Marché mondial : la mangue

La saison se terminant au Mexique, le Brésil et l'Espagne sont actuellement les principaux fournisseurs de mangues. Les exportations de l'Égypte, qui dessert principalement le marché eurasien, et de l'Équateur, qui approvisionne la côte ouest de l'Amérique du Nord, suivront bientôt. Les volumes en provenance d'Espagne et d'autres pays méditerranéens, tels qu'Israël, sont plus faibles que prévu ; ce qui se traduit par des prix élevés sur le marché. Beaucoup de pays terminent ainsi leur saison plus tôt. En Chine, la production se développe dans la province méridionale de Hainan, même si le fruit doit concurrencer les importations en provenance d'Asie du Sud-Est.

Pays-Bas : le prix des mangues évolue dans la bonne direction
La situation sur le marché de la mangue évolue dans le bon sens, selon un importateur néerlandais de mangues. « En Espagne, la saison des mangues Osteen se termine plus tôt en raison de plusieurs facteurs, dont les brûlures de soleil. En conséquence, nous constatons une demande accrue de mangues brésiliennes de la part des supermarchés allemands. Au début de la saison, les pluies ont causé quelques problèmes pendant la période de floraison, limitant ainsi la durée de conservation, mais désormais la qualité des mangues brésiliennes s'est considérablement améliorée. Outre la Palmer, la Keitt est la variété la plus commercialisée en ce moment, et les premières mangues Kent commencent également à arriver. Dans l'ensemble, le marché est assez stable et les prix ne cessent d'augmenter. L'époque où les mangues étaient vendues 3 euros est heureusement révolue. Le seul problème est qu'en raison de la crise du coronavirus, le matériel d'emballage disponible est insuffisant, ce qui signifie que le Brésil ne peut actuellement pas exporter les volumes dont il dispose ».

Allemagne : les mangues espagnoles gagnent du terrain
Sur le marché de gros allemand, les mangues Kent brésiliennes sont actuellement celles qui sont le plus vendues. Elles coûtent environ 35 euros le paquet. On trouve également quelques mangues Red Moon et Keitt brésiliennes. La crise du coronavirus continue de faire des ravages sur le marché, surtout en ce qui concerne les marchandises transportées par avion. Cela fait le jeu des mangues espagnoles Osteen, qui sont disponibles depuis quelques semaines maintenant. « L'Osteen est une alternative intéressante ; malheureusement, ces mangues contiennent beaucoup de fibres et de fils », rapporte un commerçant de Hambourg. « La qualité des mangues espagnoles Kent, en revanche, est bien meilleure. Nous les proposons depuis la semaine dernière et en termes de prix, elles se situent également autour de 35 euros / paquet ».

France : des prix élevés en raison de la pénurie
La saison des mangues Kent israéliennes s'est terminée très tôt cette année en raison d'un manque de volumes. L'offre est donc faible et les prix sont en hausse. Même avec des mangues de moindre qualité, la demande reste forte. La demande de mangues restera faible jusqu'au début de la saison brésilienne, qui commence début novembre.

Italie : campagne sicilienne jusqu'en décembre, avec essentiellement des produits espagnols sur le marché
La production sicilienne s'achèvera en décembre avec la variété Keitt. La demande des grossistes et des consommateurs se maintient. La pandémie de Covid-19 a consolidé le commerce B2C de manière exponentielle et a augmenté le commerce B2B, tant au niveau national qu'à l'étranger. « Les ventes de produits frais dans les supermarchés italiens ont enregistré une moyenne de 8 euros/kg », déclare un producteur ayant déjà clôturé sa campagne.

La production sicilienne souffre de la concurrence du produit espagnol, qui arrive en Italie à des prix de gros inférieurs de 50 %. En Sicile, les variétés qui ont le plus de succès sont les Glenn, Maya, Irwin, Kent et Keitt. Elles sont en concurrence avec les mangues Osteen et Irwin provenant de l'étranger, qui seront bientôt complétées par les variétés Kent, Keitt et Tommy Aktins. « Nous avons choisi de travailler principalement avec les grandes chaînes de distribution - indique le producteur - l'HoReCa et les ventes en ligne se développent également ».

Un grossiste du nord de l'Italie propose des mangues espagnoles transportées par route, comme alternative aux produits expédiés par avion depuis l'Amérique du Sud. Les prix des mangues espagnoles varient entre 2 et 4,5 euros/kg. Le produit est de grande qualité car il est récolté à un stade avancé de maturation. Les prix sont toutefois beaucoup plus bas que ceux des mangues brésiliennes expédiées par avion.

Espagne : des prix plus élevés que prévu
Cette saison, on attendait une année faste pour les mangues espagnoles. Néanmoins, les vagues de chaleur et les vents violents ont réduit les volumes à environ la moitié de ce que le secteur prévoyait.

En raison de la faible production de mangues en Espagne, les prix à l'origine sont élevés et continuent d'augmenter, mais ils sont supérieurs à ce que les marchés européens sont prêts à payer. « Il est difficile de défendre ces prix et la demande n'est pas très élevée, car les détaillants s'attendaient à des tarifs plus abordables durant cette campagne », a déclaré un exportateur. La saison sera plus courte que d'habitude en raison de la faible production.

Selon l'exportateur, la saison de la mangue est plus intéressante lorsque les volumes sont plus importants, car bien que le prix soit plus bas, les producteurs finissent par vendre plus et gagner plus d'argent. « Nous réussissons à vendre davantage à des prix plus compétitifs. Il y a beaucoup d'acteurs sur le marché de la mangue, donc si l'Espagne a un rendement plus faible, cela n'aura pas d'impact significatif. Si les prix des mangues espagnoles ne sont que légèrement supérieurs à ceux des autres pays producteurs, alors de nombreux acheteurs européens opteront pour le produit espagnol en raison de la qualité, de la proximité, de la diversité des tailles et de la vitesse des opérations d'achat, etc. Mais si nous les vendons à un prix presque double, c'est une autre affaire ». Cependant, la qualité et les calibres des fruits sont assez satisfaisants. Un autre producteur et exportateur souligne que de nombreuses chaînes de supermarchés de pays comme la Suisse, la France ou l'Allemagne restent fidèles aux mangues espagnoles malgré les prix.

La récolte des Osteens se terminera dans deux semaines et sera suivie de celle des Kents, des Keitts et des Palmers, deux variétés tardives qui sont devenues particulièrement intéressantes pour les producteurs en raison de leurs meilleurs rendements. Le secteur se concentre désormais davantage sur les variétés tardives, car l'Osteen, qui représente plus de 50 % de la production totale, est récoltée dans les premières semaines de la saison, et les volumes importants font baisser les prix. La consommation de mangues continue de croître en Espagne. Le prix des mangues reste abordable pour le consommateur ; ce facteur occupe également une place importante.

Israël : des volumes décevants
Bien qu'il s'agisse d'une année creuse en Israël, les vagues de chaleur qui ont frappé le pays ont eu un impact considérable sur la culture des mangues. La production de mangues Keitt, Kent, Omer, Maya et Shelly a ainsi été plus faible que prévu. La saison est maintenant terminée. La superficie consacrée aux mangues dans le pays reste stable.

Égypte : nouvelle augmentation des exportations et de la culture
Plus de 30 variétés du « roi des fruits d'été » sont cultivées en Égypte, les plus recherchées étant les Zebdya, Mabrouka, Sideeka, Awees, Keitt, Kent, Tommy et Naomi. Ces variétés sont les plus vendues. L'Égypte a augmenté sa production de mangues ces dernières années. Selon un exportateur égyptien, la mangue est actuellement le fruit d'exportation le plus important après les agrumes. L'Égypte prévoit de récolter quelque 2 millions de tonnes de mangues, avec une augmentation constante des exportations en 2020. Le ministère égyptien de l'agriculture affirme que la superficie consacrée aux mangues a dépassé 90 000 hectares en raison de la viabilité financière de la culture. Les exportations de mangues égyptiennes s'élèvent à environ 53 000 tonnes par an. Les mangues égyptiennes sont expédiées vers plus de 50 pays. Les principaux marchés d'exportation sont l'Europe, le Moyen-Orient, l'Asie, la Russie et l'Asie centrale (CEI). Les mangues égyptiennes sont très demandées de septembre à décembre, car la consommation de fruits est plus fréquente et les portions sont plus importantes.

Afrique du Sud : de très bonnes perspectives pour la nouvelle récolte
Il est encore tôt pour les mangues sud-africaines, mais les producteurs brossent un tableau optimiste quant à la nouvelle récolte, surtout après les récentes pluies dans le pays, qui sont « excellentes » pour le développement ultérieur des fruits sur les arbres. Cette année, l'hiver a été froid et les vergers de mangues sont en pleine floraison. Selon un cultivateur du Limpopo, il s'agit de la meilleure saison de floraison qu'il ait jamais vue. Dans certaines zones de basse altitude, le froid a causé des dégâts, ce qui a entraîné une diminution de la nouaison.

Bien qu'aucune estimation officielle n'ait encore été faite, les premières indications laissent penser que la récolte de la prochaine saison sera probablement supérieure de 30 % à la précédente. La récolte commence à la fin du mois de novembre. Les exportations ont légèrement augmenté ces dernières années.

Chine : la production domestique est sous pression en raison des importations d'Asie du Sud-Est
Hainan est l'une des plus importantes régions de production de mangues en Chine. Outre l'impact du coronavirus, la production de Hainan n'a cessé d'augmenter au cours des deux dernières années, ce qui a entraîné une surabondance de ce fruit sur le marché et une forte baisse des prix, avec les conséquences que cela implique pour les producteurs.

Les mangues vietnamiennes, très appréciées des consommateurs, sont importées en Chine depuis de nombreuses années et la saison d'exportation coïncide avec la fin de la campagne nationale des mangues.

Cette année, le Cambodge s'efforce d'exporter des mangues vers la Chine. Les mangues d'Asie du Sud-Est, qui sont de plus en plus souvent expédiées vers la Chine, ont un impact accru sur les mangues domestiques. Celles-ci ont un fort avantage concurrentiel en raison de leur production élevée et de leurs prix bas.

États-Unis : la rareté sur le marché fait monter les prix
On observe une pénurie sur le marché américain. La plupart des mangues proviennent actuellement du Brésil, qui a connu des problèmes de logistique il y a deux semaines, ce qui a empêché un cargo de naviguer. Par conséquent, aucun nouveau stock de mangues n'est arrivé. La pénurie sera aggravée avec la fin de la saison mexicaine. De plus, les mangues brésiliennes sont plus chères sur la Côte ouest en raison de la distance (les navires s'amarrent sur la Côte est).

Toutefois, la première ou la deuxième semaine d'octobre, l'Équateur sera de nouveau sur le marché, en même temps que le Brésil. Sur la Côte ouest, les mangues équatoriennes repousseront les mangues brésiliennes en raison des coûts. Le pays a commencé tôt avec les mangues rouges et bientôt les Tommy Atkins arriveront également. Les tailles sont généralement plus petites, notamment des 10 et 12. Les commerçants s'attendent à ce que la demande soit bonne entre octobre et décembre car de nombreux fruits d'été ont maintenant disparu des rayons. Les prix sont plus élevés que l'année dernière.

Australie : poursuite de la promotion du fruit sur le marché intérieur
Le pic de la saison des mangues Darwin approche. L'Association australienne de l'industrie de la mangue (AMIA) rapporte que 384 000 plateaux de 7 kg ont été expédiés sur le marché au cours de la semaine 40. Par ailleurs, 3 000 plateaux sont arrivés de la région de Katherine et 1 000 autres plateaux de la région de Kununurra, qui sont tous deux au début de leur saison de récolte. Les producteurs sont toutefois préoccupés par la météo, étant donné les prévisions de fortes températures et de tempêtes dans certaines régions du nord de l'Australie.

La saison des mangues domestiques, qui commence l'automne prochain, atteindra son apogée en décembre/janvier, lorsque les régions de culture du Queensland entreront sur le marché. Dans une année incertaine marquée par des restrictions liées aux coronavirus, l'AMIA espère positionner le fruit tropical comme un « article essentiel » cet été grâce à des activités de marketing et de promotion accrues et à des investissements dans les principaux marchés d'exportation. L'accent sera mis sur la fourniture d'une « excellente qualité » constante afin de garantir la pérennité de l'activité. L'AMIA a indiqué que 10,6 millions de plateaux ont été expédiés sur le marché en 2019.


La semaine prochaine : aperçu du marché mondial de la myrtille


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)