L'AIEA a formé 12 scientifiques latino-américains à la reproduction par mutation

La technologie nucléaire pourrait sauver la banane de la maladie de Panama

La Fusariose de la banane, ou maladie de Panama, est causée par le Fusarium oxysporum f., un type de champignon transporté dans le sol et qui attaque les plantes. On le retrouve actuellement en Amérique latine, après avoir déjà dévasté les cultures de bananes ailleurs dans le monde.

Sur les 155 millions de tonnes de bananes produites chaque année, un quart est menacé par la fusariose, selon l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA). Mais l'AIEA aide les scientifiques de six pays d'Amérique latine à détecter et à contenir la maladie, en utilisant des techniques nucléaires et connexes. L'irradiation - l'exposition d'un objet à des radiations - est largement utilisée dans l'industrie alimentaire pour détruire en toute sécurité les bactéries responsables de maladies et lutter contre les parasites sans affecter de manière significative le goût ou l'odeur des aliments.

Pour lutter contre la maladie de Panama, les techniques d'irradiation sont utilisées pour aider à développer de nouvelles variétés de cultures résistantes aux maladies pour les agriculteurs, dans un processus appelé sélection par mutation. En février, l'AIEA a formé 12 scientifiques du Brésil, de Colombie, du Costa Rica, d'Équateur, du Pérou et du Venezuela à la reproduction par mutation. La formation a également porté sur la culture des tissus, le développement de populations mutantes et le dépistage des cultures résistantes aux maladies.

Source : weforum.org


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)