Une offre d'avocats largement excédentaire sur le marché précoce sud-africain, tandis que les exportations de Greenskin vers la Russie cessent

« Dans l'ensemble, c'est juste une saison incroyablement mauvaise »

Les importations d'avocats en provenance de Tanzanie et du Mozambique, ainsi que les volumes élevés de fruits précoces sud-africains, ont contribué à l'effondrement du marché de ce début de saison, explique Lizelle Muller, responsable du conditionnement et du marketing local chez Amondel Pakkers à Levubu, dans l'extrême nord du Limpopo, la région d'Afrique du Sud où l'avocat est le plus précoce.

« Nous avons cueilli pendant une semaine seulement, puis le marché s'est arrêté », dit-elle. « Habituellement, février est notre gros mois de pluie, il est rare que vous puissiez cueillir une semaine complète dans notre région en février à cause de la pluie. Mais ce qui s'est passé cette année, c'est que février a été un mois très sec et nous n'avons pas eu les arrêts normaux dus à la pluie. Dans le même temps, les agriculteurs étaient impatients de retirer leurs fruits le plus rapidement possible avant que le prix ne chute. »

Elle raconte qu'elle a ensuite accepté de ne plus recevoir d'avocats dans son entrepôt de conditionnement lorsque les chambres froides étaient pleines. Un négociant en avocats de Johannesburg estime que les volumes sur ce marché sont de 50 à 60 % plus élevés que d'habitude. « Je n'ai jamais vu autant d'avocats sur le marché pour cette période de l'année et les prix, même les prix premium pour les Fuerte compte 8 et 10, sont de 20 à 30 % inférieurs à ceux de l'année dernière. »

« On ne peut pas tout mettre sur le compte des importations tanzaniennes, qui sont beaucoup moins chères que nos avocats précoces », remarque Lizelle, « mais nos acheteurs en supermarché n'ont pas pris la moitié des volumes qu'ils prennent normalement parce que maintenant ils avaient des avocats tanzaniens, ce qui nous a obligés à envoyer plus au marché municipal que nous l'aurions fait normalement, ce qui a aggravé le problème sur le marché local. »

Elle observe que les premiers producteurs d'avocats n'ont pas appliqué la discipline consistant à arrêter la récolte et à attendre que le marché s'améliore. « J'ai dit à nos agriculteurs que le marché était vraiment difficile, puis finalement il s'est effondré. »



Des avocats tanzaniens détournés vers le marché municipal à cause de problèmes de qualité
L'Afrique du Sud s'est ouverte aux avocats tanzaniens cette saison, dont le long voyage par voie terrestre a été retardé par les crues des rivières due à de fortes précipitations, ce qui a entraîné des problèmes de qualité sur une partie du lot.

La South African Avocado Growers' Association (SAAGA) estime qu'environ 275 tonnes ont été importées de Tanzanie entre le 16 janvier et le 5 février. Cela a provoqué un léger pic au cours de la deuxième semaine, mais dans l'ensemble, selon Clive Garrett, président de la South African Avocado Growers' Association, les volumes d'avocats ne sont pas très différents de ceux de 2021.

Les avocats tanzaniens ont été amenés en Afrique du Sud pour des programmes de maturation avec les supermarchés au tout début de la saison, mais en raison des problèmes de qualité, les chargements qui ont été rejetés par les supermarchés, ont été livrés au marché municipal de Johannesburg, explique un négociant en avocats qui a demandé à ne pas être nommé. « Une partie était encore bonne, mais beaucoup d'avocats tanzaniens étaient trop mûrs et les palettes étaient abîmées, ce qui nous empêchait de vendre ces cartons à n'importe quel prix. Cela a fait baisser le prix des avocats sur le marché précoce. Alors que d'habitude nous commençons à R270 (16,2 €), R280 (16,8 €) pour un carton de 4 kg, soudainement nous ne pouvions pas obtenir R100 (6 €) pour un carton de 4 kg. Le prix de l'avocat n'a jamais été aussi bas, à cette période de l'année ».

La SAAGA n'est pas d'accord pour dire que les importations tanzaniennes ont eu un effet drastique sur le marché de l'avocat. « Nous n'avons pas de chiffres exacts, mais probablement seulement une centaine de tonnes sur les 275 tonnes qui ont été importées, ont atterri sur le marché municipal où elles ont été bien absorbées. Une partie de la qualité qui est arrivée n'était pas excellente, mais une partie était bonne, il est donc difficile d'affirmer de manière générale que cela a eu un très mauvais effet sur le marché de l'avocat. Ce n'est pas vraiment le cas ».

Pour le Fuerte, le prix moyen est maintenant de 56 R (3,36 €) par carton de 4 kg. « C'est l'offre et la demande typiques que nous voulons voir, nous voulons les voir fonctionner », déclare Clive Garrett, président de la SAAGA, « et maintenant le public a réellement une chance d'acheter des avocats bon marché. »

Des avocats sud-africains destinés à la Russie détournés vers la Pologne
Les exportations d'avocats ont commencé il y a environ un mois, actuellement de Fuerte et de Maluma Hass. La réduction de leurs programmes de supermarchés a poussé certains producteurs sud-africains à démarrer beaucoup plus tôt leurs programmes d'exportation, tandis que d'autres ont plutôt choisi d'envoyer des fruits sur le marché local en raison de difficultés logistiques.

La Russie est un marché important pour les avocats à peau verte, qui représentent encore une grande partie des vergers d'avocats sud-africains.

Lizelle raconte que la semaine de l'invasion russe de l'Ukraine, ils avaient chargé un conteneur entier d'avocats pour la Russie. « À mi-chemin, la compagnie maritime a dit qu'elle n'allait plus en Russie et nous avons dû le détourner vers la Pologne. Je dois encore vérifier si ce conteneur a trouvé un foyer. Le marché de l'exportation est complètement instable. »

« C'est juste une saison incroyablement mauvaise ».

« Nous estimons que perdre la Russie cette saison pourrait avoir un impact assez sérieux », note Clive. « Ces avocats qui allaient en Russie pourraient se retrouver en Europe ou ne pas être exportés du tout, ce qui mettra le marché intérieur sous une pression extrême. »

Sur le marché de Johannesburg, on remarque déjà la présence d'avocats de petit calibre qui auraient normalement été exportés, indique le négociant en avocats. Les Sud-Africains aiment les gros avocats mais « il n'y a pas beaucoup de demande en ce moment. Les gens n'ont tout simplement pas d'argent ».


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)