Sans les formalités administratives superflues résultant de la nouvelle règlementation indienne sur la certification des produits non génétiquement modifiés

Freshfel Europe demande au commissaire au commerce de trouver des solutions rapides pour garantir les exportations de produits frais de l'UE vers l'Inde

Freshfel Europe demande instamment à l'exécutif de l'UE et au commissaire au commerce Vladis Dombrosk de trouver une solution rapide à l'exigence d'un nouvel arrêté indien demandant à l'importation une certification non génétiquement modifiée pour plusieurs produits frais. L'arrêté indien, qui doit entrer en vigueur le 1er mars, introduira une bureaucratie inutile en exigeant une certification non génétiquement modifiée pour plusieurs produits frais importés en Inde. Aucun des produits visés n'est autorisé pour la production d'OGM dans l'UE, ce qui rend l'exigence non pertinente et lourde.

Aujourd'hui, dans une lettre adressée au commissaire européen au commerce Vladis Dombroski, Freshfel Europe a exprimé ses profondes préoccupations concernant la nouvelle exigence indienne de certification non génétiquement modifiée. L'ordonnance indienne adoptée le 21 août 2020 sur les « exigences relatives à la certification non génétiquement modifié et sans OGM » accompagnant les denrées alimentaires importées a suscité des inquiétudes quant à la bureaucratie et aux coûts supplémentaires pour les exportateurs de l'UE sur ce marché en pleine croissance. Plusieurs produits frais sont visés par le nouveau décret, notamment les pommes, les haricots, les aubergines, les melons, les prunes, les poivrons et les tomates.

L'ordonnance indienne sur la certification non génétiquement modifiée devait entrer en vigueur le 1er janvier 2021, mais a été reportée au 1er mars 2021. La Commission européenne a obtenu un report pour permettre la négociation de solutions pratiques pour faire face à l'exigence de certification non-OGM. Le délégué général de Freshfel Europe, Philippe Binard, a commenté l'entrée en vigueur imminente en déclarant : « Tout en se félicitant initialement du report des mesures, il est important qu'une solution pratique soit trouvée d'ici la nouvelle date de mise en œuvre du 1er mars. Aucun des produits énumérés dans l'ordonnance n'a fait l'objet d'un processus d'autorisation de modification génétique dans l'UE ». En l'absence de progrès dans la clarification de l'arrêté, les exportateurs de l'UE sont confrontés aux mêmes incertitudes que l'année dernière pour les prochaines expéditions qui doivent arriver en Inde après le 1er mars. Ce mois est généralement l'un des mois de pointe en matière d'exportation, avec plus de 20 000 tonnes en 2019.

En octobre et novembre derniers, le manque de clarté concernant l'ordonnance indienne a largement perturbé la préparation du début de la saison d'exportation, qui culmine généralement de janvier à avril. La planification des exportations des opérateurs a été influencée par le temps d'expédition vers l'Inde, l'incertitude quant au moment où la règle s'appliquerait et les éventuels paramètres de mise en œuvre de l'arrêté dans l'UE, tels que les autorités de l'État membre qui prendraient en charge la certification éventuelle. En raison de l'incertitude persistante, ces éléments continuent de conduire à des conditions de concurrence inégales entre les exportateurs européens jusqu'en 2021. M. Binard a ajouté : « Freshfel Europe demande instamment à l'Union européenne de clarifier la situation de toute urgence. Freshfel Europe soutient pleinement les exportations de produits frais de l'UE et la proposition de l'UE de remplacer un système de certification individuel par une déclaration générale de l'UE basée sur la garantie fournie par le cadre juridique de l'UE en matière d'OGM ».

Freshfel Europe espère que les négociations en cours, en particulier la réunion de haut niveau entre l'UE et l'Inde le 22 janvier, pourront permettre de faire une percée vers une solution pratique. a souligné Natalia Santos, directrice de Freshfel Europe pour le commerce : « Une charge administrative inutile pour les États membres de l'UE et les autorités indiennes ainsi qu'une énorme charge inutile pour le commerce des fruits et légumes seront créées si chaque lot doit être certifié individuellement ».

Freshfel Europe estime qu'une solution rapide et satisfaisante à long terme permettra aux entreprises de poursuivre et d'accroître leur activité en toute confiance, et fournira un environnement favorable à la croissance des exportations de produits frais de l'UE vers le marché stratégique indien, sans exigences supplémentaires inutiles. Mme Santos a conclu : « Nous sommes convaincus que la garantie de la solide législation communautaire sur les OGM, la traçabilité et l'absence d'autorisation pour la production de fruits et légumes européens génétiquement modifiés apporteront la garantie nécessaire aux autorités indiennes pour exempter les fruits et légumes européens énumérés dans l'arrêté de cette exigence de certification sans OGM ».

Au cours des dernières années, les exportations européennes de fruits et légumes frais vers l'Inde ont connu une croissance significative avec un pic en 2019 de près de 100 000 tonnes d'exportations d'une valeur de 82,5 millions d'euros et ont gagné des parts de marché d'année en année en Inde. Le panier d'exportation de l'UE comprend principalement des pommes (~88 % du volume d'exportation), des poires, des prunes et des kiwis, et implique des opérateurs d'Italie, de Pologne, des Pays-Bas, de France, d'Espagne, de Belgique et de Grèce.

Pour plus d'informations : 
Freshfel Europe
info@freshfel.org 
www.freshfel.org  


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


© FreshPlaza.fr 2021

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)