Marché mondial : la pomme

En matière de fruits, l'hémisphère sud est actuellement en train de passer le relais au nord. La transition commerciale devrait se faire en douceur, sans aucun problème majeur. Dans la plupart des pays où la récolte des pommes débute, on constate une réduction de la production. Cette situation est principalement due aux coups de soleil, au gel printanier, à la grêle et aux tempêtes. Les hausses en termes de volume sont pour la plupart dues à l'expansion des superficies. Les prix ont augmenté et restent élevés un peu partout avec l'arrivée de la nouvelle récolte.

Pays-Bas : des prix plus élevés que ceux du début de la dernière saison
La récolte des pommes aux Pays-Bas en est actuellement à la moitié. Dans le cas de l'Elstar, la majorité des producteurs en est à la deuxième récolte, tandis que d'autres ont déjà terminé. La Jonagold, la Red Prince, la Kanzi et les variétés plus tardives suivront. Selon un commerçant néerlandais, il est encore tôt pour donner une prévision quant aux rendements. « En tout cas, la demande est bonne, mais cela fait des mois qu'elle l'est. Le marché était vide et les pommes importées sont écoulées, si bien que partout en Europe, chacun se tourne vers sa propre production. Les perspectives sont bonnes, même si les choses ne se préciseront qu'une fois la récolte arrivée. Personnellement, je pense que les ventes aux Pays-Bas continueront de se dérouler sans problème. Il y a moins de pommes et cela entraînera certainement des prix plus élevés que l'année dernière ».

Belgique : récolte plus faible en raison des coups de soleil et du gel
Cette année, la récolte de pommes en Belgique est nettement moins importante que les années précédentes. Le fruit a été sévèrement touché par le gel, mais aussi par les brûlures du soleil pendant les fortes chaleurs. Il en résulte des différences de qualité considérables entre les lots.

L'offre et la demande sont bien équilibrées. Cela est dû en partie au fait que le marché était presque vide au début de la saison. Les choses se présentent bien pour la commercialisation des pommes d'été belges. La qualité de ce fruit est bonne et la demande est largement suffisante.

Allemagne : la production nationale domine
Les pommes locales dominent sur le marché allemand des fruits et légumes. Les variétés les plus courantes sont l'Elstar, la Delbare et la Jonagold, tandis que la Tenroy, la Boscoop et la Cox Orange complètent la gamme. Le volume des pommes Holsteiner Cox et Pinova a également augmenté.

Le Sud-Tyrol, dans le nord de l'Italie, est depuis toujours l'un des principaux fournisseurs du secteur fruitier allemand. La Royal Gala, la Golden Delicious et la Granny Smith sont actuellement les principales variétés produites dans cette région. Enfin, la France est également présente sur le marché avec les variétés Elstar et Gala. Parallèlement, l'Espagne tente aussi de se positionner avec des pommes Royal Gala et Granny Smith relativement bon marché. Globalement, le marché est légèrement excédentaire, selon les négociants.

France : petite récolte, mais bonne qualité
La saison des pommes en France a déjà commencé. Les volumes sont faibles (environ 1,4 million de tonnes au total), mais la qualité est bonne sous tous rapports. Les négociants sont donc optimistes en ce qui concerne les prix et s'attendent à une saison sans difficultés majeures. Les volumes des variétés classiques telles que la Golden et la Granny sont particulièrement faibles avec une baisse de 19 % par rapport à l'année dernière. Pour les variétés club, le recul de la récolte est estimé à 5 % par rapport à 2019.

Royaume-Uni : transition en douceur vers la saison intérieure en vue
La récolte des pommes anglaises a commencé il y a une dizaine de jours et le beau temps de cette semaine est très encourageant pour la récolte de la Braeburn et de la Royal Gala.

La saison est particulièrement difficile pour les pomiculteurs britanniques, avec des conditions climatiques instables et l'impact continu du coronavirus, mais les pommes de cette année devraient être très savoureuses. Les producteurs britanniques devraient cueillir 1,3 milliard de pommes et de poires (148 700 tonnes) cette année. Les conditions météorologiques tout au long de la saison ont fait des ravages. Le volume est environ 20 % inférieur aux prévisions et se rapproche donc de celui de 2019.

La Gala est la variété la plus répandue chez les cultivateurs du Royaume-Uni. Les volumes ont augmenté de 224 % au cours des dix dernières années pour atteindre environ 72 000 tonnes cette année. La Cox reste populaire, tout comme la Braeburn et la Jazz, qui sont également cultivées en volumes importants. Les variétés club telles que la Cameo, la Junami, la Rubens, l'Evelina et l'Opal représentent une part de plus en plus importante de la production nationale.

Selon un cultivateur, les volumes sont conformes aux estimations et une croissance sera réalisée grâce aux investissements et aux nouvelles plantations effectués. La transition vers la saison nationale se fera en douceur. « C'est la dernière semaine d'approvisionnement en provenance de l'hémisphère sud et la transition vers notre offre intérieure se fera sans heurts. Grâce aux bonnes conditions météorologiques, tout se passe dans les temps ». La demande est bonne en ce moment, surtout dans le sud, où les gens sont impatients d'acheter des pommes britanniques de la nouvelle saison.

Italie : conditions de marché défavorables en début de saison pour les pommes biologiques
La production italienne de pommes est estimée à 2 079 972 tonnes, ce qui est conforme à celle de l'année dernière et environ 8 % de moins que la moyenne des 5 années précédentes (à l'exclusion du chiffre global pour 2017). La production biologique italienne a établi un nouveau record, avec environ 178 000 tonnes, soit 8,5 % du total. Cela fait de l'Italie le premier producteur de pommes biologiques d'Europe.

Toutes les régions ne connaissent pas la même tendance. La production a été réduite de 7 % dans le Sud-Tyrol, tandis que celle du Trentin a augmenté de 5 % par rapport à la saison dernière. La croissance structurelle du Piémont se poursuit et cette région productrice est désormais la deuxième plus importante d'Italie, juste derrière le Trentin-Sud-Tyrol. Elle possède de nombreux vergers de jeunes plants et met également en œuvre de grands projets de renouvellement variétal. Le rendement à Venise, en Frioul-Vénétie Julienne et en Lombardie se rétablit légèrement. En Émilie-Romagne, la récolte de pommes a été réduite de près de 8 % en raison des gelées de printemps.

Cette année, les pommes italiennes ont pu accéder au marché thaïlandais. Voilà environ 7 à 10 jours, 450 000 pommes Royal Gala Marlene de la nouvelle récolte (60 tonnes) ont été expédiées au Qatar, en Thaïlande et aux Émirats arabes unis. Les 15 premiers jours de septembre n'ont pas été favorables aux pommes biologiques en Italie. Les prix étaient bas sans raisons particulières. Un commerçant affirme même qu'il ne comprend pas pourquoi certaines entreprises vendent le produit de façon précipitée. Les pommes sont de bonne qualité, et après quelques semaines, cela ne peut que s'améliorer. Dans le nord de l'Europe, on trouve beaucoup de fruits provenant de l'hémisphère sud, mais personne ne signale d'excédent sur le marché. Il indique également qu'aucune production pleine n'est attendue cette année car les gelées de printemps en Pologne et dans d'autres pays de l'Est ont considérablement réduit les potentiels de rendement.

Espagne : aucun de stock de la saison précédente ; prix plus élevés sur le marché
La saison des pommes en Espagne a commencé cette année avec de meilleurs prix et une plus grande demande en matière d'exportations. Depuis le début de la crise du coronavirus, les ventes de pommes ont considérablement augmenté, si bien que la nouvelle récolte commencera cet été sans le moindre stock de la saison précédente. Par ailleurs, la saison des fruits à noyau s'est terminée environ deux semaines plus tôt cette année à cause de pénuries au niveau de la production, et avec de très bons résultats laissant plus de place pour les ventes de pommes.

De plus, le volume de la récolte sera réduit d'environ 15 % cette année. Des problèmes de taches sur la peau des fruits ont été constatés, ce qui fait que le volume commercialisable sera plus faible. Les variétés dont la production a le plus diminué sont la Red Delicious, la Golden et la Granny Smith. Les prix sont globalement plus élevés et le secteur espère que les producteurs pourront compenser les coûts accrus dans la chaîne de production en raison de la pandémie.

Pologne : davantage de fruits de classe 2 que l'année dernière en raison de la grêle et du gel
La récolte des pommes polonaises peut commencer à tout moment avec les premières pommes Gala. En raison de l'impact des gelées de printemps, le volume devrait être de 10 à 15 % inférieur à la moyenne, mais néanmoins supérieur à celui de l'année dernière. En raison des ravages, moins de pommes seront exportables. Le prix a augmenté au cours des derniers mois et cette tendance devrait se poursuivre au début de la nouvelle récolte. Sur ce plan, la saison devrait être meilleure que la précédente.

Turquie : la position du pays reste stable
La demande de pommes Gala turques est importante. La production de pommes du pays a augmenté par rapport à l'année dernière, tout comme les coûts de production. Cependant, grâce au taux de change entre la lire et le dollar, les prix n'ont pas beaucoup changé pour les acheteurs. Le fruit est surtout recherché en Inde et dans les pays du Golfe. Cependant, la Russie et d'autres pays asiatiques se sont également révélés être de grands marchés pour les Turcs cette saison.

Afrique du Sud : une bonne saison en perspective grâce à un hiver favorable
La semaine dernière, le marché mondial de la poire indiquait déjà que le Cap connaissait l'un de ses meilleurs hivers depuis des années ; il fait actuellement encore froid et humide. Les vergers de pommiers se réveillent maintenant lentement dans le Cap-Occidental. Les premières pommes de la nouvelle saison sont les variétés locales du Limpopo. Elles arrivent sur le marché une semaine avant Noël et sont essentiellement destinées à être vendues sur le marché intérieur. Les producteurs travaillent déjà à éclaircir ce qui semble être une très bonne récolte. Dans deux à trois semaines, les pommes de l'État libre et du Mpumalanga suivront (représentant 2 % de la production totale, avec des variétés conventionnelles plus résistantes au froid). Les vergers de pommiers sont actuellement en fleurs et, à moins d'une vague de froid, la récolte devrait être dans la moyenne.

La saison dernière a été bonne en ce qui concerne la qualité, mais il y a eu quelques problèmes logistiques (la saison a coïncidé avec le confinement lié au coronavirus et les problèmes au Cap), mais selon un commerçant, les exportations de pommes ont tout de même donné de bons résultats (sur les marchés qui n'ont pas été gravement perturbés), car les consommateurs ont fait de l'alimentation saine une priorité.

Inde : les importations diminuent sous l'effet de la nouvelle récolte nationale
Avec le début de la récolte en Inde, les importations vont perdre en importance, y compris celles des fameuses pommes du Chili et de la Nouvelle-Zélande. Les pommes nationales sont moins chères, donc d'août à janvier, ce sont celles que privilégient les consommateurs. La production indienne de pommes sera nettement moins importante cette année en raison des conditions climatiques difficiles. Le nord de l'Inde produira 30 % de pommes en moins. Le manque de pommes de grand calibre constitue un autre problème. Le pays cherche également des alternatives sur le marché de l'importation, et la Serbie pourrait devenir un nouveau fournisseur dans les semaines à venir.

Chine : réticence à vendre sur le marché de la pomme
Le prix des pommes chinoises stockées dans la province du Shandong a récemment augmenté de 0,2 yuan (0,025 euro / 0,03 USD). Certains producteurs et négociants sont encore réticents à vendre car le prix des pommes précoces et le prix des dernières pommes en stock sont importants avant une récolte abondante. Le prix des pommes rouges Fuji à la fin du mois de septembre et au début du mois d'octobre dépendra de ceux des pommes de début de saison et des dernières pommes en stock. Le 4 septembre, 19 tonnes de pommes Fuji du Gansu ont été exportées vers l'Australie. C'est la première fois que des pommes de cette province ont été expédiées sur le marché australien.

États-Unis (Pennsylvanie) : début de saison avec des prix plus élevés
La production en Pennsylvanie a été affectée par les gelées de printemps avec une réduction d'environ 25 %. La taille des fruits semble actuellement plus petite que d'habitude. Les conditions climatiques ont eu des répercussions sur l'approvisionnement en Red Delicious. La demande est maintenant forte, surtout pour les pommes en barquettes car les consommateurs craignent beaucoup la contamination par les pommes en vrac. L'USDA a retiré des millions de petites pommes du marché pour en faire don à des familles américaines. Les prix actuels, juste avant l'automne, sont élevés, environ 1 à 2 dollars de plus que l'année dernière, à l'exception de la Honeycrisp. Début octobre, les prix devraient être comparables à ceux de l'année dernière.

États-Unis (New York) : popularité croissante des variétés club et des variétés classiques
Dans l'État de New York, une grande récolte est attendue pour la saison 2020-21 ; semblable à celle de la campagne précédente. Les producteurs s'attendent à ce que les volumes de Honeycrisp, Gala et Fuji augmentent, et les variétés club comme la SweeTango, KORU, SnapDragon, RubyFrost et Evercrisp sont également en progression. Les Smitten entreront également sur le marché pour la première fois cette année tandis que les pommes Rave connaîtront leur première récolte importante. La demande de pommes de New York est forte au niveau national, en particulier dans la région allant du Texas au Wisconsin. Sur la côte ouest, certaines variétés classiques de New York sont également demandées, et dans des pays comme le Vietnam, les acheteurs recherchent des variétés club comme la SnapDragon et la KORU. Les prix du marché ne se sont pas encore stabilisés.

États-Unis (Washington) : forte demande de pommes en sac
L'État de Washington prévoit une augmentation de 10 % du volume des nouvelles plantations ; toutefois, les conditions météorologiques sont une source d'incertitude. Les producteurs de l'État ont dû faire face à la fumée des récents incendies sur la côte ouest ; de plus, une tempête au début du mois de septembre a causé de graves dommages aux fruits. Certains producteurs pensent également que l'offre attendue de Washington va quelque peu diminuer, et que cela aura un impact sur la récolte. Selon la Washington Apple Commission, au début du mois d'août, les estimations pour la récolte de l'État prévoyaient 134 millions de boîtes, ce qui est comparable aux 133 millions de boîtes de 2019, bien que ce chiffre diminuera de 5 à 10 %.

Cependant, la demande pose toujours un défi. Les producteurs constatent que les détaillants doivent encore passer des fruits d'été aux fruits principaux. La demande de pommes en sac est élevée. Le problème est que les petits formats ont tendance à être utilisés pour ce format, et le calibre de cette année semble être plus grand. Étant donné que la récolte de l'année est plus petite qu'on ne le pensait initialement, les prix vont augmenter et probablement atteindre des niveaux supérieurs à la moyenne. La récolte pourrait encore être retardée (dans toute l'Amérique du Nord) en raison d'une pénurie de main-d'œuvre.

Chili : fin de la campagne
La saison au Chili se termine actuellement, alors que le marché intérieur américain de la pomme commence à se redresser. Le Chili représente 2 % de la production mondiale de pommes, et les exportations constituent sa principale activité. Cette année, on estime que ces exportations se situeront entre 1,6 et 1,7 million de tonnes à la fin de la saison. La superficie de la culture de la pomme a diminué de 13 % au cours des cinq dernières années. La Royal Gala est la variété la plus importante avec 45 % de la production. On observe également une diversification des exportations ces derniers temps, les pays d'Amérique du Sud prenant une part plus importante que par le passé.

Argentine : l'accent toujours mis sur les variétés traditionnelles
Au fil des ans, les exportations de l'Argentine ont diminué d'environ 40 %. La raison principale de cette baisse est que la production de pommes se concentre sur les variétés traditionnelles telles que la Red Delicious et la Granny Smith. En 2019, la production était d'environ 550 000 tonnes, dont 100 000 tonnes étaient exportées. Les chiffres de 2020 ne sont pas encore disponibles.

Nouvelle-Zélande : les exportations de pommes ont doublé depuis 2012 ; un quart est destiné à l'exportation
La valeur des exportations de pommes de la Nouvelle-Zélande a doublé depuis 2012, générant plus de 820 millions NZD (466,2 millions €) à la fin de 2019. Les variétés néo-zélandaises telles que la Jazz, l'Envy et la Pacific ont représenté plus d'un quart des exportations, mais la Royal Gala a enregistré la part d'exportation la plus élevée, avec 31 %. L'Europe (22 %) a été la principale destination des pommes néo-zélandaises, suivie du Royaume-Uni et de l'Irlande (12 %), tandis que l'Amérique du Nord et la Chine ont représenté 11 % des exportations. Au total, 395 000 tonnes de pommes ont été cultivées en Nouvelle-Zélande en 2019.

Australie : augmentation de la valeur des pommes
La valeur de la production australienne de pommes a augmenté de 10 % au cours de l'année fiscale qui s'est terminée en juin 2019, atteignant 512,8 millions de dollars australiens (317,2 millions d'euros). Cependant, le volume a diminué de 1 %, pour atteindre 310 875 tonnes. Les exportations ont également chuté de 13 %, à 4 416 tonnes, et leur valeur a diminué de 6 %, à 10,6 millions de dollars australiens (65,6 millions d'euros). 70 % de la production totale de l'Australie a été destinée au marché du frais et les 30 % restants à la transformation. La Pink Lady a été la variété la plus produite (41 %), suivie de la Royal Gala (23 %) et de la Granny Smith (18 %).

L'une des marques de pommes les plus récentes en Australie, Kanzi, a clôturé la saison un peu plus tôt que prévu en raison d'une récolte plus faible. Les volumes ont été affectés par le temps sec, les feux de forêt, les inondations et la grêle.


Semaine prochaine : Aperçu du marché mondial de l'oignon


Date de publication:
©



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


© FreshPlaza.fr 2020

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)