Annonces

Top 5 d'hier

Top 5 de la semaine dernière

Top 5 du mois dernier

Les transbordements vers la Russie reprennent, mais les producteurs ont-ils des garanties de paiement ?

Pas de rejet de fruits sud-africains en Europe, d'après Hortgro

Quatorze jours après le début de la période la plus difficile et la plus imprévisible de l'histoire, les exportateurs sud-africains se félicitent de l'aide apportée cette semaine par le Perishable Produce Export Control Board et le DALRRD, suite à l'intervention d'Hortgro, pour détourner les produits destinés à la Russie vers l'Europe (selon le fruit : les citrons d'Afrique du Sud destinés à la Russie ne peuvent pas être détournés vers l'UE car ils présentent un risque de taches noires, mais les prunes le peuvent).

A droite : les prunes destinées à la Russie peuvent être détournées vers l'Europe, mais elles exerceront une pression sur le marché des prunes

« Un détournement réussi dépend du type de fruit et de la manière dont il a été présenté à l'inspection. Par exemple, les prunes ont les mêmes exigences phytosanitaires pour la Russie et l'UE, mais les exigences de qualité ne sont pas les mêmes - dans ce cas, il y a une différenciation pour le noyau cassé », note la DGCEPP.

Des rapports non confirmés font état de raisins et de fruits à noyau sud-africains officiellement déversés et détruits en Europe, mais Jacques du Preez, responsable du commerce et des marchés chez Hortgro, affirme que ce n'est pas le cas. « Personne ne va jeter des fruits. Ils essaient de trouver des marchés alternatifs aux meilleurs prix. Ce sont juste les fruits sur l'eau qui posent un problème immédiat, environ 500 000 cartons de poires. »

Les exportateurs contactés ont confirmé qu'ils ne jetaient pas leurs fruits dans le sens où ils les détruisaient, même si certains ont souligné qu'ils avaient maintenant des fruits en Europe pour lesquels ils n'avaient pas de marché pour le moment, tout en étant pressés par les compagnies maritimes de renvoyer les conteneurs.

La suggestion de donner les cargaisons non commercialisables à l'aide humanitaire pour les réfugiés ukrainiens est à l'étude.

Messages contradictoires sur le changement de destination et les transbordements
Les journées ont été tendues et les messages mitigés quant à la possibilité de transborder les conteneurs déjà présents à Rotterdam, Bremershaven et Anvers vers Saint-Pétersbourg.

« En fait, nous n'avons aucune idée de ce qui se passe en ce moment », déclare un agent maritime, ajoutant : « Les compagnies maritimes non plus. »

« Les compagnies maritimes conseillaient à tout le monde de décharger parce que si ça reste bloqué en Russie, ça va coûter horriblement cher. Si ça se passe mal en Russie, ça se passera très mal. Ça peut moins mal tourner à Rotterdam ou à Bremerhaven », explique un autre agent maritime.

« Il y a quelques jours, les compagnies maritimes nous ont dit que tout devait faire l'objet d'un COD (changement de destination), ce qui a causé beaucoup d'inquiétude, surtout pour les fruits déjà à Rotterdam qui n'ont pas été inspectés pour l'UE ou qui n'ont pas la bonne taille ou le bon emballage pour l'UE. »

À la recherche d'alternatives, certains acteurs du secteur ont envisagé la possibilité d'acheminer les fruits jusqu'à Mersin, en Turquie, et de les acheminer par voie terrestre jusqu'en Russie via la Géorgie. Cela nécessiterait toutefois de tout nouveau document de transport, des coûts supplémentaires et l'obtention d'un conteneur vide.

« Même si vous obtenez des fruits en Russie, est-ce que ça vaut la peine ? »
Ce week-end, selon FreshPlaza, un navire d'apport avec des fruits sud-africains à bord a effectivement quitté Bremershaven pour Saint-Pétersbourg et arrivera bientôt, mais l'effort en vaut-il la peine, se demandent certains.

« Les fruits débarqueront avec un retard considérable, le coût est très élevé pour les importateurs russes qui doivent trouver des dollars américains pour nous payer, et ensuite ils doivent nous faire parvenir les dollars américains. Même si vous faites arriver vos fruits là-bas, peu importe comment, vous n'avez aucune garantie d'être payé pour eux », explique un exportateur vers la Russie, ajoutant que la valeur du rouble est en chute libre.

« Vos acheteurs russes ne peuvent pas payer, même s'ils le veulent », note un autre exportateur. « Notre plus grand souci est de recevoir notre argent. Vous devez avoir des relations extraordinaires avec vos récepteurs pour que vous puissiez obtenir votre argent au bout du compte. »

Par conséquent, certains estiment qu'il est « massivement irresponsable » d'envoyer des fruits à Saint-Pétersbourg maintenant. Il n'y a aucune garantie que les fruits qui sont déchargés pourront quitter Saint-Pétersbourg.


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)