Marché mondial : l'oignon

Jusqu'à présent, 2021 a été une année de tous les extrêmes, en particulier pour le marché de l'oignon. Au Royaume-Uni notamment, les fortes variations des conditions météorologiques ont créé une saison de croissance compliquée, tandis qu'aux Pays-Bas, la production est en hausse de 11 % alors que les ventes sont encore lentes ; en effet, les oignons de la saison précédente entravent les ventes à l'exportation. En Chine, la logistique affecte toujours les ventes, les exportateurs ayant du mal à faire sortir les volumes du pays. Par ailleurs, l'augmentation de la demande intérieure ne suffit pas à maintenir les prix à un niveau élevé. En Afrique du Sud, c'est tout le contraire, car la baisse de la production pousse les prix à la hausse.

Pays-Bas : la demande d'oignons nouveaux reste faible dans un marché en baisse
La récolte des nouveaux oignons a commencé, mais les ventes sont encore un peu molles pour le moment. « C'est tous les ans la même chose à cette période. Juillet n'est jamais vraiment un mois chargé. Le marché est encore morose. Les clients ne cherchent pas encore désespérément des oignons et ne passent donc commande que pour ce dont ils ont véritablement besoin. Cela prend du temps. Lorsque la récession sera terminée - ce qui, à mon avis, peut arriver à tout moment - je m'attends à une reprise rapide de la demande », déclare un exportateur néerlandais.

« Pour le moment, il y a déjà une certaine demande en provenance du Royaume-Uni et de l'Afrique. Cependant, sur ces destinations précises, on trouve encore de vieux oignons qui font obstacle. Il y en avait encore plus que ce que tout le monde pensait. Certains clients, pour autant que la qualité soit encore bonne, ont opté pour une alternative moins chère. Il faut espérer que lorsque le marché se stabilisera et que la demande reprendra, nous aurons également les possibilités logistiques pour acheminer notre produit jusqu'au client. Le problème de la pénurie de conteneurs est tenace et pèse sur le marché comme une épée de Damoclès ».

Il semble qu'il y ait beaucoup d'oignons cette année, comme en témoigne l'augmentation de 11,3 % de la superficie consacrée aux oignons de semence, selon CBS. « Il y aura quelques produits perdus ici et là en raison de quelques dommages causés par l'eau, mais 11 % de plus, c'est quand même considérable. Le travail ne manquera donc pas », observe l'exportateur. « J'espère que nous finirons avec un prix décent, afin que la saison soit bonne tant pour les producteurs que pour le commerce. Pour le moment, le prix de la botte se situe entre 21 et 22 cents, mais comme dit précédemment, tout le monde est très prudent. »

« Sur le plan qualitatif, les premières plantations d'oignons se présentent bien. Les conditions climatiques ont été bonnes et un beau produit fait son apparition. Il est encore difficile de prévoir ce que donnera la récolte principale des oignons de semis. Ici et là, des taches d'eau dues à l'humidité du début de l'été sont déjà visibles. Mais le temps en août sera le facteur déterminant. Si nous avons un beau mois sec, nous devrions avoir une belle qualité à notre disposition. S'il pleut et que nous devons récolter les oignons, des problèmes pourraient survenir tout au long de la saison, mais nous ne comptons pas là-dessus pour l'instant ! »

Royaume-Uni : année des extrêmes pour les oignons britanniques
La saison des oignons britanniques est en train de passer des oignons de la saison dernière à la nouvelle récolte. La nouvelle récolte devrait être disponible dès aujourd'hui. La saison de croissance a été une véritable année des extrêmes : l'hiver a été pluvieux de décembre à février, avec 170 % de la pluviométrie normale de l'année, il a fait assez sec en mars pour que les plantations soient faites, mais la longue période de gel d'avril a stoppé la croissance des plantes. La situation s'est améliorée au cours des deux derniers mois, bien que récemment le temps ait été maussade, avec de nombreuses averses localisées. Malgré cela, la situation n'est pas trop mauvaise. On prévoit des rendements moyens, mais la qualité dépendra du temps. Un bon ensoleillement et un peu de pluie sont nécessaires. Les conditions météorologiques extrêmes rendent difficile pour les producteurs de rester efficaces ou de faire des prévisions précises.

Les coûts des intrants augmentent pour les producteurs, qu'il s'agisse des engrais, des semences, du transport ou de la main-d'œuvre, et ces coûts doivent être couverts.

La superficie plantée aux Pays-Bas a augmenté de 11 % et, bien que la majorité des oignons soit exportée vers les marchés africains et asiatiques, le marché britannique pourrait tout de même être affecté dans une certaine mesure s'ils ne parviennent pas à exporter les volumes en raison de certains problèmes tels que la disponibilité des conteneurs et les retards d'expédition.

L'année dernière a été une année intéressante pour les ventes : le commerce de détail s'est très bien comporté, tandis que le secteur de la restauration a connu une forte baisse en raison des fermetures. Les ventes reviennent à la normale, mais il faudra attendre quelques mois pour voir si le niveau est rétabli.

Italie : un marché favorable pour les oignons précoces
Un opérateur du nord de l'Italie affirme que le marché de l'oignon n'est pas très dynamique actuellement. Aucune transaction importante n'a lieu et les prix ne sont pas très intéressants. La récolte de l'oignon jaune tardif, qui représente la majeure partie de la production italienne, est très attendue. La situation est plus intéressante pour les oignons rouges et blancs. Le marché a été très positif pour les oignons précoces, qui ont déjà été récoltés et pour la plupart vendus. L'opérateur a également aperçu des produits espagnols sur le marché italien, ce qui n'est pas normal à cette période. Cependant, le même opérateur vend des oignons rouges et blancs en France avec de bons résultats.

Un négociant de Campanie déclare : « Les prix des oignons sont actuellement conformes à ceux de l'année dernière. Nous travaillons en ce moment avec des oignons précoces provenant d'Émilie-Romagne. C'est une bonne année en termes de qualité, même si certains champs ont été endommagés par les récentes pluies. De plus, nous travaillons avec des calibres moyens (50-80). L'importation commencera en septembre ».

Un type particulier d'oignon, très populaire en Émilie-Romagne, est le Borettana, qui est en pleine récolte à la fin du mois de juillet. Un important opérateur de Reggio Emilia indique qu'il a commencé à exporter vers les Pays-Bas et le Royaume-Uni, avec de bons résultats. Les rendements sont inférieurs à ceux d'une année normale. Cela est probablement dû aux températures élevées combinées à un manque de pluie.

En Sicile, la saison de production de l'oignon Paglina de Castrofilippo (Agrigente), un produit de niche, est pratiquement terminée. Elle s'est caractérisée par des pluies abondantes en juin, permettant aux oignons, déjà gros par nature, de devenir vraiment, très gros, jusqu'à atteindre le calibre 120+. Cela a toutefois quelque peu pénalisé leur commercialisation. La production totale estimée d'oignons Paglina à Castrofilippo est d'environ 1 500 tonnes. Les prix de vente sont conformes à ceux des années précédentes.

Espagne : augmentation de la production espagnole faisant baisser les prix
La récolte des oignons Grano est en cours dans la région espagnole de Castille-La Manche. Cette année, les producteurs sont confrontés à un début de campagne marqué par une augmentation significative de la production d'oignons en Andalousie. Selon les dernières données du ministère espagnol de l'agriculture, de la pêche et de l'alimentation, la superficie consacrée à ce légume a augmenté de 24,4 % par rapport à 2020. Cette offre a fait baisser les prix des oignons de La Mancha. En plus de l'augmentation de la production, la campagne andalouse s'est superposée à celle de Castille-La Manche. L'Andalousie a connu environ 15 jours pendant lesquels il n'a pas été possible de récolter en raison des pluies et du mauvais temps. Cela a entraîné un chevauchement des variétés stockées avec les nouvelles variétés de Castille-La Manche, qui ont commencé à être récoltées il y a environ 4 semaines.

Ce que les clients demandent, même en ce début de campagne, c'est une bonne peau. En effet, plus un oignon a de peau, plus il peut être conservé longtemps. Les producteurs d'Andalousie, dont les variétés sont plus périssables, ont dû commercialiser leur marchandise à des prix très bas, presque ridicules, ce qui a fait chuter le prix de l'oignon dans son ensemble.

L'offre plus importante de l'Andalousie a coïncidé avec une demande plus faible que prévu en Europe, car le circuit de la restauration n'est pas encore totalement rétabli. De plus, il manque un client important : Le Portugal, qui disposait d'une production propre plus importante et qui a fortement prolongé sa campagne. En outre, au début de la saison andalouse, les oignons étaient importés de pays tiers, surtout des gros calibres du Chili et des petits et moyens calibres de Nouvelle-Zélande. Tous ces facteurs ont fait que l'oignon espagnol s'est retrouvé dans une situation très difficile.

Cependant, depuis la semaine dernière, les choses semblent commencer à changer un peu pour les oignons de Castille-La Manche, la principale région productrice d'Espagne et l'une des plus importantes au niveau européen. Les pays qui demandent des gros calibres, comme l'Allemagne ou le Royaume-Uni, ont déjà commencé à changer de fournisseur, car l'Andalousie ne livre pas de très gros oignons. L'Andalousie produit davantage de calibres 4 et 5, adaptés à des marchés comme la France ou le Portugal. Cependant, tout dépendra de ce qui se passera aux Pays-Bas et en Pologne, où les récoltes battent leur plein. Des prix comme ceux de la saison dernière ne sont pas attendus, mais la demande s'améliore.

Égypte : bons calibres et demande stable pour les oignons égyptiens
La saison des oignons égyptiens a démarré plus lentement que d'habitude, car les oignons indiens étaient encore en saison. La demande a donc été faible. Cependant, après un certain temps, la demande a augmenté et s'est stabilisée par rapport à l'offre égyptienne.

Selon les exportateurs, les oignons égyptiens étaient de « très bons » calibres, la plupart des oignons étant supérieurs à 60 mm. Les prix étaient similaires à ceux de la saison dernière, mais ont augmenté au cours du mois dernier.

Les marchés importants pour l'exportation des oignons égyptiens sont le Canada, l'Europe et l'Asie du Sud-Est, le Bangladesh étant une cible cette année.

Afrique du Sud : la forte demande et la baisse des volumes font monter le prix des oignons en Afrique du Sud
Selon un négociant en oignons du marché municipal de Johannesburg, le prix de l'oignon a augmenté de R5 (0,29 euro) par sac de 10 kg mercredi matin en raison d'une forte demande et d'une baisse des volumes ; le prix moyen à Johannesburg est actuellement de R3,89 (0,22 euro) par kg pour la catégorie de sacs de 10 kg la plus courante.

Dans le Koue Bokkeveld (Cap occidental), la plupart des producteurs d'oignons ont fini d'emballer (ceux qui livrent aux supermarchés emballent plus longtemps), tandis que les producteurs d'oignons du Limpopo et du Nord-Ouest sont maintenant sur le marché avec leurs oignons d'hiver.

Les prix de l'oignon ont été sous pression au cours des derniers mois en raison des volumes élevés (plus d'hectares ont été plantés dans le nord) et des problèmes de qualité dus à un été plus frais et plus humide dans le nord qui a affecté le processus de maturation et de séchage.

Au cours des 2 à 3 prochaines semaines, de nouvelles plantations d'oignons débuteront dans le Koue Bokkeveld, soit 3 000 ha attendus dans la région. Les précipitations hivernales actuelles seront déterminantes pour la prochaine récolte.

Le confinement a stimulé la cuisine familiale et l'utilisation de l'oignon.

Chine : le marché chinois de l'oignon entravé par des problèmes de logistique malgré une forte demande intérieure
Le prix des oignons épluchés sur le marché chinois se situe actuellement autour de 600 USD par tonne. C'est près de 200 USD de plus par tonne que l'année dernière à la même époque. Trois raisons expliquent ce prix élevé de l'oignon. Tout d'abord, la surface globale consacrée à la plantation d'oignons a diminué cette année. En outre, la demande du marché intérieur s'est renforcée et le ratio des ventes intérieures a augmenté. Deuxièmement, la qualité du produit des oignons est inférieure à la normale cette saison. Le pourcentage d'oignons propres à l'exportation est plus faible que d'habitude. Cela fait grimper le prix des oignons de qualité supérieure. Et troisièmement, non seulement les oignons sont chers et les frais d'expédition énormes, mais la récente appréciation du yuan chinois a encore affaibli l'intérêt des acheteurs étrangers pour les oignons chinois. Tous ces facteurs se conjuguent pour créer un marché défavorable pour les oignons chinois. Il n'y a pratiquement pas de demande de la part des marchés étrangers et les volumes de commande sont faibles.

Le prix à l'exportation pour les oignons #35-50 est de 550 USD par tonne. C'est plus élevé que l'année dernière à la même époque. Les oignons dont l'apparence n'est pas optimale sont souvent transformés en dés d'oignons congelés. Les fluctuations du marché des oignons en dés congelés sont faibles car la durée de conservation de ce produit est très longue. Certains importateurs qui achètent pour les restaurants sont récemment passés aux oignons congelés étant donné que les oignons frais sont trop chers.

Les frais de transport entre Qingdao et l'Europe s'élèvent actuellement à environ 8 500-9 000 USD par conteneur. Les retards dans les ports posent un sérieux problème. La vitesse de livraison a ralenti en raison d'une pénurie de main-d'œuvre dans les ports. L'arriéré dans les ports entraîne des retards, si bien que dans certains cas, les produits arrivent 10 à 15 jours plus tard que prévu.

Amérique du Nord : les marchés de l'oignon resteront probablement plus élevés jusqu'à l'arrivée de nouvelles régions de culture
L'augmentation au niveau national de la production d'oignons est proche. Actuellement, la Californie et le Nouveau-Mexique sont les principales sources d'oignons. « La Californie est encore au milieu de sa récolte et les oignons californiens sont stockés. Ils tiendront jusqu'à l'automne », explique un distributeur basé dans le Colorado.

Ensuite, dans environ deux semaines, Washington, l'Idaho, l'Oregon, le Canada et New York commenceront à livrer leurs volumes. « Nous sommes à l'aube de la mise à disposition d'une grande quantité d'oignons », poursuit-il.

On ne sait pas encore comment la récente vague de chaleur sur la côte ouest a affecté, si tant est qu'elle l'ait fait, les cultures d'oignons de Washington, de l'Idaho et de l'Oregon. « On pense que cela aura un effet sur le rendement. Mais à ce stade, personne ne sait quel sera l'impact. Même si la récolte commencera à se faire ici dans quelques semaines, la plus grande partie de la récolte ne se produira pas réellement avant septembre. C'est donc une question de taille, mais il pourrait aussi y avoir des pertes de récolte. »

Quant à la demande, elle semble quelque peu incohérente. « Elle est meilleure cette année que l'année dernière car pour la plupart des endroits, on a oublié le Covid-19. Le secteur des services alimentaires est de retour, mais pas à 100 % en raison des problèmes de main-d'œuvre. Quant à la vente au détail, elle reste plus forte que jamais », poursuit le distributeur.

Le manque de constance semble se manifester presque d'un mois à l'autre, disent-ils. « Le mois de juin a été l'un des plus lents auxquels j’ai pu assister. Le mois de mai a été très chargé, tout comme le mois de juillet. Je fais cela depuis longtemps et le marché a toujours eu un flux assez régulier. Et maintenant, quand c'est animé, c'est vraiment animé et quand c'est lent, c'est vraiment lent. Personne ne peut vraiment expliquer le flux et le reflux du marché ».

Quant aux prix, l'offre d'oignons blancs est plus restreinte. « Dans la plupart des cas, nous avons un marché de 20 $ FOB et cela constitue un marché fort pour les blancs. Les oignons rouges sont dans le même bateau avec des prix plus élevés, 12 $ FOB pour 25 livres. Quant aux jaunes, le marché a été moyen toute l'année. Au cours des deux dernières semaines, les rouges et les blancs ont vraiment pris de la valeur ». Selon eux, ces prix et ce mouvement devraient se maintenir jusqu'à la fin du mois de juillet, après quoi les régions de culture plus récentes proposeront des produits qui assoupliront un peu les prix.

En attendant, comme beaucoup de producteurs et d'expéditeurs le constatent à travers le pays, il existe aussi une frustration concernant la disponibilité des camions pour transporter les oignons. « Lorsque le Canada, New York, Washington, l'Idaho et l'Oregon seront prêts à entrer sur le marché avec des volumes dans deux semaines, cela changera les habitudes d'achat des gens. Le choix sera vaste dans deux semaines », concluent-ils.

Océanie : les oignons deviennent la quatrième exportation la plus importante pour la Nouvelle-Zélande
Les oignons ont été l'une des cultures d'exportation dominantes de la Nouvelle-Zélande en 2020, malgré une légère baisse en valeur par rapport à l'année précédente, selon les dernières données. En 2019, la valeur des exportations était de 170,3 millions de dollars néo-zélandais, qui a chuté à 147,6 millions de dollars en 2020. Cependant, cette valeur est toujours en forte hausse par rapport au total sur cinq ans, qui a bondi de 81,5 millions de dollars en 2015. Il était le quatrième produit d'exportation le plus important, derrière les kiwis, le vin et les pommes. L'Europe et le Royaume-Uni ainsi que l'Asie ont été les principales destinations des oignons de NZ l'année dernière. Le rapport a également montré qu'il y avait 85 producteurs à l'échelle nationale, produisant 235 175 tonnes, avec des ventes intérieures du légume de 23,4 millions de dollars.

Pendant ce temps, en Australie, le taux de croissance des ventes au détail d'oignons était de 8,5 % en termes de valeur en dollars pour l'année se terminant en mars 2021, ce qui était supérieur à la catégorie des légumes dans son ensemble (8,1 %). La croissance des ventes en volume était également en hausse, avec 5,3 % pour les oignons et 4,7 % pour la catégorie des légumes. La dépense moyenne en dollars est passée de 25,09 $ à 27,13 $.

Après les vacances d'été de FreshPlaza (13/08) : aperçu global des citrons


Date de publication:
© /



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Facebook LinkedIn Twitter Rss

© FreshPlaza.fr 2021

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)