Marché mondial : l'ail

Les rapports sur le marché de l'ail en provenance du monde entier présentent un tableau assez varié. La saison de croissance sèche et chaude en Europe a entraîné une baisse de l'offre de gros calibres sur de nombreux marchés, ainsi qu'une chute des volumes en provenance de pays producteurs tels que la France, l'Italie et l'Espagne, même si certains rapports indiquent que, malgré cela, le temps sec a amélioré la qualité de l'ail. La hausse des coûts de culture et d'expédition a également exercé une pression sur le marché pour beaucoup, l'Espagne et l'Afrique du Sud en particulier ressentant la pression sur leur position concurrentielle, alors que d'autres marchés en bénéficient. La hausse du coût de l'entreposage frigorifique de la récolte a également été constatée, dans la mesure où l'augmentation rapide du coût de l'énergie s'est répercutée sur le coût du stockage de l'ail, un problème exacerbé par le fait que la récolte a été précoce dans de nombreux endroits en raison du temps chaud. En Amérique du Nord, on craint de plus en plus que des problèmes logistiques n'affectent la saison.

Pays-Bas : davantage d'ail violet que d'ail blanc disponible
Les récoltes d'ail dans le monde entier présentent un tableau mitigé, selon un importateur néerlandais. Dans certaines villes chinoises, le confinement est toujours en place et les entrepôts sont à l'arrêt. En Espagne comme en Chine, l'ail violet est davantage disponible que l'ail blanc. La qualité de l'ail chinois est bien meilleure qu'au cours des trois dernières saisons en raison d'un temps plus clément pendant la récolte. En Espagne, la chaleur a causé quelques dégâts dus aux coups de soleil. En raison de la guerre en Ukraine et du nouveau système de quotas pour l'ail, une grande quantité d'ail en provenance de Chine est arrivée dans l'UE au cours du dernier trimestre de 2021, si bien qu'une grande quantité d'ail de l'ancienne récolte est désormais disponible en septembre, même s'il ne répond plus vraiment aux normes de qualité occidentales. « La nouvelle récolte qui arrive sur le marché à partir de la fin juin trouve avec hâte son chemin vers l'UE, mais une quantité considérablement moindre a donc été expédiée et est arrivée en raison de la situation de l'ancienne récolte dans les entrepôts frigorifiques, ce qui laisse moins de place pour la nouvelle récolte dans les différents entrepôts frigorifiques spécialisés. » Avec toutes les augmentations de coûts dues au taux de change, au fret maritime élevé et à d'autres coûts, l'importateur affirme que le prix de l'ail devra augmenter si l'on veut que cette saison donne un résultat positif pour tous les acteurs du commerce de l'ail.

Allemagne : pénurie de gros calibres
Les conditions météorologiques de la dernière saison de croissance en Espagne ont été trop pluvieuses au début et trop chaudes à la fin. Cela a conduit à des calibres plus petits et à un tonnage moindre, indique un importateur. « Les calibres moyens 50-60 pour les filets de 300g sont assurés, mais les grands calibres (60-70-80-90) pour les marchés de gros sont plus rares. D'ailleurs, il n'y a pas non plus d'alternative raisonnable sur ce segment. »

Parallèlement, la saison de commercialisation française bat son plein. « Au lieu de l'ail blanc, les variétés de printemps s'imposent de plus en plus en raison de leur meilleur rendement et de leur plus grande résistance. » Dans le cas de l'ail Solo en provenance de Chine, les quantités requises sont disponibles en permanence avec des ventes régulières. « Mais l'approvisionnement reste difficile, avec des taux de fret parfois quadruplés ou quintuplés. »

France : une saison raccourcie
Cette année, l'ail connait une campagne difficile. Si la récolte 2022 a démarré dans de bonnes conditions début juin, avec 8 à 10 jours d'avance, l'apparition de la maladie du Waxy Breakdown a eu un impact sur le produit. Pour l'ail violet, les rendements sont en baisse en raison d'un printemps très sec et d'une irrigation insuffisante pour certaines parcelles avec un impact sur les calibres (moyen à petit). Pour l'ail rose, plus touché par la sécheresse, une baisse des volumes de l'ordre de 50 % est attendue et jusqu'à 80 % pour les parcelles non irriguées. Une situation qui a conduit les producteurs d'ail à organiser une réunion de crise il y a deux semaines avec deux médiateurs et deux sénateurs.

Globalement le produit s'écoule facilement mais la saison sera plus courte en raison du manque de volume.

Italie : la sécheresse entraîne une baisse de la taille et du volume, mais améliore la qualité
Dans le nord de l'Italie, la production d'ail en 2022 a été affectée par la sécheresse, si bien que les rendements sont en baisse. Le président d'une importante coopérative affirme que les prix des semaines passées pour le produit brut, non transformé, étaient très bas, voire inférieurs aux coûts de production. Depuis la mi-septembre, cependant, la situation s'est nettement améliorée, avec une augmentation d'au moins 15 % des prix. « L'ail emballé et transformé est payé 4-6 euros/kg dans les installations de transformation. La qualité est très bonne : d'une part la sécheresse a diminué les rendements, d'autre part elle a amélioré la qualité. Mais maintenant, des mois très difficiles nous attendent, car l'ail doit être stocké à basse température et les coûts énergétiques sont très élevés. »

Un négociant du sud de l'Italie fait également état de quelques timides tentatives de reprise pour l'ail, mais il faut patienter jusqu'à la fin du mois d'octobre pour avoir une vision plus claire de la situation. « En ce moment, on accorde plus de valeur à la qualité. Par conséquent, les prix semblent augmenter, mais dans la pratique, il faut tenir compte des coûts plus élevés de la main-d'œuvre et des déchets. On met également davantage l'accent sur les grands formats, dont l'offre est limitée. »

La saison de récolte de l'ail sicilien s'est terminée en substance à la fin du mois de juin. « Si jusqu'à l'année dernière, les prix étaient conformes à ceux des années précédentes, cette année, les producteurs ont été contraints de les augmenter en raison des hausses faramineuses des carburants, des engrais, de l'électricité, etc. Mais les raisons ne s'arrêtent pas là : les précipitations excessives durant la phase de pré-semis, au cours de l'automne/hiver dernier, ont empêché les producteurs de préparer les terres de manière optimale », explique un producteur sicilien. « Nous avons dû encaisser trois coups de massue:: l'augmentation des frais généraux, une saison non idéale avec 40 % de taille en moins, et 30-40% de production en moins sur la surface totale. »

Selon les derniers chiffres, au cours des 12 derniers mois se terminant en juillet 2022, l'ail a été acheté par près de 13,5 millions de ménages (52 %). Ce chiffre est en légère baisse par rapport aux périodes récentes : rien qu'au début de l'année 2022, 14 millions ont été comptabilisés. Pour ce produit, le facteur biologique n'est pas déterminant : l'ail bio n'atteint même pas deux millions de ménages sur un total de 13,5.

Espagne : la hausse des coûts nuit à la compétitivité de l'ail espagnol
Le secteur espagnol de l'ail est confronté à de grandes difficultés cette saison. La récolte s'est achevée à la fin du mois de juillet. L'ail précoce a connu certains problèmes de qualité en raison de la sécheresse et des températures élevées à partir du mois de mai. La perte de qualité n'est pas substantielle, mais elle est perceptible dans la sécheresse de la pelure externe. Quant à l'ail violet, on a constaté une réduction significative des calibres en raison des températures élevées, surtout la nuit, qui ont accéléré la fermeture du cycle de l'ail et son processus de séchage au cours des derniers mois. Au contraire, comme il n'y a pas eu de pluie, les hautes températures ont très bien séché naturellement le produit et lui ont permis d'avoir une très bonne qualité malgré les petits calibres.

Sur le marché intérieur, la demande est très calme. Les productions ne sont pas aussi élevées que prévu. Au niveau international, les exportateurs espagnols ne peuvent pas offrir leur produit à un prix compétitif, car les frais de transport ont tellement augmenté qu'ils sont presque inabordables pour les opérateurs des différents pays de destination. Par conséquent, l'Espagne, qui est le principal pays européen producteur d'ail, perd de sa compétitivité au niveau international, compte tenu du fait qu'habituellement plus de 70 % de la production espagnole est exportée dans environ 57 pays différents. À l'heure actuelle, des pays comme le Maroc ou l'Égypte profitent de cette situation sur des marchés où l'Espagne était présente. En effet, ils peuvent offrir leur ail à un prix plus bas, car leurs coûts de production sont beaucoup plus faibles ; les dépenses salariales sont à elles seules un huitième ou un neuvième, dans le meilleur des cas, de celles de l'Espagne. Dans le même temps, la Chine envoie cette année d'énormes volumes sur les marchés européens. Par exemple, alors que les prix du fret de la Chine vers l'Europe diminuent, ceux de l'Espagne vers les États-Unis, qui ont été le deuxième principal marché d'exportation de l'Espagne au deuxième trimestre de cette année, ne cessent d'augmenter. Ainsi, alors que le coût du fret de Quindao à Valence est d'environ 5 000 euros, celui de Valence à la côte Est des États-Unis est d'environ 11 000 euros, alors qu'il était d'environ 5 000 euros l'année dernière.

Afrique du Sud : les producteurs locaux d'ail luttent pour concurrencer les importations
Le prix moyen de l'ail sur le marché sud-africain est actuellement de 51,77 R (2,95 euros) par kg. La majeure partie de l'ail est importée, principalement de Chine, notamment pour les détaillants. L'ail est également importé d'Espagne, d'Inde, d'Argentine et de Malaisie, la part des importations d'ail égyptien ayant diminué au cours des dernières années.

Il est difficile pour les producteurs d'ail locaux de concurrencer les importations d'ail, malgré les droits de douane.

Des tentatives sont faites pour combler l'écart en augmentant la production locale, en utilisant de nouveaux gènes. C'est le début de la nouvelle saison de l'ail dans la province de Limpopo. La production d'ail se déplacera ensuite vers le Karoo jusqu'en mars. Juin, juillet et août sont les mois où l'ail produit localement n'est pas de saison.

Chine : le volume des exportations continue de diminuer, amélioration de la qualité générale
En Chine, le volume des exportations d'ail a atteint en août le record le plus bas depuis 2016.

En septembre, les exportations d'ail de la Chine ont été affectées par la récolte chargée dans la région de production. Il y a un gros problème de disponibilité de la main-d'œuvre.

Certaines régions vont probablement réduire le volume des exportations de ce fait. Selon les années précédentes, la performance des exportations commence à faiblir en septembre, et la demande augmentera à nouveau en novembre.

En termes de qualité, la Chine a plus d'ail violet que d'ail blanc. Le temps a été meilleur pendant la récolte, de sorte que la qualité globale de l'ail est bien meilleure que lors des trois dernières saisons.

Compte tenu de la situation actuelle, le volume global des exportations en septembre sera inférieur à celui d’août. Les commandes reçues par les entreprises de conditionnement diminueront. On s'attend à ce que les exportations de septembre continuent de baisser au cours de la dernière semaine.

Amérique du Nord : des problèmes logistiques pourraient affecter la saison de l'ail
Selon un expéditeur basé en Pennsylvanie, bien que les États-Unis soient un important producteur d'ail, ils dépendent largement des importations. « La majorité de l'ail américain étant cultivé en Californie, du point de vue des coûts, il est plus logique pour nous d'importer d'Espagne », explique-t-il. « Il est moins coûteux de faire venir un conteneur d'ail d'Espagne que de transporter par camion de l'ail depuis la Californie. » L'entreprise importe également du Mexique, de l'Argentine et de la Chine.

La saison mexicaine vient de se terminer. L'Espagne est désormais le principal fournisseur de l'expéditeur. « Nous avons dû faire face à des perturbations de la chaîne d'approvisionnement à court terme », explique-t-il. « Il arrive qu'un conteneur n'arrive pas comme prévu et la semaine suivante, nous recevons le double de l'approvisionnement. » La Chine, premier producteur mondial d'ail, a récemment dû faire face à des fermetures de ports et de villes en raison de la Covid. Cela a un impact sur la capacité du pays à exporter, mais aussi sur son marché intérieur, car les camions ne sont pas autorisés à traverser certaines zones. « Ils ont un grand marché intérieur pour l'ail et le gingembre, mais en raison des restrictions liées à la Covid, leurs ventes intérieures ont été impactées. »

De ce fait, l'offre d'ail et de gingembre est excédentaire en Chine. « Nous allons continuer à faire venir de l'ail du pays. Les coûts ont augmenté de manière significative, mais les taux de fret maritime en provenance d'Asie commencent à baisser », explique-t-il.

En termes de logistique, la semaine dernière encore, une grève des chemins de fer a été évitée à la dernière minute, l'administration du président Joe Biden ayant obtenu un accord de principe. Toutefois, l'expéditeur a d'autres préoccupations en suspens, à savoir les grèves imminentes des agents de sécurité du port de Long Beach (POLB). En outre, le contrat des 22 000 dockers de la côte ouest a expiré le 31 juillet. Ils ont tous le même syndicat et la frustration grandit.

Environ 40 % du fret américain est transporté par rail et une perturbation du système ferroviaire mettrait davantage de pression sur un système de transport par camion déjà mis à rude épreuve. Une grève à la POLB aurait un impact direct sur l'industrie de l'ail, car environ 50 % de l'ail importé passe par la POLB.

À plus long terme, une fois la saison de l'ail espagnole terminée, l'expéditeur passera à l'Argentine en janvier. « Nous espérons que cette transition se fera en douceur. L'importation à partir de tant de sources différentes est un point de différenciation pour nous. Malgré les difficultés, nous continuerons à faire venir de l'ail de différentes sources. »

Parallèlement, un producteur-expéditeur californien affirme que les rendements sont bons pour la récolte d'ail de 2022-2023 en provenance de Californie. « Nous venons de terminer la récolte de l'ail. Bien que ces rendements aient été bons, la qualité était moins bonne, dans certaines régions, en raison du fait que dans la partie sud de l'État, le froid n'a pas été tout à fait suffisant. Nous avons eu une variation dans la maturité de l'ail et cela a un peu nui à sa qualité », dit-il.

Cela dit, le rendement global de la récolte est meilleur que l'année dernière. La récolte de cette année a également été retardée d'environ 10 jours à deux semaines par rapport au début historique de la récolte.

En raison de la forte demande prévue, les prix de l'ail californien seront plus élevés cette année.

Mexique : la demande d'ail mexicain a diminué au Brésil en raison de l'augmentation de la production nationale, mais aussi de l'augmentation des importations en provenance d'autres pays
L'ail a hissé le Mexique parmi les plus grands exportateurs du monde. Selon les chiffres, en 2020, il se classera au septième rang des exportations mondiales avec l'envoi de plus de 15 800 tonnes, alors qu'il occupait la neuvième place sur la période 2015-2019.

« Le Mexique dispose d'une surface de plantation d'ail comprise entre 7 000 et 8 000 hectares de différentes variétés. Zacatecas est l'État qui compte le plus grand nombre d'hectares en production, soit quelque 3 500 à 4 000, suivi de Guanajuato, de la Basse-Californie, de Sonora et d'Aguascalientes, bien qu'il soit cultivé dans presque tout le pays », explique le directeur commercial d'une entreprise mexicaine dédiée à la culture et à la commercialisation de légumes, avec l'ail comme produit phare. « Dans notre entreprise, le marché intérieur représente 70 % de nos ventes, tandis que les 30 % restants sont destinés à l'exportation, nos principaux marchés de destination étant les États-Unis et le Brésil, lorsqu'il y a une demande dans ce pays. »

« Plus précisément au Brésil, la demande d'ail mexicain a diminué en raison de l'augmentation de la production nationale, mais aussi de l'augmentation des importations d'ail en provenance de pays méditerranéens comme l'Égypte. En fait, les bas prix de l'ail égyptien ont essentiellement évincé l'ail espagnol du marché brésilien, mais aussi l'ail du Mexique », remarque-t-il. « À mon avis, la qualité de l'ail espagnol et mexicain est meilleure que celle du produit en provenance d'Égypte, mais parfois les marchés sont davantage régis par le prix que par des critères de qualité. »

« Il y a 15/16 ans, notre principale destination d'exportation était l'Union européenne ; lorsque l'Espagne plantait 5 mille hectares et non les 30 mille qu'elle a aujourd’hui. Cependant, en raison de l'augmentation de la production espagnole, elle a cessé d'être une option de marché pour nous. »

« En ce moment, nous sommes au milieu de la campagne d'exportation d'ail frais vers les États-Unis, avec des prix variant entre 25 dollars/boîte de 30 livres pour les petites tailles et 40 dollars/boîte pour l'ail de grande taille de catégorie 1 », explique le directeur commercial. « Il s'agit d'un prix normal pour le produit, même s'il faut se rappeler que pendant la pandémie, la boîte valait jusqu'à 60 dollars. »

En outre, il faut tenir compte du fait que cette année a été marquée par un printemps et un été très chauds avec très peu de pluie, ce qui a fait mûrir l'ail de manière précoce et entraîné des tailles plus petites que la normale.

Australie : la production d'ail en hausse
Bien que l'Australie ne soit qu'un petit producteur d'ail, sa production ne cesse de croître d'année en année. Pour l'année se terminant en juin 2021, il y avait 3 406 tonnes produites selon les statistiques, soit une augmentation de 16 % par rapport à l'année précédente. Cela représentait une hausse de 4 % par rapport aux chiffres de 2019. En termes de valeur, l'industrie australienne a augmenté de 36 % pour atteindre 29,4 millions de dollars, ce qui fait suite à une hausse de 12 % l'année précédente. Les deux variétés dominantes étaient le Turban, qui représentait 60 % de la production fraîche en Australie, et la variété Artichoke représentant 20 % de la production fraîche. Il existe une grande opportunité pour l'industrie d'augmenter la consommation, car seulement 39 % des ménages australiens achètent de l'ail frais, et seulement 5 % de la production totale de l'année se terminant en 2021 est envoyée à la transformation. L'Australie n'exporte pas d'ail frais, mais 69 tonnes d'ail transformé ont été exportées. Dans le même temps, les importations ont diminué, coïncidant avec l'augmentation de la production locale. Cell, mais constituent toujours la majorité des ventes australiennes. L'année dernière, les importations sont passées de 13 564 tonnes à 10 641 tonnes.

La semaine prochaine : aperçu du marché mondial de la pomme de terre


Date de publication:
© /



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)