Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)

Comme nous donnons la possibilité de consulter nos articles gratuitement, nous comptons sur les revenus de nos bannières publicitaires. Merci donc de désactiver votre bloqueur de publicités et de réactualiser la page pour pouvoir poursuivre votre visite sur ce site.

Cliquez ici pour savoir comment désactiver votre bloqueur de publicité.

Sign up for our daily Newsletter and stay up to date with all the latest news!

S'abonner I am already a subscriber
Franklin Ginus, BeFrank :

« Pas encore de percée majeure pour BeFrank ; les détaillants, malheureusement, ne prennent pas leurs responsabilités »

L'ancien directeur de Chiquita, Franklin Ginus, a créé BeFrank il y a 18 mois avec comme leitmotiv le commerce équitable. Mais d'après son créateur, BeFrank n'est pas encore parvenue à percer ; en tout cas pas en 2021, et pas dans les supermarchés néerlandais. « Nous avons présenté toutes les propositions et les prix aux détaillants. Mais ils ont choisi, pour l'année prochaine, de poursuivre leur politique déjà en place, considérant que les politiques de durabilité actuelles sont suffisantes ».

Mais Franklin n'abandonne pas. « Nous ne faisons pas ça pour nous, après tout. La pauvreté et l'épuisement total de l'environnement sont inacceptables. Nous voulons que chacun, dans la chaîne, gagne sa vie de façon équitable. Le label « commerce équitable » est une belle avancée, mais ce n'est pas suffisant. Nous pensons que les supermarchés ne doivent pas se cacher derrière un certificat car ils donnent ensuite l'impression que tout est sous contrôle ».

« Je m'attendais à ce que l'Allemagne et la filière bio s'intéressent davantage à ce principe de Prix Réels. Heureusement, nous travaillons avec des parties qui sont prêtes à faire un pas en avant. Nos bananes BeFrank sont disponibles, par exemple, au supermarché en ligne Crisp. Elles sont vendues à 2,49 € les cinq pièces et se vendent d'ailleurs très bien ».

« Cette plateforme a été lancée il y a deux ans et connaît une croissance énorme. Les primeurs continuent également d'adopter notre concept. Heureusement, il y a déjà des acteurs qui ont rejoint notre « révolution de la banane » ; nous en sommes extrêmement fiers - ils prennent leurs responsabilités ! ».

« Les acheteurs ne sont pas prêts à payer plus cher pour des bananes et je pense que c'est absurde. Peut-être que la plupart ne veulent pas payer plus cher, mais il y en a certainement qui le feront. La grande question demeure : quel grand supermarché va faire le premier pas ? Les bananes rapportent beaucoup d'argent, mais ça ne dépend pas seulement des supermarchés car les exportateurs de bananes peuvent aussi refuser de livrer en dessous d'un certain prix ».

« Nous poursuivons donc notre mission avec enthousiasme. Nous voulons mettre en place une chaîne dans laquelle les rendements sont distribués de manière équitable et transparente. Nous voulons aider les petits agriculteurs et les travailleurs de la chaîne de production. Ils doivent pouvoir gagner leur vie de manière décente. Les abus dans l'industrie de la banane peuvent être abordés et résolus, et c'est en travaillant ensemble que nous pourrons y parvenir ».

Pour plus d'informations :
Franklin Ginus
BeFrank
franklin@befrank.world     
www.befrank.world

Date de publication: