Marché mondial : l’asperge

La saison des asperges a été difficile jusqu'à présent, à en croire les rapports en provenance du monde entier. En raison du froid qui a sévi pendant la saison de croissance printanière en Europe et en Amérique du Nord, la production a été retardée et les volumes ont diminué dans de nombreux pays. La demande étant plus faible qu'à l'accoutumée, notamment par rapport à la période pré-Covid, les prix s'en ressentent. Les retards dans les régions de culture plus précoces impliquent une entrée en production en même temps que beaucoup d'autres dès que le temps s'est réchauffé, provoquant une pression supplémentaire au niveau des prix sur le marché mondial.

Pays-Bas : bonne demande d'asperges de la part des détaillants, manque d'exportations vers l'Allemagne
Le beau temps se traduit actuellement par une offre importante d'asperges sur le marché. « Nous constatons que le beau temps printanier a joué un rôle dans la consommation d'asperges. C'est surtout dans le secteur du commerce de détail néerlandais que l'on constate un enthousiasme encore plus grand pour les asperges que les autres années », déclare un grand producteur d'asperges néerlandais. « Nous constatons également une augmentation remarquable de la demande d'asperges décortiquées cette année, grâce à une hausse de la demande des secteurs de la restauration et des services alimentaires. Les détaillants organisent également davantage de promotions avec des asperges décortiquées cette année. Dans le même temps, nous constatons que dans les pays qui nous entourent, notamment sur le marché allemand, la demande d'asperges néerlandaises est moins importante que les autres années. Je n'arrive pas à comprendre pourquoi. C'est dommage, car bien que les Pays-Bas consomment la plupart des asperges qu'ils produisent, l'exportation est plus que bienvenue, surtout quand on sait que la consommation par ménage en Allemagne est encore plus élevée qu'aux Pays-Bas. Cela a une incidence sur l'évolution des prix de ces deux dernières semaines dans le commerce quotidien. En même temps, il faut se demander si les prix courants pratiqués actuellement sont une référence pour les cours du marché. Après tout, ce sont les volumes pour lesquels aucun client ne se manifeste. À mon avis, il faut simplement s'assurer d'avoir des clients pour les volumes que l'on cultive. Au cours des deux ou trois prochaines semaines, il y aura encore de beaux volumes sur le marché, mais ensuite, le déclin des superficies s'accélérera. Il y aura pas mal d'hectares hors production dans les semaines à venir. »

Allemagne : une saison d'asperges difficile
Les déchargements nationaux ont largement dominé la scène. La disponibilité a largement dépassé la demande. En effet, l'intérêt s'était considérablement émoussé après le week-end de la fête des mères. Pour contourner ou résoudre les dépassements, les négociants ont souvent dû réviser leurs demandes à la baisse. Parfois, les coupes ont été très sévères. Cependant, même avec les réductions accordées, les ventes ultérieures ne se sont pas toujours intensifiées. Dans certains cas, les prix ont continué à baisser. Ce n'est que le week-end dernier que les clients ont adopté une position plus courageuse. Mais même à ce moment-là, les stocks excédentaires n'ont pas toujours pu être évités. En raison de la baisse de la valeur des lots nationaux, les importations européennes ont eu du mal à gagner des parts de marché. En conséquence, leurs cotations se sont également effondrées.

Selon un porte-parole des asperges du nord de l'Allemagne, la production locale d'asperges ne tourne pas à 100 % de ses capacités car les quantités actuelles peuvent difficilement être vendues. Les prix ont chuté de 20,00 euros/kg à 10,00 euros/kg en l'espace de trois semaines. Bien que des aspects positifs aient été observés dans le secteur de la gastronomie et de l'hôtellerie, il convient de les prendre avec des pincettes, car de nombreux établissements déclarent qu'ils n'ont pas pu atteindre un niveau proche de celui d'avant le Covid.

En ce qui concerne les asperges vertes, le problème vient du fait que les détaillants alimentaires commercialisent principalement des produits moins chers provenant de l'étranger. Le marketing des chaînes alimentaires était également plus axé sur des denrées provenant de l'étranger, par exemple, pour des produits italiens aux qualités satisfaisantes. L'Espagne a également été mentionnée comme un concurrent particulièrement sérieux dans le secteur de l'asperge verte.

La demande d'asperges en provenance des Pays-Bas a considérablement diminué en Allemagne, car les prix des produits espagnols et d'autres pays sont inférieurs à ceux des produits néerlandais. Habituellement, dès que les qualités des produits allemands diminuent, les produits néerlandais entrent sur le marché. Cependant, selon notre interlocuteur, ce n'est pas ce qui s'est passé cette année. Les producteurs d'asperges néerlandais étaient donc d'humeur plutôt misérable, tout comme les producteurs allemands.

Même si l'asperge blanche reste un produit de premier ordre, l'asperge verte a connu une plus grande croissance. Par ailleurs, on s'attend à ce que de nombreuses exploitations d'asperges, surtout les petites, cessent complètement leur production, tandis que les grandes exploitations réduisent leurs surfaces. L'effondrement de la consommation, auquel vient de s'ajouter la guerre en Ukraine, représente une situation extrême. Le problème semble provenir en partie des prix pratiqués en début de saison, jugés trop élevés. Bien que la production ait augmenté de 1 euro par kilo en raison de l'augmentation des salaires de plus de 25 %, les asperges sont actuellement moins chères que les années précédentes.

Le porte-parole ne voit pas non plus d'impulsion positive de la part du secteur de la distribution alimentaire qui pourrait changer cette situation. Toutefois, le temps a été bénéfique tant pour les cultures d'asperges que pour les fraises. Au début du mois de mai, la disposition à acheter et à consommer ces produits s'est un peu améliorée. Il suppose que ces difficultés toucheront surtout les petites exploitations du sud de l'Allemagne. Par le passé, le sud profitait de pouvoir réaliser de bonnes ventes avec de bons volumes en début de saison, avant que les produits du nord n'arrivent. Cette planification n'a pas fonctionné cette année, car la saison a commencé avec de mauvais prix.

Les asperges d'importation et les fraises d'importation peuvent donc être proposées en Allemagne plus avantageusement que les asperges allemandes, car les salaires sont plus bas. En Italie, le salaire minimum n'existe pas. En Espagne, le salaire minimum est de 6,06 euros par heure, en Grèce de 3,83 euros par heure et en Hongrie de 3,21 euros par heure. Avec 9,82 euros par heure à ce jour, l'Allemagne est déjà plus de 1,5 à 2,5 fois plus élevée, indique une autre association du sud de l'Allemagne.

Royaume-Uni : démarrage lent de la saison des asperges
La saison des asperges au Royaume-Uni a démarré lentement cette année. La météo froide et maussade a entraîné un retard de deux semaines à la mi-mars. Mais à l'ouverture officielle de la saison anglaise, le 23 avril, la production avait rattrapé son retard et était de nouveau dans les temps.

La récolte d'asperges écossaises était également bien avancée au début du mois de mai, la récolte la plus précoce ayant eu lieu dans le Perthshire à la mi-avril.

C'est maintenant la haute saison et la demande est bonne. La plupart des détaillants font des promotions sur les asperges. Les plus grands défis auxquels sont confrontés les producteurs sont les coûts croissants, dont celui de la main-d'œuvre, qui est également rare en raison d'un retard dans le traitement des visas. Le gouvernement britannique a également introduit une augmentation du salaire minimum pour les travailleurs saisonniers durant cette saison, ce qui a entraîné une hausse de 20 à 30 % de la masse salariale.

France : un début compliqué pour les asperges françaises
Cette année, la saison des asperges a été plutôt compliquée pour les aspergeurs français. La raison : un manque notable de consommateurs, malgré une production inférieure de 10 à 30 % à celle de 2021. Parmi les quatre principaux bassins de production que sont la Nouvelle-Aquitaine, le Sud-Est, l'Anjou et l'Alsace, ce sont les régions exportatrices (au-delà des frontières régionales) qui ont le plus souffert de ce manque de demande. En effet, l'Alsace, qui compte de nombreux petits producteurs et où la vente directe est bien développée, a été moins touchée par la situation.

Les producteurs dont les asperges se retrouvent sur les marchés dits d'intérêt national comme Rungis et Perpignan, ont vu le prix de leur production baisser depuis environ trois semaines en raison de la présence marquée d'autres origines comme l'Allemagne, les Pays-Bas, la Belgique ou l'Espagne. Une situation amplifiée par la volonté de certains pays comme les Pays-Bas, de préférer vendre à perte sur d'autres marchés plutôt que sur le leur. C'est pourquoi en fin de semaine à Rungis, le prix d'une botte d'asperges vertes était de 1,5 euros et celle des asperges blanches de 2 euros.

La situation est également très compliquée pour les asperges biologiques. Le manque de consommation affecte également ce secteur, ce qui pousse certains producteurs à vendre leurs asperges biologiques sur le marché conventionnel. Cette situation a non seulement causé une grande perte en termes de chiffre d'affaires pour ces producteurs d'asperges mais a également contribué à l'engorgement du marché conventionnel.

Face au manque de consommation, certaines régions productrices sont contraintes d'arrêter leur production quinze jours plus tôt que d'habitude. Le Sud-Ouest et le Sud-Est arrêtent actuellement la récolte et la région Anjou terminera à la fin du mois. D'une manière générale, les producteurs qui s'en seront le mieux sortis sont ceux ayant été les plus précoces dans la campagne. Néanmoins, pour la majorité d'entre eux, la période charnière de Pâques où la consommation est toujours la plus importante s'est plutôt bien passée.

Italie : l'absence de demande entraîne une baisse de 20 % des prix des asperges italiennes
La saison des asperges a démarré tardivement dans la province de Foggia (Pouilles). Un producteur et négociant rapporte : « Le boom de la production s'est produit immédiatement après Pâques. Ensuite, il y a eu un effondrement des prix et de la demande. Le mauvais temps a ralenti la croissance des asperges. Heureusement, les stocks dans les entrepôts ont finalement été réduits. Le week-end dernier, la demande de ce produit a augmenté. Avec des coûts supérieurs d'environ 20 %, nous vendons nos asperges 20 % moins cher que lors de la campagne précédente. Et ce, malgré un rendement inférieur d'environ 20 %. Telle est la situation au niveau national et international. »

« Le vrai problème est le manque de planification. Nous travaillons au jour le jour », poursuit le producteur et commerçant. « De plus, la main-d'œuvre se fait rare et donc la transformation est limitée. On ne fait pas d'emballages ou de barquettes de 250 grammes, par exemple. Enfin, nous préférons ne pas récolter le produit : dans le cadre de la rotation des champs, nous laissons environ 10 à 15 % des asperges dans le sol. Cela nous permet en fait aussi de ne pas exercer une pression plus forte sur le commerce. La loi du marché est effectivement claire : plus l'offre est importante, plus les prix sont bas. »

Un consortium de producteurs d'asperges du Trentin Haut-Adige, à l'extrême nord de l'Italie, vient de terminer la récolte et la vente du produit. Les prix ont été très bons jusqu'à la période de Pâques, puis la demande a fortement chuté. Les quantités récoltées ont été supérieures de 15 % à celles de 2021. La qualité du produit était également conforme aux attentes.

Espagne : rendement inférieur de 30 % en raison du temps froid printanier
La saison des asperges vertes se terminera dans environ deux semaines à Grenade, la plus grande zone de culture d'Espagne. La récolte a commencé avec environ deux semaines de retard en raison des températures froides et du temps sec dans la région. Les pluies du printemps ont quelque peu pallié le manque d'eau, bien que les rendements aient été inférieurs de 30 % cette année en raison des températures froides. Les prix ont été bons jusqu'à la première semaine de mai, lorsque les autres pays européens ont commencé leurs récoltes locales, avec environ deux semaines d'avance dans la plupart des cas, en raison du temps estival. La demande d'asperges vertes espagnoles a donc chuté, bien que les prix se maintiennent car certains détaillants européens s'en tiennent au produit espagnol. En temps normal, la saison espagnole devrait se terminer à la mi-juin. Cette année, la campagne sera beaucoup plus courte. La vague de chaleur qui sévit en Espagne cette semaine affecte également la qualité des asperges. La situation a toutefois été compliquée cette année et la superficie pourrait diminuer pour la prochaine saison, car la pénurie de main-d'œuvre s'aggrave rapidement d'année en année.

Amérique du Nord : bonnes perspectives malgré un début de saison des asperges un peu plus tardif
La demande d'asperges du Michigan continue de croître. « Nous constatons chaque année une augmentation de nos ventes d'asperges du Michigan. Les détaillants ont continué à en faire la promotion et à inciter les clients à acheter la première récolte de printemps que la région a à offrir », explique un expéditeur du Michigan.

Dans cet État, l'offre globale d'asperges s'est améliorée ces derniers jours en raison de la chaleur qu'il a connue la semaine dernière. « Mais le temps se rafraîchit maintenant, ce qui contribuera à maintenir une excellente qualité. Le volume est un peu plus faible que l'année dernière à la même époque ». 

En ce moment, les asperges du Michigan sont récoltées dans les comtés du sud et remontent le long des rives du lac Michigan. « Le Michigan a connu un retard d'environ 10 jours par rapport à la normale en raison du temps froid ». Bien que le sud de l'État commence plus tard cette année - en général, la région a deux à trois semaines d'avance sur la région de culture du nord - la partie nord est dans les temps. La production se poursuivra jusqu'au 1er juillet.

Les autres régions qui expédient actuellement des produits sont l'Indiana, le New Jersey, Washington, le Canada et certaines importations du Mexique et du Pérou. Cependant, la demande d'importation est en train de se tasser dans la mesure où une grande partie de cette activité sera expédiée vers des marchés locaux tels que celui de Washington, qui passeront à des programmes de production nationaux.

En ce qui concerne les prix, les asperges devraient coûter quelques dollars de plus par caisse que l'année dernière. « Les prix vont légèrement fluctuer au cours des prochaines semaines, mais ils commenceront à augmenter à l'approche du mois de juin ». 

Australie : baisse du volume et de la valeur des asperges australiennes
Selon les dernières statistiques, on observe une légère baisse du volume et de la valeur des asperges australiennes par rapport à l'année précédente. Pour l'année se terminant en juin 2021, 6 857 tonnes ont été produites, ce qui représente une baisse de 17 % par rapport à l'année précédente, avec une valeur de 81,1 millions de dollars, soit 6 % de moins. Les exportations ont chuté de 39 % en volume, à 1 876 tonnes, et de 21 % en valeur, à 19,6 millions de dollars. Le Japon a absorbé la plus grande part des exportations (67 %), suivi de Singapour (9 %) et de la Corée du Sud (8 %). Dans le même temps, l'Australie a importé 3 115 tonnes d'asperges, soit une augmentation par rapport aux 3 068 tonnes de l'année précédente. En outre, 1 022 tonnes d'asperges en conserve ont été importées, tandis que moins d'une tonne a été exportée. L'industrie a une opportunité majeure d'augmenter la consommation, puisque seulement 31 % des ménages australiens ont acheté des asperges.

La semaine prochaine : aperçu mondial des oranges !


Date de publication:
© /



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)