisseur de fruits en Espagne, sont inférieurs d'environ 25 % à ceux de la saison dernière. Bien que la première partie de la saison ait été bonne en ce qui concerne la demande et les prix, la perte surprenante du marché brésilien a entraîné une baisse des prix cette année. Si ce marché n'avait pas été perdu, la saison aurait probablement été bonne, étant donné la baisse de la production dans d'autres pays, comme l'Italie, la France, le Portugal ou la Grèce, en raison du gel et des tempêtes de grêle. De nombreuses entreprises d'Estrémadure ont investi massivement dans l'exportation vers le Brésil. La saison dernière, plus de 20 000 tonnes y ont été expédiées. C'est un marché très attractif en raison de la bonne demande de conteneurs en vrac de taille 50 et plus et de 9 kg. Les bons résultats obtenus dans ce pays ont conduit de nombreux exportateurs à mettre tous leurs œufs dans le même panier.

Bien que les fruits soient également expédiés, dans une certaine mesure, vers d'autres marchés tiers, tels que l'Inde, l'Europe reste l'une des principales destinations des exportations de prunes. Cependant, au cours d'une année comme celle-ci, les lacunes sont de plus en plus comblées par les productions locales. Cette année a déjà été difficile, mais que se passera-t-il l'année prochaine si les exportateurs espagnols ne peuvent toujours pas exporter vers le Brésil ou l'Italie et que les autres pays d'exportation traditionnels ont une récolte normale ?

« La saison 2018 des prunes espagnoles s'est caractérisée par un faible rendement, tant en Estrémadure que dans le reste de l'Europe », a déclaré un exportateur. « Mais les exportateurs espagnols se sont appuyés sur le marché brésilien. La situation de cette saison est préoccupante ». La vérité est que le secteur fruitier d'Estrémadure est fortement dépendant des prunes, car les pêches et les nectarines ont été laissées pour compte et perdent du terrain par rapport aux autres zones de production espagnoles.

Turquie : expansion de la superficie consacrée aux prunes 
Les prunes sont cultivées dans toute la Turquie, principalement le long des côtes de la Méditerranée et de la mer Égée. La production ne cesse d'augmenter, car de nouvelles plantations continuent d'être mises en place. D'autres prunes sont attendues l'année prochaine. Cette saison, les conditions météorologiques ont permis une bonne croissance des fruits. La demande de prunes japonaises augmente en Europe, mais la Turquie expédie la majorité d'entre elles vers des pays asiatiques, comme l'Inde, Singapour, Hong Kong et la Malaisie. Compte tenu de l'augmentation de la demande, malgré des prix un peu plus élevés, on peut dire que les clients sont prêts à payer des prix supérieurs à la moyenne pour la prune japonaise.

Afrique du Sud : les producteurs préoccupés par la situation dans le port
Les producteurs sud-africains surveillent les conditions météorologiques. En ce qui concerne l'approvisionnement en eau, les choses se présentent bien. Les précipitations ont été suffisantes et les chutes de neige ont apporté un peu de froid. Cependant, la plupart des producteurs pourraient maintenant profiter d'un peu plus de soleil pour faciliter le développement des prunes dans les vergers. Les variétés les plus précoces ont déjà terminé leur phase de floraison et d'autres variétés suivront dans les semaines à venir. Toutefois, un vent trop fort et un temps nuageux pourraient avoir des conséquences négatives.

En ce qui concerne la gestion de l'eau, la saison s'annonce déjà meilleure que celle de l'année dernière. Toutefois, les producteurs de prunes sont particulièrement préoccupés par la situation du port du Cap, qui fait état de retards importants dans le départ des expéditions et de coûts d'intrants pour l'électricité (dont l'approvisionnement est également régulièrement défaillant dans le pays) et l'emballage. L'estimation de la récolte suivra à la fin du mois prochain. Les premières prunes sont récoltées en novembre.

Chine : baisse drastique des exportations
La prune Shuanghua est actuellement la plus populaire sur le marché chinois. Le prix moyen est d'environ 4 RMB / kg (0,49 € / kg). La variété la plus exclusive est cependant la prune Fengtang, dont le prix moyen est d'environ 72 RMB/kg (8,80 €/kg). Récemment, la prune Xiangcui est celle qui a gagné le plus de popularité et qui est également cultivée dans de plus en plus de régions. Cette variété est également exportée vers l'Asie du Sud-Est. En avril, cependant, les conditions météorologiques étaient mauvaises et cela a eu un impact sur la qualité. En raison du coronavirus et des conditions climatiques extrêmes, le volume des exportations a été considérablement réduit cette année. En outre, le prix sur le marché de gros a chuté de près d'un tiers. La saison d'exportation de la Chine s'étend de juillet à octobre. Les États-Unis et la Turquie sont les principaux concurrents dans la région.

Amérique du Nord : concurrence de l'Espagne sur le marché intérieur
L'offre de prunes aux États-Unis est assez limitée. En Californie, la floraison de certaines variétés a posé des problèmes, entraînant une baisse des volumes. Cela est principalement dû au temps froid et pluvieux pendant la phase de pollinisation. Toutefois, les fruits accrochés aux arbres sont plus gros et de bonne qualité. À l'heure actuelle, les producteurs sont confrontés à de nouveaux défis en raison du temps. « Nous constatons maintenant une chaleur record dans la région, nous cueillons donc des prunes supplémentaires », explique un producteur.

Cette année, la concurrence vient principalement d'Espagne sur le marché intérieur, car ce pays a perdu le Brésil comme destination. « Normalement, nous ne voyons pas autant de prunes espagnoles sur les marchés américain, canadien et mexicain, mais cette année, c'est le cas », explique un négociant. Cependant, la crainte de la concurrence n'est pas très forte car la demande de prunes sur le marché intérieur est bonne, tout comme les prix. Les choses auraient été différentes avec une récolte record aux États-Unis. Les producteurs américains exportent eux-mêmes une partie de leurs prunes vers les marchés d'Asie du Sud-Est, mais la demande y est également juste moyenne en raison de la concurrence espagnole. Les prix, tant sur le marché intérieur que sur les marchés d'exportation, sont plus élevés que l'année dernière.

Australie : forte augmentation des exportations vers la Chine
Selon les dernières statistiques de Hort Innovation, pour l'année se terminant en juin 2019, la production de prunes en Australie a été légèrement supérieure à celle des années précédentes. Les volumes ont augmenté de 8 %, à 32 241 tonnes, et la valeur a augmenté de 4 %, à 75,7 millions de dollars australiens. Les exportations ont augmenté de 29 %, à 6 839 tonnes, et la valeur a augmenté de 25 %, à 25 millions de dollars australiens. Les exportations vers la Chine ont connu une croissance particulièrement forte depuis l'accès à ce marché, passant d'une tonne seulement en 2017 à 2 604 tonnes en 2019, ce qui représente 38 % de l'offre internationale de l'Australie (la plus grande part pour tout marché international unique).

Nouvelle-Zélande : culture de nouvelles variétés
Après la fin prématurée de la dernière saison, les producteurs de prunes de Nouvelle-Zélande espèrent une campagne 2020-21 plus longue. En termes d'exportations, les ventes de prunes sont nettement inférieures aux 60 tonnes signalées il y a cinq ans, mais selon Summerfruit NZ, elles pourraient être au début d'une tendance à la hausse. La saison dernière, les exportations sont passées d'un peu plus de 21 tonnes à la fin de la saison 2018-19, les États-Unis étant le principal marché pour ce fruit.

Les producteurs de prunes de Nouvelle-Zélande demandent que de nouvelles variétés soient testées et que davantage de recherches soient menées sur les bienfaits pour la santé des prunes rouges riches en anthocyanes, dont un producteur de Hawke's Bay obtient des rendements phénoménaux avec des arbres de trois ans seulement. La Flavor Blast est l'une des plus récentes variétés de prunes cultivées en Nouvelle-Zélande, et s'avère être un succès.



Semaine prochaine : aperçu du marché mondial de la pomme de terre


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)