Nacho Martín, directeur commercial de Consorfrut, analyse la situation actuelle du conflit en Ukraine

« Désormais, l'augmentation exponentielle des coûts dans l'UE rendra encore plus difficile la concurrence avec les pays tiers »

Depuis que la Russie a commencé son invasion de l'Ukraine il y a quinze jours, les exportations européennes de fruits et légumes vers ce pays ont pratiquement disparu. Les exportateurs espagnols ont perdu une destination de plus en Europe de l'Est, rejoignant la Biélorussie, qui a suspendu les importations européennes le 1er janvier de cette année, et la Russie en 2014, en raison du même conflit. Bien qu'il soit encore tôt et que nous ne sachions pas vraiment comment et quand cette folie se terminera, tout semble indiquer que des années difficiles nous attendent avec un pronostic très incertain et un impact négatif sur l'économie à court et moyen terme pour tout le monde. Comment ce secteur survivra-t-il à l'inflation et à l'augmentation des coûts qui l'attendent ? Comment résistera-t-il à la pression de la concurrence des pays tiers qui est déjà devenue insupportable ? Les dirigeants européens seront-ils capables d'appliquer des mesures protectionnistes contre les tiers ?

L'entreprise espagnole Consorfrut, l'un des principaux groupes de production, de distribution et de vente de fruits et légumes au niveau mondial, s'est spécialisée tout au long de son histoire dans l'exportation vers les pays d'Europe de l'Est.

« L'Ukraine, la Russie et la Biélorussie ont été des marchés importants pour nous », déclare Nacho Martín, directeur des ventes de Consorfrut. « Cette année, pour des raisons politiques, ils nous ont fait perdre la Biélorussie et ils nous ont enlevé l'Ukraine par la force et, bien que nous soyons affectés par le fait de ne pas pouvoir compter sur ces marchés librement et calmement, nous pourrons compenser cela, comme nous l'avons fait dans le passé lorsque, pour des raisons politiques, ils ont également interdit l'importation de produits de l'UE en Russie. Dynamique et diversifiée dans plus de 35 pays, cette entreprise devra à nouveau chercher à redistribuer le volume non autorisé dans cette partie de l'Est. » 

Selon Nacho Martin, le marché ukrainien commençait à se porter vraiment bien ces dernières années. « Le pays établissait des relations d'influence avec la production de l'UE, il s'européanisait, ce qui ne plaisait pas du tout à la Russie, notamment en raison de l'insécurité liée à l'impossibilité de contrôler ce pays. La peur de la Russie de voir l'Ukraine évoluer, d'être libre et démocratique, nous a entraînés dans cette situation inacceptable, qui est aussi absurde que réelle », souligne-t-il.

Le directeur commercial de Consorfrut prévient qu'après la guerre en Ukraine, « le pays sera - dans les principales villes et la capitale, où se rassemblent la plupart de ses habitants - dévasté et appauvri, de sorte qu'il y aura plusieurs milliers de citoyens qui ne pourront pas acheter de produits importés de l'UE. Par conséquent, une partie du volume qui était destiné à l'Ukraine devra être détournée vers d'autres pays, car les prix de nombreux produits importés seront trop élevés pour une économie malmenée et une population appauvrie. » 

Mais le problème est encore plus grand si l'on se place à un niveau plus global. « Les sanctions contre la Russie - qui devraient être maintenues pendant un certain temps - auront un effet boomerang sur notre économie. L'Europe n'étant pas autosuffisante pour subvenir à ses besoins énergétiques et étant fortement dépendante de la Russie - en guerre contre l'Occident - cela nous obligera à chercher des alternatives qui seront beaucoup plus coûteuses à court et moyen terme. Ce qui entraînera une augmentation des coûts de production qui nous rendra moins compétitifs par rapport à d'autres pays en développement disposant, entre autres, d'une main-d'œuvre beaucoup moins chère. Malheureusement, il n'y a aujourd'hui qu'une seule devise dans les supermarchés et c'est d'acheter le moins cher possible, quelle que soit l'origine du produit. » 

« Qu'est-ce que ça veut dire ? Si, pour vendre, nous devons être agressifs en matière de prix et que nous sommes plus chers par rapport à d'autres producteurs dans d'autres pays, il devient difficile de pouvoir vendre nos produits en temps voulu aux niveaux de coûts nécessaires pour obtenir une marge bénéficiaire égale ou au moins supérieure à nos coûts. Ainsi, sachant que nos gouvernants sont totalement inefficaces, je crains que des pays tiers comme le Maroc, la Turquie, l'Égypte, le Pérou, la Bolivie... ne nous laissent à l'arrière-plan dans toutes ces productions qui coïncident avec la nôtre. Toute cette situation ne fera que favoriser les pays susmentionnés, plus que ce qui se passe déjà en ce moment, et elle accélérera le processus de positionnement préférentiel contre les intérêts de nos producteurs espagnols », souligne Nacho Martín.

« Tout ce conflit est vraiment alarmant pour de nombreuses raisons. La capacité concurrentielle que nous allons perdre sera un handicap de plus à ajouter à celui de ces dernières années. Malheureusement, les grandes chaînes de distribution recherchent des prix toujours plus bas pour gagner plus d'argent, pour pouvoir attirer plus de clients et pour pouvoir offrir la même chose quelques centimes moins cher que leurs concurrents, se souciant peu ou pas du tout de ce qui pourrait arriver à l'avenir du garde-manger de l'Europe, qui n'est autre que celui des pays méditerranéens. Cela entraîne une disparition lente mais régulière de notre secteur des fruits et légumes. Que se passera-t-il lorsque nous serons également dépendants de l'agriculture d'autres pays ? Que se passera-t-il lorsque les chaînes perdront le soutien inconditionnel de notre agriculture ? Ce sont des questions que les politiciens de l'UE auraient dû se poser ces dernières années à propos du gaz russe ou de la technologie chinoise, au lieu de chercher les moyens les moins chers et les plus commodes, d'acheter et d'enrichir les Chinois et les Russes », poursuit le directeur commercial de Consorfrut.

« Tout semble indiquer que le gouvernement russe est à la recherche de ce changement géopolitique auquel nous sommes confrontés depuis longtemps. Pendant qu'ils s'organisaient, nous, Européens, n'avons pas voulu le voir et avons involontairement participé comme marionnettes à leur plan. Un cas parmi d'autres, le fameux Brexit. Il était également prévisible que, depuis l'annexion incontestée de la Crimée par la Russie, les choses ne se termineraient pas bien, mais nous n'imaginions pas que nous en arriverions là », dit-il.

« C'est une situation très difficile à prévoir, nous ne savons pas comment cela va se passer. S'il y a une chose positive à en tirer, c'est qu'elle a permis aux pays de l'UE de se rassembler pour agir comme un seul pays, ce qui ne s'était jamais vu depuis la création de l'UE. Enfin, nous travaillons pour le bien commun de tous et pas seulement pour les intérêts particuliers de chacun », conclut Nacho Martín.

 

Pour plus d'informations : 
Ignacio Martín
Consorfrut
C/ Eslida, 7. 46026 Valence, Espagne.
Tél. : +34 963163570
nacho@consorfrut.com
www.consorfrut.com


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)