« La nouvelle règle du commerce équitable se retourne contre nous ; elle aborde la question sous un angle occidental »

La semaine dernière, un détaillant allemand utilisait la stratégie Fairtrade qui soutient les salaires décents dans les plantations. Pourtant, selon l'importateur néerlandais, cette décision présente un inconvénient.

« Un de mes fournisseurs fait les choses différemment depuis des années. Il fournit des installations scolaires pour les enfants de ses ouvriers des plantations et donne à ses ouvriers un repas chaud. Ils n'ont alors pas à travailler l'estomac vide. Il leur verse également des salaires locaux. »

« Cette nouvelle règle du commerce équitable signifie qu'il n'a plus d'argent - les enfants ne seront ni scolarisés ni soignés, et ses travailleurs doivent venir travailler affamés. De plus, il y a moins de contacts sociaux. C'est généralement une noble idée de la part de Fairtrade, mais cela va avoir des conséquences. Il considère les problèmes d'une trop grande position occidentale, au lieu d'un point de vue pratique. »

« Ce fournisseur va donc arrêter avec Fairtrade ; ils ne veulent pas avoir des coûts doubles. Gardez à l'esprit que cette entreprise fait tout son possible pour fournir de bons emplois à ses employés. Nous convenons sans réserve que les producteurs doivent se conformer aux programmes sociaux. Mais les salaires ne peuvent pas en faire partie. Il y a trop de différences entre les pays pour cela. »

« La même chose se produit avec des certifications comme Rainforest Alliance. Cela détermine combien un expéditeur paie à ses employés. Je pense que c'est aller un peu trop loin, et seules les agences de certification en bénéficient. Cela leur apporte plus de pouvoir et d'argent ».


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)