Marché mondial : la patate douce

Contrairement à l'année dernière, où l'offre était réduite, la récolte enregistrée cette saison aux États-Unis se situe dans la moyenne. En plus de l'approvisionnement des États du sud-ouest des États-Unis, le marché offre des patates douces en provenance d'Espagne et d'Égypte. La plupart des pays ont eu une récolte plutôt modeste. Malgré la perte de la demande du secteur de la restauration, les détaillants absorbent de bons volumes. Les prix ont augmenté presque partout en raison de la pandémie. La politique joue également un rôle dans le commerce mondial : l'UE a imposé des droits d'importation sur les patates douces en provenance des États-Unis ; les prélèvements sont ainsi passés de 3 à 28 %.

Pays-Bas : les ventes de patates douces en progression avant Noël
On trouve actuellement sur le marché une offre raisonnable de patates douces, non seulement en provenance des pays européens, mais aussi de fournisseurs tels que l'Égypte et l'Amérique du Nord. Les droits d'importation plus élevés (+25 %) pour les patates douces nord-américaines assurent une offre limitée. « Il faut tenir compte des coûts », déclare un importateur néerlandais. Les prix se situent toutefois à un niveau relativement moyen de 7 euros pour 6 kg. « Les ventes de patates douces ont atteint un bon niveau avant Noël ».

Allemagne : la patate douce locale privilégiée
Les ventes en Allemagne sont généralement dominées par les importations en provenance d'Égypte, de Caroline du Sud (USA) et d'Espagne, avec la majeure partie des volumes provenant actuellement des États-Unis. Mais la superficie intérieure s'étend progressivement pour atteindre des proportions significatives. « Pour les patates douces aussi, les gens font de plus en plus attention à l'origine, les produits allemands étant privilégiés par rapport aux produits importés », rapporte un grossiste. La Bellevue est généralement la variété la plus populaire en raison de sa chair orange, tandis que les variétés blanches et violettes sont moins populaires auprès des consommateurs.

Suisse : professionnalisation des producteurs locaux
La production nationale de patates douces augmente aussi significativement en Suisse. Un nombre croissant de producteurs produit sous le nom Batati GmbH. Cette année, la saison a commencé avec une dizaine de jours de retard par rapport à la précédente. Les ventes de produits locaux augmentent progressivement. « C'est pourquoi nous avons mis en service cette année un nouveau hall industriel d'une capacité de stockage totale de 1 200 tonnes. Grâce au tri optique et à des technologies de pesage modernes, nous sommes également en mesure de traiter efficacement notre récolte », a déclaré la direction.

Royaume-Uni : des pénuries attendues à partir de janvier
Les tempêtes au Honduras n'ont pas affecté l'importation de patates douces en provenance de ce pays d'Amérique centrale. Les principaux produits importés arriveront en janvier-février 2021. Le prix devrait augmenter en raison des droits de douane imposés sur les importations depuis les États-Unis : ceux-ci sont passés de 3 % à 28 %, ajoutant 1,50 livre sterling par boîte. On ignore encore ce que cela impliquera pour les contrats avec les détaillants. Sur le marché libre, cela se traduit principalement par une concurrence avec les produits d'Espagne et d'Égypte. On prévoit une diminution de patates douces en provenance des États-Unis sur le marché en raison de la baisse prévue des volumes ; chiffres connus après la fête de Thanksgiving. On ne sait pas encore comment le Brexit affectera les droits de douane.

France : de nombreuses origines sur le marché
De nombreux pays approvisionnent le marché français. Les patates douces actuellement disponibles proviennent de France, d'Espagne, d'Égypte, des États-Unis et d'autres pays. L'offre est assez élevée, d'une part en raison des multiples origines présentes sur le marché et d'autre part car les volumes livrés sont conséquents. La qualité est bonne. La consommation n'est pas très élevée en France du fait de la deuxième vague de coronavirus. La faible demande s'explique par la fermeture des restaurants, lesquels absorbent habituellement 25 à 30 % des volumes. Globalement toutefois, la patate douce est de plus en plus consommée en France.

Espagne : réduction de la superficie de 10 à 15 %
Malgré le boom de la patate douce de ces dernières années, la superficie en Espagne a été réduite de 10 à 15 % cette saison. La récolte a commencé entre le 15 et le 20 juin avec des prix assez acceptables, mais par la suite, la pression s'est accrue et la concurrence égyptienne est devenue féroce. Le marché étant toujours riche en patates douces de différentes origines, les prix restent relativement bas, mais stables. Les négociants constatent également une augmentation de la demande de petits calibres comme les S et M, bien que les calibres L restent les plus populaires. On trouve également des patates douces en conserve avec du sel, mais la demande de ces dernières n'est pas élevée. Grâce à ce type de patates douces, certains producteurs ont du stock toute l'année.

Il faut également noter qu'il existe de gros volumes de patates douces destinées à l'industrie de transformation dont les ventes sont au point mort. Les patates douces ont tendance à générer beaucoup de déchets, entre 30 et 50 % de la production sont jetés. Par le passé, l'industrie proposait un prix raisonnable, mais à mesure que l'offre a augmenté, le prix des patates douces a baissé, si bien que les producteurs non spécialisés dans la production de produits de haute qualité finissent par abandonner, l'activité devenant peu rentable pour eux. Pour la saison à venir, les producteurs planteront de nouveau entre mars et avril. Cependant, beaucoup de choses pourraient changer l'année prochaine avec l'arrivée d'une nouvelle administration américaine. Les droits de douane appliqués par l'UE aux produits américains, y compris les patates douces, pourraient simplifier les choses pour les exportateurs espagnols, en concurrence avec les producteurs américains.

Italie : popularité croissante de la patate douce
La consommation de patates douces est en hausse en Italie. Plusieurs variétés sont disponibles, avec des importations en provenance des États-Unis, du Honduras, de l'Espagne, de l'Égypte, de l'Italie, de la Chine ou du Brésil, ainsi que du Costa Rica. Le marché de gros est approvisionné toute l'année. Sous l'effet notamment de l'immigration, le marché des patates douces pelées s'est développé au cours des dix dernières années. Hormis la patate douce de couleur orange, il existe également des variétés à peau rouge et à chair blanche, à peau et chair violettes et des patates douces blanches. Le produit suit la tendance commerciale des pommes de terre ordinaires ; il s'agit davantage d'un produit d'hiver que d'un produit d'été. La demande en patates douces de la part de l'industrie de la transformation de la pomme de terre est également en augmentation.

Selon un grossiste de Milan, les principaux acteurs en Europe en matière de patates douces oranges sont l'Espagne et le Portugal. Les États-Unis restent en tête au niveau mondial, malgré la pression du Honduras. Il existe des patates douces d'origine italienne des variétés Veneto et Latina, qui ont une peau et une chair blanches. Pour les patates douces violettes, l'accent est surtout mis sur la Chine, tandis que pour les patates douces à peau rouge, le Brésil est en tête. Le grossiste affirme que les patates douces en provenance des États-Unis et du Honduras sont achetées à 1,00 euro/kg et vendues à 2,00 euros/kg. « Les espagnoles sont achetées à 0,90 Euro / kg et vendues entre 1,30 et 1,50 Euro / kg. La patate douce la plus chère reste la violette, qui est achetée pour 1,30 Euro / kg et vendue entre 2, 00 et 2, 20 Euro / kg. La pomme de terre à peau rouge est achetée à 1,00 euro/kg et vendue à 1,70 euro/kg. La patate douce à peau et chair blanches est achetée à 1, 00 euro/kg et vendue à 1,20-1,40 euro/kg ».

Égypte : poursuite de l'expansion de la culture de la patate douce
En Égypte, la culture et la vente de patates douces progressent chaque année, la plupart des ventes étant réalisées sur le marché européen. Cette année, des progrès importants ont été réalisés dans la commercialisation des patates douces grâce à l'aide d'experts allemands. L'augmentation de la production a été obtenue de deux manières : d'une part, en augmentant la superficie totale et, d'autre part, en plantant des variétés qui offrent de meilleurs rendements. En Égypte, la superficie a augmenté de 20 %. Malgré les défis posés par le coronavirus, les ventes ont également enregistré une hausse cette année, avec une croissance d'environ 20 à 30 % par rapport à la saison 2019. Parmi les défis que doivent relever les commerçants égyptiens, citons la fermeture des frontières, les difficultés logistiques et les mesures plus strictes pour lutter contre la pandémie en Égypte. Cela a conduit à une hausse des prix des patates douces cette saison.

Afrique du Sud : augmentation du prix des patates douces
La saison de la patate douce a commencé début octobre. L'offre était assez faible et, par conséquent, les prix étaient élevés. Le prix moyen en décembre est maintenant de 7,90 ZAR (0,43 euro) par kilo. En octobre, le prix des patates douces était également supérieur de 168 % à celui du même mois de 2019.

États-Unis : forte demande de patates douces dans le commerce de détail
Le marché est actuellement riche en patates douces. Un producteur de Louisiane dit être satisfait de sa récolte cette année, avec une plus grande abondance de gros calibres (les jumbos). Malgré les ouragans Laura et Delta en août, la récolte est bonne. De manière générale, le volume de production est dans la moyenne de l'Amérique du Nord. La demande est encore raisonnable, car même si celle du secteur de la restauration a disparu à cause du coronavirus, la demande provenant du secteur de la vente au détail reste bonne et stable.

Les prix sont en tout cas inférieurs à ceux de l'année dernière, en partie en raison de la récolte plus faible de 2019. Un commerçant de Caroline du Nord affirme que le commerce se porte bien actuellement. « L'offre est similaire à celle de l'année dernière. La plupart des producteurs ont terminé leur récolte le 1er novembre, malgré des conditions climatiques défavorables dans certaines régions pendant la saison de croissance », a déclaré le négociant. La demande du secteur du commerce de détail est bonne et les négociants s'attendent à ce qu'elle augmente encore tout au long de l'année. Selon le commerçant, les prix sur le marché sont stables, mais pas plus élevés que l'année dernière.

Brésil : une demande croissante en provenance de l'Europe
Le Brésil produit toute l'année des patates douces à la peau rose-rouge et à la chair blanche qui sont ensuite exportées vers l'Europe et les États-Unis. Aux États-Unis, cette variété est commercialisée sous le nom d'igname, et non de patate douce. Les patates douces américaines étant actuellement soumises aux droits de douane de l'UE, la demande européenne pour la variété brésilienne devrait augmenter ; la demande du marché européen est actuellement plus stable que de coutume. En raison de la forte production, les prix de la variété brésilienne sont inférieurs à ceux de la plupart des autres variétés et origines.

Chine : une demande supérieure à l'offre
Cette année, la saison de production dans le Yunnan a commencé le 16 novembre, soit deux à trois semaines plus tard que l'année dernière. Ce retard est dû à de brusques chutes de température et à des précipitations abondantes. Les producteurs s'attendent à ce que la saison de production dure jusqu'au festival du printemps chinois [12 février 2021]. Le prix est actuellement au même niveau que l'année dernière. La demande du marché est supérieure à l'offre et les ventes se déroulent plutôt bien dans l'ensemble.

Australie : la valeur des patates douces est en baisse
Selon les dernières statistiques de Hort Innovation, la production australienne de patates douces a continué de croître chaque année, avec un volume en hausse de 4 % pour l'année se terminant en juin 2019. L'industrie a dépassé pour la première fois la barre des 100 000 tonnes et a atteint 101 196 tonnes ; mais la valeur diminue lentement. En 2017, la production s'élevait à 87,7 millions de dollars australiens (53,7 millions d'euros) avant de chuter de 17 % l'année dernière, puis de 2 % supplémentaires, pour atteindre 72,3 millions de dollars australiens (44,3 millions d'euros) en 2019. 4 % de la production totale ont été consacrés à la transformation, avec seulement 1 479 tonnes exportées (soit une augmentation de 61 % par rapport à 2018) pour 2,4 millions de dollars australiens (1,47 million d'euros).

Nouvelle-Zélande : stabilité des ventes de patates douces
En Nouvelle-Zélande, la patate douce est également appelée Kumara. Selon la dernière édition de Fresh Facts, publiée annuellement par Plant & Food Research et Horticulture New Zealand, en 2019, on dénombrait 48 producteurs avec un total de 2 541 hectares plantés et une récolte d'environ 24 000 tonnes. En 2019, les dépenses des consommateurs pour la Kumara se sont élevées à près de 50 millions de NZD (29,2 millions d'euros). La valeur intérieure est également de l'ordre de 55 millions de NZD (32 millions d'euros) en 2018.

 

La semaine prochaine : aperçu du marché mondial de l'orange


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Facebook LinkedIn Twitter Rss

© FreshPlaza.fr 2021

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)