Marché mondial : l'ananas

L'offre mondiale d'ananas est faible et imprévisible, en raison notamment de problèmes de transport. Alors que l'été européen touche à sa fin, la demande diminue également. En Amérique du Nord, l'offre a été régulière mais limitée, toujours en raison des problèmes d'expédition. La demande a été bonne tout au long de l'été. Dans l'hémisphère sud, l'Afrique du Sud a connu une pénurie d'approvisionnement en raison de la sécheresse qui a sévi dans l'une des régions de culture. Le festival de la mi-automne devrait stimuler les ventes d'ananas en Chine. En Australie, où l'approvisionnement est assuré à 100 % par les producteurs nationaux, les nouvelles variétés donnent de bons résultats.

Pays-Bas : demande et prix satisfaisants après un fléchissement au début de l'été
Le marché néerlandais de l'ananas peut se réjouir d'une bonne demande. « Nous avons connu un petit creux au début de l'été, de fin juin à début juillet, mais ensuite le marché a repris. Il était imprévisible avec de nombreuses pénuries et des prix élevés, mais en général la demande a été très bonne, surtout pour une période estivale », note un importateur néerlandais. « Les grands formats, en particulier, ont connu une pénurie, mais l'offre commence à se reconstituer. Les prix sont toujours autour de 12,50 euros, ce qui est assez élevé, mais étant donné toutes les augmentations de coûts, une augmentation des prix était aussi nécessaire. »

Italie : baisse des ventes à la fin de l'été
Le marché de l'ananas en Italie connaît une légère baisse des prix. Un importateur d'ananas du nord de l'Italie affirme que, pendant l'été, les prix des ananas étaient plus élevés alors qu'ils sont maintenant en légère baisse. « Au cours de la première semaine de septembre, le marché présente un ralentissement. Le produit provient du Costa Rica et affiche une très bonne qualité. La consommation, cependant, est en baisse et restera moyennement faible jusqu'à début décembre.À l'approche des fêtes de fin d'année, on assistera à une ruée vers les fruits, avec une forte demande et une hausse des prix. »

Toujours selon un grossiste du sud de l'Italie, l'ananas serait un produit qui trouve facilement son marché pendant l'été, notamment dans le commerce de détail et le secteur de l'hôtellerie. « Pendant les mois d'été, les températures élevées font grimper les ventes en gros de fruits exotiques comme l'ananas. Pour l'instant, la commercialisation se passe très bien, et nous espérons que cette tendance va se poursuivre. Le produit de taille 7 est importé d'Équateur. Les prix atteignent un niveau de 1,50-1,60 €/kg. »

Selon l'observatoire GfK Consumer Panel, près de 9,6 millions de foyers ont acheté des ananas au cours de l'année se terminant en juillet 2022, soit plus de 37 % de la population. Les ananas issus de l'agriculture biologique voient leur nombre de ménages acheteurs se maintenir à environ 1,7 million.

France : des prix très élevés pour les ananas du Costa Rica et de Côte d'Ivoire
Selon un importateur de Rungis, le marché de l'ananas est très difficile en ce moment. Les températures ont été relativement froides au Costa Rica et en Côte d’Ivoire. Le marché a donc connu une très forte hausse. Avec l'augmentation du prix du carburant et des conteneurs, le prix de l'ananas augmente, jusqu'à 13 euros le colis. En termes de demande, la campagne des fruits à noyau arrivant à son terme, les consommateurs commencent à se tourner vers des produits plus hivernaux et donc vers l'ananas. 

Allemagne : situation d'approvisionnement difficile, marché à prix élevé
En Allemagne, le marché de l'ananas se caractérise par des prix élevés et une situation d'approvisionnement difficile. Le Costa Rica domine l'offre actuelle dans le commerce. En raison de la situation d'approvisionnement tendue, certaines marques premium et marchandises pré-mûries ne peuvent être commercialisées qu'en petites quantités pour le moment. « Les conséquences de la COVID se font particulièrement sentir dans le domaine du fret aérien. Les stations d'emballage à l'origine manquent de personnel, ce qui ne peut être amélioré du jour au lendemain. Il en va de même pour les coûts de fret élevés avec lesquels nous sommes toujours aux prises », déclare un grossiste spécialisé.

Amérique du Nord : le transport maritime limite l'offre d'ananas
Sur le marché nord-américain, l'offre d'ananas est stable, bien que restreinte. Un expéditeur note que certaines des plus grandes compagnies de transport de fruits tropicaux n'envoient pas autant de marchandises. « Ils ont d'énormes bateaux. S'ils expédiaient des bananes, par exemple, et qu'ils disposaient d'un peu d'espace supplémentaire, ils le remplissaient d'ananas, ce qui constituait une offre supplémentaire pour le marché nord-américain », explique-t-il. « Ce qu'ils font maintenant, c'est vendre du fret à la place. Ils apportent les ananas dont ils ont besoin pour le contrat, mais pas les quantités massives d'ananas qu'ils apportaient auparavant. »

Ce schéma d'expédition se répète depuis au moins six mois, avec des fruits provenant essentiellement du Costa Rica. (Bien que le Mexique apporte aussi actuellement quelques ananas).

Parallèlement, la demande a été bonne pour les fruits tropicaux. « Les prix ont un peu baissé ces dernières semaines, mais si vous êtes au bon prix, les gens achètent. Nous avons un peu baissé le prix et les gens en achètent à nouveau », explique l'expéditeur, qui fait remarquer que les ananas peuvent dépendre du prix étant donné qu'ils ne sont pas un produit de base pour les ménages comme le sont, par exemple, les pommes ou les pommes de terre.

Toutefois, ce schéma d'expédition récent a maintenu la vigueur du marché entre 17 et 20 dollars au cours des derniers mois. « Ils disent que cela va durer encore six semaines jusqu'en octobre. Nous pourrions avoir un peu plus de volume et voir le prix baisser un peu. Mais je ne vois pas le marché descendre à 7 ou 8 dollars comme il le faisait auparavant », déclare l'expéditeur.

Afrique du Sud : les volumes d'ananas sont faibles mais devraient commencer à augmenter à partir de la semaine prochaine
L'offre d'ananas sur le marché sud-africain devrait s'améliorer la semaine prochaine.

« L'offre a été faible au cours des deux dernières semaines, mais il s'agit d'une situation temporaire. Les producteurs d'ananas connaissent une certaine sécheresse à Hluhluwe dans le KwaZulu-Natal, laquelle affecte les tailles. On trouve beaucoup plus de petits fruits sur le marché, mais peu de tailles 8 et 10. La majorité des fruits sont de taille 12 », explique un négociant en ananas sur le marché des produits frais de Johannesburg.

Les prix de gros se situent entre 50 R (2,9 euros) et 80 R (4,6 euros) pour une boîte de 8 kg d'ananas de taille 10, et 70 R (4,06 euros) pour ceux de taille 12. Le négociant ajoute que ce n'est pas un mauvais prix, et qu'il est en légère hausse par rapport à la semaine dernière.

Certains des plus grands producteurs d'ananas d'Afrique du Sud commenceront à livrer au marché d'ici la semaine prochaine.

La demande d'ananas augmente généralement avec le retour des températures estivales. Les ananas exportés vers les îles de l'océan Indien, où le tourisme est en plein essor, sont vendus à des prix élevés. A titre anecdotique, FreshPlaza a appris que les ananas sud-africains exportés vers les Seychelles pouvaient atteindre 500 R (29 euros).

Amérique du Sud : premières exportations d'ananas vers Israël
Le Costa Rica a exporté les premiers ananas vers Israël, nouveau marché d'exportation. Les ananas seraient arrivés en excellent état à Tel Aviv, en Israël.

Le ministre du commerce extérieur du Costa Rica, Manuel Tovar Rivera, ainsi que les autorités agricoles israéliennes ont célébré ensemble l'arrivée des ananas costariciens en Israël. Le producteur et exportateur costaricien Upala Agrícola est la première entreprise à avoir rempli les conditions et les certifications nécessaires pour accéder au marché israélien.

L'objectif est de développer progressivement le marché, de satisfaire aux exigences et de montrer à Israël que le Costa Rica peut fournir les spécifications d'ananas souhaitées.

Le Costa Rica rejoint la République dominicaine qui compte Israël comme l'un de ses principaux marchés d'exportation d'ananas.

République dominicaine : l'accent est mis sur l'augmentation des exportations aux niveaux pré-pandémiques
Les producteurs et exportateurs de la République dominicaine signalent que la demande d'ananas d'Israël est revenue aux niveaux pré-pandémiques. Cependant, en raison de l'augmentation des frais d'expédition, de l'augmentation mondiale des produits chimiques et des autres coûts des intrants, ils ne sont pas en mesure de répondre à la demande pour le moment.

La petite nation insulaire s'efforce également de ramener ses exportations d'ananas aux niveaux antérieurs à la pandémie sur d'autres marchés tels que l'Europe, d'autant que les horaires des compagnies aériennes sont revenus à la normale avec des vols plus fréquents. Cela permet d'expédier davantage d'ananas par fret aérien vers les marchés mondiaux, le tourisme ayant repris en République dominicaine.

Chine : le festival de la mi-automne stimule les ventes d'ananas
En mars de l'année dernière, les ananas taïwanais ont été interdits d'entrée en Chine continentale en raison de « créatures nuisibles » qui pourraient affecter la récolte. Selon le Conseil de l'agriculture de Taïwan, l'île produit 420 000 tonnes d'ananas par an, dont 10 % étaient exportés vers la Chine il y a un an. L'interdiction a profité à d'autres marchés d'exportation vers la Chine, notamment la Malaisie.

La Chine produit des ananas dans les provinces de Guangdong, Hainan, Taiwan et Guangxi. La production totale de Guangdong et de Hainan réunis représente 85 % de la production nationale totale. La semaine prochaine, la Chine célèbre le festival de la mi-automne. C'est une période généralement forte pour les fruits et les fruits importés. C'est une opportunité pour les ananas philippins et malaisiens. En août, il a été annoncé que les ananas indonésiens ont obtenu l'accès au marché chinois.

Australie : les nouvelles variétés rapportent gros aux producteurs
Le marché australien de l'ananas est approvisionné à 100 % par la production nationale. Selon l'entreprise de produits frais chargée de la distribution et de la commercialisation des fruits, les producteurs qui produisent trois des dernières variétés commerciales d'ananas sélectionnées localement bénéficient de rendements nettement supérieurs. Même si la culture de ces variétés entraîne un coût supplémentaire sous la forme d'une redevance, l'entreprise affirme que les exploitations qui ont planté les variétés Aus-Jubilee, Aus-Carnival et Aus-Festival en ont plus que pour leur argent.

« Si l'on regarde les rendements de l'année dernière, après les redevances, les cultures ont donné des résultats supérieurs à ceux de la variété Gold standard, qui est à nouveau supérieure à la variété lisse standard. La différence d'évaluation du prix dépend du mois, mais parfois elle est de 28 % supérieure. Nous essayons toujours de proposer un produit de qualité supérieure et la variété Aus-Jubilee est probablement la plus populaire (et la première à être commercialisée), en particulier pendant l'hiver. »

Les premiers plants ont été mis en place à Yeppoon, dans le Queensland central, à très petite échelle. La quantité de plantes est passée de seulement 16 à plus de deux millions et demi aujourd'hui. Le plan avec les trois variétés est de créer un point de différence sur le marché afin que les consommateurs recherchent le fruit par son nom et de permettre aux producteurs et aux grossistes d'avoir plus de pouvoir sur les prix.

Selon le manuel de statistiques horticoles australiennes de Hort Innovation, pour l'année se terminant en juin 2021, 71 084 tonnes d'ananas ont été produites (soit une augmentation de 8 % par rapport à l'année précédente), pour une valeur de 46,8 millions de dollars, 34 % étant envoyés à la transformation. La totalité de l'offre reste sur le marché intérieur australien, aucune importation ou exportation n'ayant été enregistrée. Au niveau du détail, 40 % des ménages australiens ont acheté des ananas frais, achetant en moyenne 1,1 kg par course.

La semaine prochaine : aperçu du marché mondial des poires


Date de publication:
© /



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)