Marché mondial : le gingembre

La Chine est le plus grand producteur de gingembre au monde et a vu ces derniers temps, avec la pandémie, la demande augmenter. Les fortes pluies ont par ailleurs entraîné la perte d'une grande partie de la récolte précédente. À l'échelle mondiale, cela provoque une pénurie sur le marché, alors que la demande est en hausse. La première récolte de gingembre reprendra en Chine début novembre. Pour l'instant, la pression est donc principalement dirigée vers le Pérou, le Brésil et la Thaïlande. Les prix s'élèvent actuellement à environ 40-45 euros en Europe et 50 USD aux États-Unis pour une boîte de 12 kg.

Chine : les prix resteront 30 % plus élevés au cours de la nouvelle saison d'exportation
La Chine vient seulement de commencer la nouvelle récolte, après quoi le gingembre devra être stocké pendant 40 jours avant que l'exportation vers l'Asie du Sud-Est et le Moyen-Orient puisse commencer. Les exportations vers l'Europe ne commenceront qu'au début du mois de décembre.

Compte tenu des prix élevés qui sont actuellement payés sur le marché, les producteurs chinois ont planté massivement. Par conséquent, une augmentation de 20 % du gingembre était attendue pour cette saison. Mais les fortes pluies ont gâché la donne. Plusieurs régions productrices de gingembre ont été gravement touchées. Ainsi, on prévoit une baisse de 20 % de la production de gingembre dans la province du Shandong. Ceci devrait conduire à une récolte comparable à celle de l'année dernière. À la différence de la culture conventionnelle, les précipitations ont amélioré la qualité du gingembre biologique dans la province de Guangxi. Le volume de production a augmenté de 30 % et la superficie est restée identique à celle de la saison dernière.

En raison du coronavirus, la demande de gingembre a fortement augmenté et les stocks en Chine se sont épuisés. En conséquence, le prix a quelquefois augmenté jusqu'à 80 %. Les prix à l'exportation s'élèvent actuellement à environ 2 800 USD par tonne, tandis que le prix du gingembre séché atteint 3 100 USD par tonne. Le prix restera probablement élevé jusqu'au début de la nouvelle saison d'exportation. Il devrait ensuite baisser, mais compte tenu des conditions climatiques dans les régions de production, il sera encore supérieur de 30 % à celui de l'année dernière. Pour le produit frais, les prix à l'exportation s'élèvent actuellement à 2100 USD par tonne, tandis que le gingembre séché coûte 2300 USD.

Pérou : record d'exportation cette année en raison des pénuries enregistrées en Chine
L'exportation de gingembre péruvien a établi un record cette année. Depuis le début de la saison, les ventes ont augmenté par rapport aux années précédentes. Jusqu'en septembre, le Pérou avait expédié 29 436 tonnes de gingembre à travers le monde, soit 108 % de plus qu'en 2019. En septembre, 98,7 % de plus ont été expédiés par rapport à l'année précédente, pour un total de 5 225 tonnes. La pénurie au niveau de la production en Chine, due à la forte demande intérieure, explique en grande partie cette augmentation des exportations.


Chiffres des exportations de gingembre péruvien (pour 1 000 $). La ligne mauve correspond aux chiffres de 2019 ; la ligne bleue, à ceux de 2020.

En raison de la demande excédentaire de gingembre sur le marché mondial, le Pérou devrait terminer sa saison en janvier 2021 au lieu de mars 2021. Le gingembre dont la récolte se poursuit actuellement, soit environ 30 % du total, a déjà été vendu. La nouvelle saison débutera en avril 2021. Le transport aérien du jeune gingembre va commencer et, à partir de la fin mai, ce produit sera également exporté par voie maritime. Bien que la production péruvienne ait déjà augmenté, les résultats obtenus par cette campagne devraient séduire davantage d'acteurs et motiver ceux qui sont déjà consolidés dans le secteur à augmenter leurs volumes.

Pays-Bas : tous ceux qui peuvent fournir du gingembre font de gros bénéfices
L'offre mondiale de gingembre est actuellement limitée, ce qui entraîne une flambée des prix sur le marché. « La Chine a peu de gingembre disponible. On parle d'une baisse de 20 % de la récolte. La saison brésilienne touche à sa fin. La Thaïlande n'a désormais plus de vieux gingembre et celui-ci ne sera de nouveau sur le marché qu'à partir de février. Si vous voulez acheter du gingembre péruvien, vous devez le payer cher », indique un importateur néerlandais. « Dans l'ensemble, si vous êtes en mesure de fournir du gingembre actuellement, vous réaliserez un gros bénéfice. Le prix d'une boîte de gingembre brésilien s'élève à environ 40-45 euros ; le gingembre péruvien coûte le même prix. Et, en définitive, le gingembre est un produit standard dans les supermarchés, auquel il n'y a pas d'alternative, car il n'y a que quelques producteurs de gingembre ».

Belgique : la demande est en baisse mais pas les prix
Après une période de forte demande, le marché du gingembre se montre actuellement un peu plus calme. La demande a quelque peu diminué, mais les prix ne baissent pas. Un négociant belge s'attend à ce que les prix du gingembre restent à un niveau élevé jusqu'au début de 2021 pour le gingembre chinois, brésilien et péruvien, car la nouvelle récolte de gingembre n'est pas encore arrivée. La qualité est bonne et l'approvisionnement est régulier.

Allemagne : augmentation des prix
L'offre de gingembre sur le marché allemand est actuellement très limitée. « Il y a un écart dans l'offre, ce qui signifie que pratiquement tous les stocks disponibles peuvent être vendus, quelle que soit leur origine ou leur taille », déclare un commerçant qui achète du gingembre à divers importateurs en direct. Outre le gingembre chinois, des productions péruviennes et brésiliennes sont également proposées. En raison de la rareté de l'offre, les prix augmentent rapidement. « La situation actuelle est comparable à celle qui prévalait au début de la crise du coronavirus, avec des prix de gros avoisinant les 40 euros / 12 kg. Normalement, les prix à cette époque de l'année se situent aux alentours de 25-26 Euro / 12 kg ».

France : le prix du gingembre a atteint un sommet il y a deux semaines
Le gingembre présent sur le marché français provient actuellement du Brésil, de la Chine et du Portugal. Il y a deux semaines, les prix du gingembre brésilien ont fortement augmenté, mais en raison de l'arrivée de davantage de gingembre et de la faible consommation, le prix a de nouveau baissé.

Italie : le marché s'est stabilisé, mais le prix reste élevé
En Italie, la majorité du gingembre provient de Chine, mais des productions péruviennes et brésiliennes sont également arrivées sur les étals ces dernières années. De plus, depuis 2019, il existe un consortium qui cultive et produit du gingembre italien. Le gingembre italien se distingue des autres variétés présentes sur le marché. D'un point de vue commercial, le produit a connu une pénurie pendant le confinement en raison de problèmes logistiques. Les autres pays producteurs ont moins exporté. Le marché s'est stabilisé pendant l'été, mais les prix restent élevés cet automne.

En Sicile, un essai en plein champ visant à tester le potentiel de la culture du gingembre est actuellement en phase finale. Les perspectives sont bonnes. Il sera produit sur environ 20 hectares dans le sud-est de l'île. Cette production s'ajoutera aux autres présentes dans le pays.

Afrique du Sud : le prix du gingembre a doublé en raison de l'augmentation de la demande en Europe
La majorité du gingembre présent sur le marché sud-africain provient actuellement de Chine et de Thaïlande. Cependant, les négociants rapportent que le prix du gingembre chinois a doublé en raison de la forte hausse de la demande en Europe. Le gingembre a commencé à se vendre rapidement au début de la pandémie, mais après un certain temps, la demande a de nouveau chuté. Actuellement, le prix sur le marché de gros se situe entre 50 ZAR (2,60 €) et 60 ZAR (3,10 €) le kilo. Il existe également une bonne demande de gingembre sud-africain chaque année, mais la saison de cette année est terminée et la production nationale est faible sur le marché.

États-Unis : une « tempête parfaite » pour le commerce
Avec la diminution des volumes fournis par la Chine, l'Amérique du Sud a expédié davantage de gingembre vers l'Europe. Cela a exercé une pression au niveau des prix sur le marché américain. Par conséquent, les prix ont augmenté de 30 à 40 %. Les pénuries n'ont pas seulement contribué à cette pression. La demande de gingembre a également augmenté en raison de la pandémie. « Les gens s'efforcent de manger sainement pendant la pandémie, et le gingembre fait clairement partie d'une alimentation saine », indique un commerçant. « Cela a provoqué une brusque hausse de la demande, qui est restée assez forte tout au long de la pandémie ». La demande ne devrait pas non plus diminuer avant Noël.

Compte tenu de la demande plus élevée et de la pression exercée sur l'Amérique du Sud, il est possible que la saison au Pérou se termine plus tôt. Certains commerçants parient déjà sur février ou même janvier au lieu d'avril. Cependant, d'autres pays producteurs entreront également sur le marché dans les prochains mois. Par exemple, le Mexique sera de retour sur le marché en décembre et la Thaïlande en février. Le prix du gingembre chinois a également légèrement baissé et la récolte au Pérou est en augmentation, ce qui devrait permettre de renforcer l'offre. Tout ceci fait que de nombreux négociants aux États-Unis ne regardent pas seulement sur deux mois, mais sur six mois. « Avant la crise, nous avions souvent deux conteneurs ici, mais maintenant j'en ai quatre parce qu’on ne sait pas ce qui peut se passer sur le marché du gingembre », a déclaré un négociant.

La semaine prochaine : vue d'ensemble du marché mondial de la tomate


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)