Jeffrey et Dorus Heeren, de Heereco, inaugurent un nouveau site de culture

« Les crises ont affaibli la demande de produits bio, mais leur valeur restent importante pour les consommateurs »

Pour les producteurs de champignons néerlandais Jeffrey et Dorus Heeren, 2022 a été l'année des extrêmes. Leur tout nouveau site de culture équipé du système coulissant de Christiaens est achevé et la ligne d'emballage et de palettisation Viscon installée. 

Les cultivateurs ont ainsi franchi deux étapes majeures en terme d'automatisation. Mais avec le conflit en Ukraine et l'inflation élevée, le secteur du bio subit une consommation en baisse constante. FreshPlaza s'est entretenu avec les frères sur les évolutions actuelles et à long terme de l'entreprise et du secteur en général.

Heereco a été fondée en 1971 par les parents des propriétaires actuels avec une capacité totale d'environ 1 000 kg par semaine, répartie sur trois cellules de culture. Aujourd'hui, l'entreprise dispose de quatre sites de culture (dont la dernière installation) et d'un volume total de récolte compris entre 35 et 70 tonnes par semaine. « Notre devise, cependant, n'a jamais changé : pas plus, mais mieux ».

« Nous avons également toujours été ouverts à l'innovation au sens large. Par exemple, à la fin des années 1980, nous avons été l'un des premiers producteurs à inclure des champignons de Paris dans notre gamme et, plus tard, l'un des premiers producteurs de Portobello. En 2006, nous avons d'abord converti l'un de nos sites de culture au bio, mais au bout de deux ou trois ans, nous avons complètement changé. L'étape suivante a eu lieu en 2016, lorsque nous avons commencé à produire notre propre compost et mis en service une installation de séchage. »

Gamme complète de champignons bio
Heereco vend environ 50 % de son volume total localement ; le reste est exporté en Allemagne, en Belgique, en France et en Scandinavie. La plupart de leurs champignons bio ont longtemps été bruns car les gens « associent davantage le brun à un produit bio et surtout naturel », explique Jeffrey.

« La plupart des clients veulent un assortiment complet de champignons bio, c'est pourquoi nous nous sommes associés à des producteurs voisins depuis plusieurs années. Nous pouvons ainsi proposer également des pleurotes, des shiitakes, et des Eryngii. De plus, nous disposons d'une installation de séchage, ce qui apporte une certaine flexibilité. Si les choses ne fonctionnent pas avec le commerce, vous avez au moins une solution durable et presque rentable pour vos champignons. »

Comme d'autres produits à base de fruits et légumes, le secteur des champignons bio a connu plusieurs années mouvementées. « Pendant la pandémie, la demande a augmenté car les consommateurs se préoccupaient davantage d'une alimentation saine. En 2021, cette crise s'est affaiblie et la demande aussi », explique Jeffrey.

« En raison de la crise énergétique actuelle et de l'inflation, la demande a encore baissé. Néanmoins, je suis sûr que le marché se relancera tôt ou tard. Je n'ai rien contre les produits conventionnels, mais les produits bio offrent ce petit plus en termes d'expérience, de qualité et de durabilité. Beaucoup de gens considèrent encore ces valeurs comme importantes. »

Mais on peut aussi essayer de tirer le meilleur parti d'une crise, estime Jeffrey. « L'inflation et l'augmentation des coûts offrent des opportunités pour le segment le moins cher, en particulier pour les champignons de grande taille. Ceux-ci sont un peu moins coûteux à cultiver par rapport aux plus petits auxquels les gens sont habitués en Europe. Vous pouvez donc acheter les gros champignons à des prix légèrement inférieurs, ce qui signifie qu'ils seront choisis plus souvent et que les consommateurs s'habitueront à cette taille. »

« De plus, l'augmentation du coût des champignons n'est pas si élevée par rapport aux légumes de serre et aux produits d'outre-mer. Je pense que c'est certainement là que se trouvent les opportunités pour les champignons. En outre, notre nouvelle installation est beaucoup plus avancée que l'ancienne en termes de durabilité, notamment en ce qui concerne la récupération de chaleur. Nous utilisons donc beaucoup moins de gaz par kilo de champignons. Et les coûts énergétiques sont en baisse, ce qui, en ces temps difficiles, est évidemment bénéfique pour la culture des champignons. »

Automatisation et marchés futurs
À l'instar des autres segments du secteur des fruits et légumes, l'automatisation progresse sensiblement dans la culture des champignons. Ces produits sont cultivés sur des systèmes basculants ou coulissants. Tous deux améliorent l'efficacité et surtout les performances de cueillette, en réduisant la charge physique des travailleurs. Ces systèmes automatisés nécessitent également moins de personnel, ce qui n'est pas un luxe inutile, compte tenu de la hausse des coûts de la main-d'œuvre et de la pénurie croissante de travailleurs.

« Nous utilisons un système coulissant avec des couches extensibles. Habituellement, les moissonneuses se déplacent le long des couches ; maintenant, ce sont les couches qui se déplacent, pour ainsi dire. Bien sûr, il y a encore des progrès à faire, mais les résultats des premiers mois sont satisfaisants et les performances de récolte s'améliorent. En outre, la technologie ne pose aucun problème aux nouveaux employés. En ce sens, nous sommes sans aucun doute sur la bonne voie », poursuit Dorus.

L'entreprise compte désormais deux fils et un beau-fils, la prochaine génération de Heereco est donc déjà en place. « C'était la principale raison de cet investissement. Nous voulons transmettre à la génération suivante une entreprise saine et tournée vers l’avenir », déclare Jeffrey.

C'est pourquoi les frères sont également ouverts aux nouvelles impulsions dans le secteur du champignon. Lors de la BDC-Tagung - l'assemblée générale de l'Association allemande des champignons - où Heereco a offert la traditionnelle visite de l'entreprise, l'avenir des champignons, notamment en tant que composant des produits de substitution de la viande, a été longuement discuté. « J'y vois un potentiel certain, y compris pour notre entreprise. Dans l'ensemble, les champignons bio sont bien moins chers que les produits carnés les moins chers. Notre secteur est donc riche de perspectives et d’avenir », conclut Jeffrey.

Pour plus d'informations :
Jeffrey en Dorus Heeren
Heereco 
Goordonksedijk 26
5406 NX Uden - Pays Bas
Tél : 06 27026077 (Jeffrey)
06 27026078 (Dorus)
info@heereco.nl  
www.heereco.nl    


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)