Marché mondial : le melon et la pastèque

Le marché mondial du melon a connu des hauts et des bas dans de nombreux pays cette saison. La pandémie de Covid-19 continue d'affecter les ventes, de nombreuses sociétés de restauration n'ayant toujours pas retrouvé leur niveau d'activité. Cela affecte la demande de ce secteur. Les problèmes logistiques continuent également d'impacter les importations dans certains pays, faisant grimper les prix et entraînant l'annulation de certains programmes, comme cela a été le cas en Chine, qui n'a commencé à importer des melons brésiliens qu'en 2020. La météo dans les pays d'Europe a également entraîné une baisse d'intérêt pour les melons, qui sont généralement un rafraîchissement estival consommé lors des journées ensoleillées.

Pays-Bas : les melons brésiliens de retour à la case départ après un bon départ
La saison des melons brésiliens a démarré sur les chapeaux de roue cette année. Les importateurs parlent même du meilleur départ de la dernière décennie. « En raison de retards, la connexion entre la saison outre-mer et la saison espagnole a été mauvaise et les pénuries ont entraîné une forte hausse des prix. Aujourd'hui, cependant, ces derniers reviennent rapidement à leur niveau antérieur », déclare un importateur néerlandais. « Je m'attendais à ce que, en raison de l'augmentation des coûts du fret maritime et du coût du carton, entre autres, moins de melons brésiliens soient envoyés en Europe, mais nous constatons que l'offre se situe à un niveau similaire à celui des années précédentes. Les prix sont encore à un niveau raisonnable, mais les meilleurs moments sont passés. »

Allemagne : la demande est toujours présente, mais l'intérêt faiblit
Bien que la saison des melons touche à sa fin, les détaillants en alimentation manifestent toujours un certain intérêt. Un important grossiste du sud de l'Allemagne propose des melons d'automne italiens, notamment des melons Galia et Honeydew, mais aussi des pastèques du Brésil. La demande a été relativement faible cette année, ce qui est dû en partie à la météo. Les ventes sont difficiles depuis le mois d'août. La concurrence est également forte de la part des fournisseurs turcs, qui proposent des pastèques à des prix beaucoup plus bas.

Selon le grossiste, les melons ne sont pas vraiment pertinents pour les restaurants en soi, seulement pendant les mois d'été. Cependant, ils demeurent intéressants pour le commerce de détail alimentaire. En général, les cafétérias sont aussi intéressées par les melons, mais en raison du travail à domicile, la demande n'a pas été très forte. Il privilégie les melons filet, Honeydew, les pastèques et les Galia. La demande de melons cantaloupe est en légère augmentation.

Globalement, la demande est toujours présente, mais l'intérêt est en baisse. Les détaillants alimentaires se concentrent désormais davantage sur les clémentines. Les produits proviennent d'Espagne et d'Italie. Cette année, il a brièvement proposé des pastèques d'Allemagne, mais le plus souvent, ces produits sont vendus directement par les producteurs eux-mêmes.

Les prix sont raisonnablement stables.

Italie : les pastèques et melons peu achetés en ligne en Italie
Selon les données du panel de consommateurs GfK, sur 100 familles italiennes ayant acheté des melons ou des pastèques au moins une fois au cours de l'année écoulée, 59,3 % ont acheté les deux types de fruits (contre 55,6 % il y a deux ans), 26,1 % ont acheté uniquement des melons et les 14,7 % restants ont acheté uniquement des pastèques. Au cours de l'année écoulée, qui s'est terminée en août 2021, les achats de pastèques ont augmenté de 9 %. Contrairement à d'autres catégories, où les produits biologiques ont connu une croissance rapide et contribuent généralement à la croissance globale, dans le cas des pastèques, les familles italiennes ayant acheté des variétés biologiques ne sont que 2 millions ; un chiffre plutôt stable par rapport à l'année dernière. Par conséquent, il existe un potentiel de croissance dans cette catégorie. En ce qui concerne les canaux d'achat, seulement 2,6 % des familles italiennes achètent des pastèques en ligne, ce qui offre un potentiel considérable de développement. Dans la catégorie des melons, le développement des variantes biologiques semble être satisfaisant, puisque 2,7 millions de familles italiennes en ont acheté (+19,4 % par rapport à il y a deux ans). Pour l'instant, seuls 4,2 % des achats de melons en Italie sont effectués en ligne. Pour les deux catégories, l'âge moyen des acheteurs est assez élevé.

Un grossiste du nord de l'Italie affirme que le marché de la pastèque et du melon a toujours été en clair-obscur (très contrasté) tout au long de l'été 2021. Le 18 octobre, il a reçu les derniers lots de melons jaunes d'un producteur des Pouilles et les a vendus à 40/50 centimes le kg. Dans les prochains jours, il recevra les melons jaunes de Sicile dont le prix de vente sera sensiblement identique. La production de melons et de pastèques a été forte pendant tout l'été 2021, dans toutes les zones de production italiennes. Pour les pastèques, par exemple, les prix ont été généralement bas, étant donné que l'approvisionnement a toujours été continu, l'offre surpasse la demande. Seules quelques catégories, par exemple les mini-pastèques particulièrement savoureuses ou celles dont la marque est reconnaissable, ont obtenu de meilleurs résultats. Ce n'est que maintenant, à la fin de la saison 2021, alors que les stocks ne devraient durer que quelques jours de plus, que les prix des pastèques augmentent.

Espagne : saison difficile pour les melons et les pastèques espagnols
Il y a environ deux semaines, la campagne espagnole de production de melons et de pastèques s'est terminée dans la dernière région, Castilla-La Mancha, avec des prix bas pour les melons et des prix désastreux pour les pastèques en raison de l'augmentation des surfaces cultivées et du manque d'exportations. L'année dernière, la région a atteint un record en exportant 40 % de ses pastèques alors que cette année, seule la moitié a été exportée, essentiellement en raison du temps froid et pluvieux en Europe.

Selon un négociant, les prix des melons Piel de Sapo ont été relativement bons pour les producteurs, mais les prix payés sur les marchés (principalement en Espagne, puis au Portugal et en Italie) ont conduit les négociants à avoir des marges serrées, voire des pertes dans certains cas. Les marques haut de gamme ont pu maintenir de meilleurs prix, mais les marques standard ont beaucoup souffert.

Il y a environ 3 semaines, les premières expéditions du Brésil sont arrivées sur les marchés espagnols. Les pluies en Castilla-La Mancha ont affecté la qualité des derniers melons et pastèques, si bien que certains importateurs ont commencé un peu plus tôt cette année. Les prix ne sont pas aussi élevés maintenant et le temps demeure chaud en Espagne, entraînant une bonne demande actuelle. Néanmoins, les importateurs sont confrontés à de grandes difficultés logistiques en raison du manque de navires et des retards massifs. « Les compagnies maritimes rompent leurs contrats. Il est très difficile de planifier les programmes d'approvisionnement avec les supermarchés. La saison va être très difficile pour les importations », déclare un négociant en melons et pastèques.

Afrique du Sud : les effets de la maladie et de la pandémie entravent la production et les ventes de melons
La récolte des melons se déroule actuellement dans l'extrême nord de la province de Limpopo, jusqu'en mai prochain. Les melons sont plantés d'août à février pour une production tout au long de l'année. Il est intéressant de noter qu'en automne et en hiver, les producteurs de melons du Limpopo plantent des cultivars qui, en été, produiraient des fruits trop gros, mais qui, lorsqu'ils sont cultivés en hiver, atteignent la taille idéale pour la période de transition entre les saisons. Les consommateurs sud-africains préfèrent généralement les pastèques aux melons.

Dans la province du Cap-Oriental, les melons sont plantés d'août à décembre. La récolte a lieu de décembre à fin mars. Dans la province du Cap occidental, les melons cultivés pour le dernier créneau d'avril se portent très bien, mais les producteurs sont occupés par le raisin de table à cette période (car personne ne cultive exclusivement des melons).

L'impact de la COVID sur le secteur de la restauration, de l'hôtellerie et du tourisme concernant les melons a été « énorme », affirme un producteur de melons du Limpopo.

La consommation intérieure de melons est en baisse et certains producteurs disent avoir réduit au fil des ans la superficie plantée en melons. Ce fruit a toutefois l'avantage de pouvoir résister à la chaleur extrême et à l'intensité du soleil dans la région du nord du Limpopo.

Les producteurs de melons sud-africains fournissent également des fruits frais coupés pour l'exportation.

Les producteurs locaux de melons du nord-est du pays s'inquiètent de l'arrivée récente en Afrique du Sud d'un virus provoquant un jaunissement et un dépérissement. « C'est une maladie terrible », déclare un producteur. Au cours des trois dernières années, le virus du jaunissement et du dépérissement des cucurbitacées s'est aggravé dans le nord du pays et un certain nombre de producteurs ont perdu toute leur récolte à cause de celui-ci. Il dévaste les pastèques ; son effet sur les melons est apparemment moins grave, mais nécessite une attention particulière. Un spécialiste des cucurbitacées chez un semencier affirme que la pression exercée par cette maladie (transmise par la mouche blanche) a été forte au cours des deux dernières années et qu'elle semble s'étendre. Certains agriculteurs ont retiré toutes les plantes de cette famille de leurs exploitations sur de longues périodes afin de briser le cycle.

Les producteurs de la province du Cap-Oriental, cependant, affirment qu'ils sont relativement peu touchés.

Le cultivar Piel de Sapo, qui n'est pas très connu dans le pays, est cultivé dans la province du Cap oriental. Il ne s'est pas bien développé dans le nord de l'Afrique du Sud, affirme un producteur.

Selon le marché municipal de Johannesburg, le prix moyen des melons musqués est de 16,47 rands (0,977 euro) par kg.

Chine : les mauvaises ventes de melons poussent les importateurs à suspendre leurs projets relatifs aux melons brésiliens
Les melons brésiliens ont été autorisés à être exportés vers la Chine pour la première fois en 2020. Les consommateurs chinois ne sont pas familiers avec ce produit, dont le prix peut atteindre 200 RMB par melon sur le marché, soit 4 à 5 fois plus que les melons nationaux, sans pour autant être compétitif sur le plan gustatif. Cela a conduit de nombreux importateurs à suspendre leurs plans d'importation cette saison après un court essai.

Ces derniers mois, les ventes de melons nationaux ne sont pas très bonnes. Le début de la saison de production des melons du Xinjiang, en août, est le moment le plus propice à l'écoulement des marchandises sur le marché. En effet, à cette époque, le temps est chaud, et les consommateurs sont très demandeurs de melons honeydew. Les melons du Xinjiang arrivent actuellement à leur terme. Les melons d'origine méridionale n'ont pas encore été commercialisés en grande quantité, et seuls quelques melons sont présents sur le marché. Le Kimberley Chiba de la région de production de Mongolie intérieure est actuellement disponible sur le marché, avec un prix de 29 RMB/pièce (environ 500g).

Amérique du Nord : l'offre de melons en Amérique du Nord semble se stabiliser
Les volumes de pastèques biologiques sans pépins et miniatures en provenance de Nogales sont favorables et devraient le rester jusqu’à la fête de Thanksgiving aux États-Unis le mois prochain. Les stocks sont à peu près les mêmes que l'année dernière, voire légèrement inférieurs", indique un producteur-expéditeur. « La Californie a terminé son programme de melon, ou du moins il ne leur en reste que très peu. »

Pendant ce temps, les approvisionnements de cantaloup biologique et conventionnel ainsi que de melons honeydew biologiques et conventionnels ont commencé à être produits à partir du Mexique. « Il a fait un peu plus frais dans la région nord du Mexique, donc la récolte a été un peu retardée. Pour nous, elle commence environ une à deux semaines plus tard que la normale », explique le producteur-expéditeur. Ils ajoutent que la production des deux types de melons sera à peu près la même ou légèrement inférieure à celle de l'année dernière. « Les marchés de melons de l'année dernière étaient un peu difficiles à cette période, donc je pense que les gens se sont un peu rétractés. » Au niveau national, l'Arizona a également commencé la production de cantaloups conventionnels.

Quant à la demande, elle est plutôt bonne pour l'instant en ce qui concerne les melons. À mesure que le temps se rafraîchit dans les régions d'achat, la demande de melons commence à ralentir. Mais la demande, en particulier dans certains secteurs du pays où le climat est plus chaud en hiver, continue de tirer les melons de manière constante. Nous allons avoir une demande constante jusqu'à l'automne, dit le producteur-expéditeur.

Quant aux prix des melons biologiques, ils sont actuellement dans la moyenne. « C'est un peu plus élevé que l'année dernière - les marchés ont été bons. Mais je constate que les prix se sont stabilisés et je pense qu'ils vont rester au même niveau », ajoute le producteur-expéditeur.

La semaine prochaine : le marché mondial des oranges.


Date de publication:
© /



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Facebook LinkedIn Twitter Rss

© FreshPlaza.fr 2021

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)