Analyse complète du marché des myrtilles par Cort Brazelton

« Une compétitivité accrue entre les pays producteurs nécessite des changements rapides »

L'augmentation constante de la demande de ce super aliment en Europe et aux États-Unis, ainsi que l'ouverture de nouveaux marchés en Asie et au Moyen-Orient, ont accru la compétitivité des pays producteurs, exigeant des changements rapides de la part des industries bien établies ainsi que des stratégies à haut niveau de technologie et d'innovation pour ceux qui entrent sur le marché mondial devenu complexe.

C'est pourquoi il est nécessaire de se tenir au courant des projections de la concurrence et de ses stratégies technico-commerciales, afin de ne pas perdre en compétitivité et d'éviter de se retrouver avec des perspectives de revenus faibles. Cort Brazelton, qui sera l'un des orateurs du prochain XXIe Séminaire international de la myrtille Maroc 2022, organisé par Blueberries Consulting, a exposé lors de la Convention sud-américaine de la myrtille une analyse des principales industries exportatrices et des futurs acteurs de la production mondiale de myrtilles.

Maroc
En commençant par le pays hôte du prochain événement organisé par Blueberries Consulting, Brazelton a souligné les avantages compétitifs des différentes zones de production.

Dans le nord du pays, dans les fermes situées autour de Larache et Moulay Bousselham, la production coïncide avec la zone de Huelva, dans le sud de l'Espagne. « La concentration de sa récolte se fait en avril et mai, bien que les volumes augmentent en mars/février étant donné l'augmentation des plantations de variétés plus précoces. Mais il s'agit avant tout d'une zone printanière (hémisphère nord), tout comme le sud de l'Espagne », explique M. Brazelton. Même s'ils sont en concurrence à la même période, le Maroc a l'avantage de disposer d'une main-d'œuvre qualifiée à un coût inférieur à celui de l'Espagne.

Concernant les régions du sud du Maroc, le co-PDG de Fall Creek a déclaré : « Agadir et Dakhla sont différentes. Elles jouent un rôle plus important dans la contre-saison, qui coïncide avec la saison du Chili. Agadir possède des plantations qui commencent à récolter en octobre/novembre, avec un pic de production en février/mars. Et Dakhla a beaucoup plus de volumes concentrés en hiver (hémisphère nord), devenant une source d'approvisionnement de plus en plus intéressante pour l'hiver européen. » Malgré la situation privilégiée et la vitrine commerciale du pays, Dakhla et Agadir disposent toutes deux de terres et d'eau limitées, ce qui rend difficile l'expansion des cultures de myrtilles.

Au Maroc, les variétés les plus plantées sont Sekoya, Ventura, Corrina, Eureka et Kirra. « La tendance consiste à ce que la plupart des plantations se fassent avec de nouvelles variétés, et des variétés qui présentent un niveau de différenciation sur le marché grâce à leur fermeté, leur saveur, mais aussi qui s'adaptent bien à ce marché », a-t-il expliqué.

Selon les données recueillies par l'équipe de Fall Creek au Maroc, dans 5 à 10 ans, le volume augmentera de plus de 170 000 milliers de tonnes, tandis qu'entre 8 000 et 10 000 hectares seront plantés d'ici 2030.

Mexique
« C'est à bien des égards, l'origine du monde non frileux », a déclaré le dirigeant de Fall Creek à propos du pays nord-américain. Le Mexique compte actuellement 9 061 hectares, qui doubleraient d'ici 2031, prévoyant une production de 180 000 tonnes pour la même année.

Parmi les régions productrices, Jalisco, Michoacán et Guanajuato se distinguent par leurs longues fenêtres de production, commençant avec des volumes plus faibles en octobre et atteignant leur pic de production de décembre/janvier à mars, pouvant poursuivre la récolte jusqu'en mai/juin. « L'avantage du centre du Mexique est qu'il bénéficie de nuits fraîches et de journées chaudes. Le Mexique a le potentiel pour produire un produit de haute qualité, en particulier avec les nouveaux gènes. Il présente l'avantage d'être proche des États-Unis et du Canada. Il existe également un marché intérieur mexicain en pleine croissance qui est remarquable », a souligné M. Brazelton.

Sinaloa (2 050 ha), la deuxième région avec la plus grande superficie plantée après Jalisco (3 450 ha), ne bénéficie pas du même avantage climatologique. Leurs volumes sortent de mars/avril à la première semaine de mai, lorsque le niveau de chaleur est élevé. À cet égard, l'expert a déclaré : « Aujourd'hui, le Sinaloa n'est pas positionné pour fournir la même qualité de fruits que le centre du Mexique. Il y a de bons fruits qui sortent de divers programmes privés et universitaires, mais en général, ils ont le désavantage de la fenêtre de production et de la qualité des fruits. »

Cort Brazelton trouve des similitudes entre les industries mexicaine et chilienne, cependant, il a souligné que l'industrie nord-américaine a surtout des cultures à feuilles persistantes, et l'industrie « a plus de 80 % de substrat, des systèmes sophistiqués. Il en va de même au Maroc ».


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)