Savéol et la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE)

Lors d’un entretien avec le site Pour Nourrir Demain, Pierre-Yves Jestin, Président de Savéol, est revenu sur la politique RSE de l’entreprise.

Suite à une restructuration, il a noté que la RSE était déjà dans « l’ADN profond de Savéol à travers ses maraîchers afin de répondre aux défis sociaux, écologiques, économiques que nous connaissons tous ». Selon lui, « c’est la main de l’homme chez nous qui est au centre ! Et c’est ce qui détermine la qualité de nos produits ». En effet, l’homme tient une part majeur dans la coopérative qui compte près de 120 maraîchers.

Il cite notamment, comme l’une des preuves de cette responsabilité sociétale, l’engagement, depuis 40 ans, dans l’usage d’insectes pour protéger naturellement les cultures. « Nos pieds de tomates sont très sensibles aux insectes nuisibles, plus particulièrement les petites mouches blanches que vous pouvez retrouver dans vos potagers et dans les rosiers et nous utilisons donc des insectes auxiliaires comme une micro guêpe qui vient parasiter l’œuf pondu par la mouche blanche ou des punaises qui détruisent ces œufs », confie-t-il.

Il évoque aussi le travail fait sur les emballages, avec des projets de solutions en bambou ou en amidon de maïs. « Depuis 2015, nous travaillons sur des emballages 100 % carton et nous avons lancé, ce printemps 2020, une gamme pour la GMS avec un emballage 100 % carton. Nous allons continuer à faire évoluer nos réflexions en ce sens, sachant que nous avons la contrainte forte que le consommateur puisse voir les produits avant de les acheter, c’est ce qu’il revendique dans son acte d’achat ».

Sur le sujet de l’énergie, il revient sur le chauffage des serres, justifiant celui-ci comme « un moyen sûr et durable de protéger nos cultures ». Il poursuit : « au début des années 60, ces serres n’avaient pas besoin d’être chauffées car la température naturelle correspondait aux cultures plébiscitées à l’époque comme les salades ou les radis. Les modes de consommation ont ensuite évolué vers des légumes comme la tomate et cela a nécessité du chauffage afin de gérer le climat idéal dans les serres et obtenir un rendement optimal ».

Afin de faire évoluer l’utilisation actuelle du gaz naturel de Savéol vers des solutions plus écologiques et durables, l’entreprise a lancé en 2018 un « think-tank », Savéol Energies Nouvelles. « Ce groupe de réflexion comprend de nombreux acteurs concernés par cette problématique, certains ne venant pas de l’agroalimentaire, certains mêmes concurrents afin de mettre en place des énergies renouvelables décarbonées. L’intelligence artificielle va nous aider fortement à trouver des solutions. Avec des ordinateurs qui vont apprendre de notre passé pour nous aider à mieux nous orienter, mieux gérer et mieux piloter, cela nous amènera sûrement à faire de grands pas vers une meilleure énergie pour nos productions ».

 


Source : pour-nourrir-demain.fr


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)